Santé

Prévention de la mycose vaginale et facteurs favorisants

Dossier - La mycose vaginale, une infection bénigne mais désagréable
DossierClassé sous :maladie , mv=1 , mycose vaginale

-

La mycose vaginale est une infection courante due à une perturbation de la flore vaginale. Si les épisodes de mycoses peuvent être fréquents chez la femme, ils sont la plupart du temps sans danger. Brûlures, démangeaisons, irritations : la gêne occasionnée n'en reste pas moins pénible au quotidien. Découvrez tout ce qu'il faut savoir sur la mycose vaginale et comment s'en prémunir dans notre dossier.

  
DossiersLa mycose vaginale, une infection bénigne mais désagréable
 

Traitement antibiotique, vêtements trop serrés : de nombreux facteurs peuvent jouer un rôle dans l'apparition et les récidives de mycoses vaginales. Mieux vaut les connaître pour les éviter et faciliter ainsi la prévention de la maladie.

Certains facteurs peuvent favoriser les candidoses comme la prise de certains médicaments (antibiotiques, corticoïdes). En effet, un traitement antibiotique réduit le nombre de bactéries de la flore vaginale comme les lactobacilles, ce qui laisse la place libre pour Candida albicans qui peut alors se développer exagérément.

Les vêtements trop serrés, les sous-vêtements en synthétique, les bains moussants, le port prolongé de protections hygiéniques, la chaleur, la transpiration, un maillot de bain mouillé porté trop longtemps... sont autant de facteurs qui peuvent favoriser les mycoses vaginales chez les femmes qui y sont particulièrement sensibles.

Les rapports sexuels et le nombre de partenaires différents peuvent aussi jouer un rôle. Les toilettes intimes qui déséquilibrent la flore vaginale influencent aussi le développement du champignon.

Ambiance chaude, chlore, maillot de bain mouillé… Les séances de piscine doivent être limitées pour mieux éviter les mycoses vaginales. © James, Flickr, CC by-nc-sa 2.0

Les facteurs physiologiques favorisant les mycoses vaginales

Les autres facteurs favorisant sont le stress et des maladies comme les maladies endocriniennes (diabète, hypothyroïdie, insuffisance surrénalienne) ou immunitaires, les MST (Sida). Un terrain allergique, avec des allergies locales aux produits de bain, au papier toilette parfumé ou au chlore de la piscine peut favoriser une mycose vaginale.

Enfin, comme la flore vaginale peut varier en fonction des hormones, la contraception hormonale, la grossesse, la ménopause peuvent aussi favoriser des mycoses vaginales. À l'approche des règles, le taux de progestérone augmente et le vagin devient plus acide, ce qui avantage aussi le développement du champignon. La contraception utilisant le stérilet (sur lequel peuvent adhérer les levures) ou le diaphragme représente aussi un facteur de risque.

La prévention des mycoses vaginales

Pour éviter les mycoses, il faudra éviter les facteurs de risque et donc adopter certaines bonnes habitudes comme :

  • préférer les produits de pH alcalin ou neutre pour la toilette intime ;
  • s'essuyer d'avant en arrière (pour éviter la contamination provenant de micro-organismes intestinaux) ;
  • se protéger et protéger son partenaire lors des épisodes infectieux en utilisant des préservatifs ;
  • éviter les lieux chauds et humides (piscine), les bains et se sécher rapidement après la douche ;
  • laver les sous-vêtements à haute température ;
  • éviter les pantalons serrés, les sous-vêtements synthétiques ;
  • choisir une contraception faiblement dosée en oestrogènes ;
  • réduire les glucides et maîtriser sa glycémie ;
  • prendre des probiotiques.