Star de l'automne, la comète 103P/Hartley 2 recevra le 4 novembre prochain la visite de la mission Epoxi. Une rencontre dont les astronomes attendent beaucoup.
Cela vous intéressera aussi

Peu de comètes ont eu le privilège d'être approchées par des sondes spatiales. En 1986 la célèbre comète de Halleycomète de Halley fut la première à recevoir la visite de plusieurs sondes, mais c'est l'européenne GiottoGiotto qui s'en approcha le plus, à seulement 500 kilomètres d'un noyau glacé qu'elle observa en détail. En septembre 2001, la sonde américaine Deep Space 1 croisa 19P/Borelly à moins de 2.000 kilomètres, puis en 2004 une autre sonde américaine, Stardust, frôla la comètecomète Wild 2 pour en capturer des échantillons de poussière. Dernière rencontre, en juillet 2005, celle entre la comète Tempel 1comète Tempel 1 et la sonde Deep Impact, l'occasion de détecter pour la première fois la présence de glace sur une comète.

C'est la sonde Deep Impact qui ira à la rencontre de 103P/Hartley 2. Rebaptisée mission Epoxi (pour Extrasolar Planet Observation and Deep ImpactDeep Impact Extended Investigation), la sonde en parfait état de marche a en effet été redirigée vers la comète 103P/Hartley 2 qu'elle croisera le 4 novembre prochain à 700 kilomètres de distance.

Après son succès en 2005 avec la comète Tempel 1, la sonde Deep Impact a été rebaptisée mission Epoxi pour aller à la rencontre de la comète Hartley 2. © Nasa

Après son succès en 2005 avec la comète Tempel 1, la sonde Deep Impact a été rebaptisée mission Epoxi pour aller à la rencontre de la comète Hartley 2. © Nasa

Hartley 2, une comète surprenante

« Il y a des milliards de comètes dans le Système solaireSystème solaire, mais ce sera seulement la cinquième fois qu'un vaisseau spatial s'approchera assez près pour photographier un noyau cométaire », a déclaré Lori Feaga, membre de l'équipe scientifique d'Epoxi. L'occasion d'en savoir un peu plus sur l'une des comètes les plus petites et les plus actives connues des astronomesastronomes. Car Hartley 2 est exceptionnelle. Même si à ce jour son éclat n'a jamais été aussi élevé que celui qu'ont pu atteindre certaines de ses célèbres cousines (comme HyakutakeHyakutake en 1996, Hale-BoppHale-Bopp en 1997 ou McNaught en 2007), Hartley 2 est une très jeune comète dont l'activité de dégazagedégazage est spectaculaire, comme l'a montré le télescope Hubbletélescope Hubble.

Le 4 novembre, 103P/Hartley 2 se sera approchée encore un peu plus du SoleilSoleil, et les chercheurs de l'équipe Epoxi espèrent que de spectaculaires jets de gazgaz pourront être observés. Avec sa caméra haute résolutionrésolution, la sonde devrait offrir des vues détaillées de la surface du noyau, révélant cratères et fractures. Elle pourra également faire de nombreuses mesures concernant les composantes de la chevelure dont elle traversera la majeure partie. Pour le moment la sonde est encore trop loin pour distinguer le noyau de la comète, mais son spectrographespectrographe fournit des données régulières sur la proportion des gaz qui constituent la comacoma, ainsi que sur leur évolution.

Rendez-vous est pris pour le 4 novembre avec à la clé un grand spectacle, en espérant que la sonde ne rencontre pas sur son chemin des particules de poussière trop importantes qui la feraient taire définitivement. En attendant, les astronomes continuent de traquer Hartley 2, la belle comète verte de ce mois d'octobre. Une aventure que vous pouvez toujours suivre en images sur notre forum d'astronomie.