Le visage de momies datées d'il y a 2.000 à 3.000 ans a été reconstruit virtuellement grâce à des données génétiques. © Andréa Izzoti, Shutterstock
Sciences

Trois visages d'anciens égyptiens ont été reconstitués

ActualitéClassé sous :archéologie , égypte , ADN

Il semblerait que l'ADN humain permette de reconstituer les traits du visage d'une personne ! Ce lien peut se révéler très utile en archéologie, lorsque les scientifiques tentent de savoir quels ont été les morphotypes humains passés...

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les os, ces objets clés des fouilles archéologiques  Dans les anciennes civilisations, beaucoup d’objets de la vie quotidienne étaient conçus en os. Leur étude par des archéologues permet de comprendre en détail le quotidien de nos ancêtres. L’Inrap (institut national de Recherches archéologiques préventives) nous en dit plus au cours de ce documentaire. 

Quels étaient les visages des Égyptiens il y a entre 2.000 et 3.000 ans ? Cette question a été celle d'une équipe de chercheurs de l'Institut Max Planck et de l'Université de Tubingen, en Allemagne, pour laquelle ils ont présenté des résultats au cours du 32eInternational Symposium on Human Identification. Ils ont en effet décidé de reconstruire, virtuellement, le visage de trois momies masculines en établissant un lien entre le génome des individus et les traits de leur visage.

Les logiciels de reconstruction 3D permettent de visualiser et d'affiner virtuellement les traits et reliefs d'un visage. © Parabon Nanolabs

Grâce à des comparaisons avec d'autres ADN anciens dont l'origine était connue, les chercheurs ont établi que ces momies égyptiennes avaient respectivement une origine du Yémen, du Maroc et de Tunisie.  

Égyptiens d'hier et d'aujourd'hui

Grâce à un modèle prédictif, les chercheurs ont déterminé que les individus avaient probablement les yeux et cheveux bruns, le teint mat clair et pas de taches de rousseur. Les résultats de cette étude permettent également de confirmer que les anciens Égyptiens avaient un allèle qui leur conférait une peau plus claire que celles des Égyptiens actuels.

Les différences génétiques calculées entre les trois momies ont permis à un artiste de représenter le visage des hommes à l'âge de 25 ans. © Parabon Nanolabs

De plus, l'ascendance de ces individus est plus proche de celle de l'Homme moderne méditerranéen et des populations du Moyen-Orient que de celle des Égyptiens actuels. Il y a 2.000 ans, les Égyptiens étaient génétiquement plus proches d'individus du Moyen-Orient que d'Afrique sub-saharienne mais des hybridations entre Égyptiens et populations sub-sahariennes ont eu lieu depuis, ce qui explique notamment les changements de pigmentation de la peau des Égyptiens au cours du temps.

---

Découvrez Fil de Science ! Chaque vendredi, dès 18h30, suivez le résumé des actualités scientifiques de la semaine, décryptées pour vous par les journalistes de Futura.

---

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !