Si la maladie d'Alzheimermaladie d'Alzheimer se caractérise par des mécanismes biochimiques et cliniques complexes, sa compréhension doit aussi être envisagée du point de vue des sciences sociales.

Quel regarde porter sur la maladie d'alzheimer ? © Ruslan Guzov - Shutterstock

Quel regarde porter sur la maladie d'alzheimer ? © Ruslan Guzov - Shutterstock 

Par Marion Droz Mendelzweig

Sous l'intitulé « maladie d’Alzheimer » (MA) se trouvent englobée une grande complexité de mécanismes biochimiques, de symptômessymptômes cliniques et d'expériences individuelles de déclin cognitif. Dans une perspective d'anthropologie des sciences et de la santé, la MA est également un phénomène social.

Les représentations de cette maladie génèrent ainsi une réalité qui se constitue en tensions entre les inconnues qui entourent sa pathogenèse et le poids qu'elle représente en termes de drames personnels et de charges de soins. La prégnance du phénomène Alzheimer dans le système de représentation des sociétés vieillissantes n'est pas dissociable de la manière dont les sciences fondamentales étudient le vieillissement cérébral pathologiquepathologique et s'intègrent aux observations cliniques.

La maladie d’Alzheimer est aussi un phénomène social. L’imaginaire collectif et l’impuissance des chercheurs à trouver des thérapies efficaces en sont deux aspects. © DR

La maladie d’Alzheimer est aussi un phénomène social. L’imaginaire collectif et l’impuissance des chercheurs à trouver des thérapies efficaces en sont deux aspects. © DR

L'ensemble des discours ainsi que des dispositifs, experts et profanes, instaurés pour assister les personnes atteintes de troubles cognitifs participe à la constitution des schèmes de pensée liés au vieillissement et à la finitude. La dévalorisation de la dépendance et de la perte d'autonomieautonomie (toutes deux caractéristiques d'un stade avancé de maladie) pèse sur la modulationmodulation des imaginaires collectifs associés au phénomène Alzheimer. Sous cet angle, celui-ci peut être considéré comme fait social total, dont la particularité est la tendance à penser le vieillissement comme un ensemble de phénomènes se prêtant à traitement.