Le visage d'une femme ayant vécu en Suède il y a 4.000 ans a été modélisé par des artistes. © Oscar Nilsson
Sciences

Voici le visage d'une jeune agricultrice qui a vécu à l'âge de pierre en Suède

ActualitéClassé sous :anthropologie , Ancêtres de l'humain , préhistoire

Le visage d'une femme ayant vécu en Suède il y a 4.000 ans a été modélisé par des artistes. Les éléments du crâne tels que la mâchoire prognathe et le front abrupt confèrent une remarquable individualité à cette jeune agricultrice de l'âge de pierre.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Connaissez-vous ces mythes sur la Préhistoire ?  Antoine Balzeau, paléontologue au Musée national d'Histoire naturelle, s'attèle régulièrement à l'exercice de la vulgarisation. De la diffusion des connaissances auprès du grand public. Auteur du livre « 33 idées reçues sur la Préhistoire », il en a dévoilé quelques-unes à Futura. 

À quoi ressemblaient les hommes et femmes qui nous ont précédés ? Quels étaient les traits de leurs visages, étaient-ils semblables à ceux que nous arborons ou présentaient-ils des particularités qui les rendraient aujourd'hui aisément reconnaissables parmi la foule ? Quelles étaient les différences caractérisant les populations ? Les réponses à ces questions sont difficiles, voire impossibles, à imaginer lorsque le grand public observe un crâne datant de plusieurs millénaires, à travers la vitrine d'un musée.

Le travail de l'artiste médico-légal est précisément celui de reconstruire, en 3D et virtuellement ou physiquement, l'apparence des populations ou espèces aujourd'hui disparues. Si son travail, en anthropologie, se fonde majoritairement sur les caractéristiques anatomiques des squelettes, il existe toutefois toujours une part de la reconstruction qui relève presque toujours de l'interprétation de l'artiste. Cela est notamment le cas lors de la définition de la couleur des cheveux et des yeux des personnes, bien que certaines rares études génétiques ont déjà permis de déterminer ces caractéristiques dans des populations précises.

Des traits très personnels

Les restes de la femme de Lagmansören proviennent d'une province du nord de la Suède nommée Medelpad et datent d'il y a près de 4.000 ans. Ils ont été trouvés lors de la construction d'une route, en 1923, à proximité des restes d'un jeune enfant, âgé d'environ sept ans. Le lien entre ces deux personnes n'a pas pu être établi en raison de la mauvaise préservation des ADN, il pourrait donc s'agir d'un frère et d'une sœur ou d'une mère et de son fils. Cette interprétation est celle qu'ont choisie les artistes afin de réaliser leur reconstruction du visage de la femme de Lagmansören. Les deux individus étaient enterrés dans une tombe en forme de cercueil, réalisée avec des pierres plates. La femme mesurait environ un mètre cinquante, elle avait aux alentours de la trentaine lorsqu'elle est morte et les restes ne présentent pas de traces de maladie, de blessure ni de malnutrition.

Le crâne de la femme de Lagmansören permet de distinguer que celle-ci avait un front très vertical ainsi que des pommettes peu saillantes. © Oscar Nilsson

Une partie de l'arrière du crâne est manquante mais l'ensemble découvert permet aux artistes de proposer une reconstruction du visage de cette femme de l'âge de pierre. Ils ont tout d'abord scanné le crâne et l'ont reproduit grâce à une imprimante 3D afin de pouvoir interagir avec la morphologie sans endommager les restes osseux. L'un des artistes, Oscar Nilsson, explique par exemple qu'il repère le fait que la femme avait un front vertical et très abrupt, qui est caractéristique des fronts féminins (voir vidéo ci-dessous). Il repère également une glabelle bombée, ce qui est, selon ses dires, plutôt un trait masculin. Il indique par ailleurs que les pommettes ne sont pas saillantes et que la femme était légèrement prognathe. En l'absence de données ADN, l'artiste Oscar Nilsson s'est fondé sur de précédentes études anthropologiques afin de déterminer certains éléments de l'apparence de la femme de Lagmansören.

Les artistes ont imaginé que la femme était en partie agricultrice et ses vêtements ont été élaborés en fonction de vêtements confectionnés dans des populations actuelles et de restes notamment présents sur la momie Ötzi. © Oscar Nilsson

Il lui a en effet attribué des yeux marrons et des cheveux bruns ainsi que la peau claire qui caractérisaient les agriculteurs arrivés dans cette région, il y a entre 5.000 et 4.000 ans. Les vêtements de la femme ont été conçus par Helena Gjaerum, notamment avec des peaux de cerf, de castor et de renard et ont été inspirés par le climat, le paysage et la végétation contemporains de la femme de Lagmansören, ainsi que par les vêtements de populations actuelles d'Amérique et de Sibérie ainsi que par ceux de la momie Ötzi. La reconstitution de la femme de Lagmansören est exposée au Västernorrland museum.

En 2020, les travaux ont commencé sur la reconstruction de la femme de Lagmansören. Oscar Nilsson, maquettiste et archéologue, explique ce travail pas à pas.© Västernorrland museum


Soutenez votre média scientifique indépendant : découvrez nos formules d'abonnements !

4 bonnes raisons de s’abonner à Futura sur Patreon :

  1. Un site sans aucune publicité à partir de 3,29 euros par mois.
  2. C’est sans engagement.
  3. Des accès à des contenus prioritaires, en avant-première, rien que pour vous.
  4. Vous soutenez notre activité de la meilleure manière possible. Une réelle motivation pour nous !
Découvrez l'univers Futura sur Patreon !
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !