Sciences

Astrophotographie : la nébuleuse de la Rosette

ActualitéClassé sous :Astronomie , astrophotographie , nébuleuse de la Rosette

Les nébuleuses à émission sont des cibles célestes très prisées des astrophotographes, en raison de leur belle couleur rouge. Voici NGC 2237, également connue sous le nom de nébuleuse de la Rosette.

Nébuleuse de la Rosette.© J. Chauveau

La constellation de la Licorne est un bien modeste astérisme dont la plus brillante étoile atteint péniblement la magnitude 3,7. On l'oublierait presque tant sa voisine, la célèbre constellation d'Orion, en impose avec sa forme de sablier et ses diverses nébuleuses dont les plus connues sont M 42 et Barnard 33, l'étonnante Tête de Cheval. Pour repérer la constellation de la Licorne, il suffira de trouver Sirius, la plus brillante étoile du ciel après le Soleil, un phare incontournable logé dans la constellation du Grand Chien ; la créature légendaire de la Licorne est la constellation suivante si vous déplacez légèrement votre regard en direction du pôle nord céleste. C'est là que niche notre cible astronomique du jour, la nébuleuse de la Rosette.

NGC 2237 se situe à environ 5.000 années-lumière de nous. Il s'agit d'une nébuleuse à émission, un vaste nuage d'hydrogène ionisé par le rayonnement ultraviolet de jeunes étoiles. Ces dernières sont nées il y a seulement 4 millions d'années et forment un amas ouvert au centre de la nébuleuse, l'amas NGC 2244. Voilà une configuration qui nous renvoie à l'une des dernières cibles du Very Large Telescope, NGC 371. Là encore nous observons une nébuleuse illuminée par un jeune amas d'étoiles, mais la situation se passe 40 fois plus loin, dans le Petit Nuage de Magellan, une galaxie qui croise la nôtre et que l'on peut observer depuis l'hémisphère sud.

Petit et grand Nuage de Magellan sont deux objets célestes magnifiques que les astrophotographes ne manquent pas d'immortaliser sous le ciel noir des Andes chiliennes.  Dans le cas de la nébuleuse de la Rosette, son centre ne contient plus de gaz. Les vents stellaires puissants émis par les jeunes étoiles de l'amas NGC 2244 ont tout emporté sur leur passage, créant une cavité sombre. L'image ci-dessous a été obtenue par Julien Chauveau en 2 heures 30 de poses avec un appareil photographique numérique installé au foyer d'une lunette de 80 millimètres de diamètre.

À propos de Julien Chauveau

Jeune astrophotographe amateur de 18 ans qui fréquente notre forum d'astronomie, il nous a dernièrement proposé un filé d'étoiles et de Lune. Observateur, astrophotographe et dessinateur d'objets astronomiques, son talent s'exprime dans son album.

Si vous aussi vous souhaitez nous proposer une image astronomique destinée à illustrer cette rubrique, il vous suffit de suivre nos consignes.    

Cela vous intéressera aussi