Santé

Prise en charge globale et thérapies actuelles d'Alzheimer

Dossier - Du vieillissement cérébral à la maladie d’Alzheimer, décryptage scientifique
DossierClassé sous :médecine , vieillessement , Alzheimer

-

La principale cause de démence à travers le monde est la maladie d’Alzheimer. Selon les estimations, le nombre de cas devrait tripler d’ici 2050. Pour mieux comprendre les mécanismes de cette maladie, il faut plonger dans une analyse scientifique approfondie du vieillissement cérébral.

  
DossiersDu vieillissement cérébral à la maladie d’Alzheimer, décryptage scientifique
 

Le traitement de la maladie d'Alzheimer prend en compte plusieurs niveaux : la maladie, le malade lui-même, et son entourage.

Quelles sont les thérapies actuelles ? © Pammy Studio - Shutterstock

Par Monika Rybisar Van Dyke, Marie-Claude Kohler, Adrian Küng, Vincent Camus, Armin von Gunten

La démence de la maladie d’Alzheimer est caractérisée par la survenue de troubles cognitifs et de symptômes non-cognitifs, psychologiques et comportementaux, qui ont des répercussions sur la vie quotidienne du patient et sur son entourage.

L'objectif du traitement est double :

  • Premièrement : traiter les troubles cognitifs, limiter leur aggravation et l'impact en termes d'altération de l'autonomie dans les actes de la vie quotidienne.
  • Deuxièmement : agir sur les manifestations non-cognitives et leurs répercussions sur le système social dans lequel évolue le malade. Ainsi l'approche thérapeutique d'un patient atteint d'une maladie d'Alzheimer peut être illustrée par l'image de la poupée russe. On peut en effet considérer trois différents niveaux d'intervention potentiels.

Le premier niveau est celui du processus pathologique cérébral, sur lequel la majorité des efforts de recherche thérapeutique se concentrent encore aujourd'hui (neurotransmission cholinergique, processus génétiques, charge amyloïde cérébrale).

Le traitement d’Alzheimer agit sur le processus pathologique cérébral. © DR
Ci-dessus, les différentes étapes d’un traitement de la maladie d’Alzheimer (MA) aux inhibiteurs de l'acétylcholinestérase (IAChE). © DR

Le deuxième niveau est celui qui concerne non pas la maladie, mais le malade lui-même avec tout ce qui le caractérise et le rend unique, même dans sa maladie. Ceci implique la nécessité d'une approche individuelle, empathique, incluant la possibilité d'une prise en charge cognitive et psychodynamique individualisée.

Le troisième niveau concerne l'entourage du patient qui joue un rôle important dans l'évolution de son état. Ce niveau s'adresse à  l'entourage familial et social, aux professionnels, et inclut les interactions du patient avec son milieu, ainsi que les données socioculturelles. Il s'agit d'une vue plus globale qui doit intégrer les deux niveaux précédents. Ainsi, la réponse thérapeutique peut être d'ordre biologique et/ou psychologique, individuelle ou systémique, mais elle est la plupart du temps combinée.