Plats préparés, desserts prêts à l’emploi, boissons sucrées… Ces produits ultra-transformés ont envahi les rayons des supermarchés. Ils augmentent pourtant le risque de cancer. © shock, Fotolia

Santé

Les aliments ultra-transformés augmentent le risque de mortalité et de maladies cardiovasculaires

ActualitéClassé sous :Nutrition , aliment , cancer

Une recherche parue cette semaine dans BMJ a trouvé un risque accru de maladies cardiovasculaires chez les consommateurs d'aliments ultra-transformés. Cette étude a été réalisée par des chercheurs de l'Inserm, de l'Inra, de l'Université Paris 13 et du Cnam, au sein de l'équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Eren).

Durant les dernières décennies, les habitudes alimentaires se sont modifiées dans le sens d'une augmentation de la consommation d'aliments ultratransformés, contribuant aujourd'hui à plus de la moitié des apports énergétiques dans de nombreux pays occidentaux. Ils se caractérisent souvent par une qualité nutritionnelle plus faible, mais aussi par la présence d'additifs alimentaires, de composés néoformés et de composés provenant des emballages et autres matériaux de contact.

Des études récentes ont montré des associations entre la consommation d'aliments ultratransformés et un risque accru de dyslipidémie, de surpoids, d'obésité, et d'hypertension artérielle. Les chercheurs de l'équipe EREN -- dont l'étude est publiée cette semaine dans BMJ -- ont également déjà observé des associations entre la consommation d'aliments ultra-transformés et les risques de cancer, de mortalité, de symptômes dépressifs, et de troubles fonctionnels digestifs mais aucune étude épidémiologique n'avait, à ce jour, investigué les relations entre la consommation de ces aliments et le risque de maladies cardiovasculaires.

C'est désormais chose faite grâce à ce travail réalisé dans le cadre de la cohorte NutriNet-Santé, par l'Équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle, plus spécifiquement par le Dr Bernard Srour (épidémiologiste, doctorant), sous la direction du Dr Mathilde Touvier (directrice de recherche Inserm, directrice de l'équipe), en collaboration avec l'Université de São Paulo, au Brésil.

Les aliments sont classés selon leur degré de transformation

Plus de 100.000 participants de la cohorte française NutriNet-Santé (suivis entre 2009 et 2018) ont été inclus. À l'entrée dans l'étude, la consommation alimentaire habituelle a été évaluée grâce à des enregistrements de 24 h répétés (six en moyenne par participant) portant sur 3.300 aliments et boissons différents. Ceux-ci ont été catégorisés en fonction de leur degré de transformation par la classification NOVA.

La classification NOVA permet de catégoriser les aliments selon quatre groupes, en fonction de leur degré de transformation : aliments peu ou pas transformés, ingrédients culinaires, aliments transformés, aliments ultra-transformés. Les aliments ultra-transformés comprennent par exemple les sodas sucrés ou édulcorés, les steaks végétaux reconstitués avec l'ajout d'additifs, les confiseries et barres chocolatées... Des colorants, émulsifiants, texturants, édulcorants et d'autres additifs sont souvent ajoutés à ces produits.

Les céréales du petit déjeuner sont des aliments ultratransformés. © Nyana Stoica, Unsplash

Au cours du suivi, la consommation d'aliments ultra-transformés s'est révélée être associée à un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires (1.409 cas sur les 105.159 participants), en particulier coronariennes (665 cas), ainsi que de maladies cérébro-vasculaires (829 cas). Une augmentation absolue de 10 % de la part d'aliments ultra-transformés dans le régime était associée à une augmentation de 12 % de risques de maladies cardiovasculaires au global -- 13 % pour les maladies coronariennes et 11 % pour les maladies cérébro-vasculaires.

Privilégier des aliments bruts ou peu transformés

Cette étude observationnelle ne permet pas, à elle seule, de conclure à un lien de cause à effet. Cependant, en plus du design prospectif de l'étude, les résultats tiennent compte d'un grand nombre de facteurs sociodémographiques et liés au mode de vie dont l'âge, le sexe, le tabagisme, la consommation d'alcool, le niveau d'étude, l'activité physique ainsi que le statut pondéral, les comorbidités métaboliques et les antécédents familiaux. Les résultats obtenus montrent également que la moins bonne qualité nutritionnelle globale des aliments ultra-transformés ne serait pas le seul facteur impliqué dans cette relation.

Les recommandations nutritionnelles publiées récemment par Santé publique France (2019) conseillent de limiter la consommation d'aliments ultra-transformés et de privilégier les aliments bruts ou peu transformés, en adéquation avec l'objectif du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) de réduire de 20 % la consommation d'aliments ultra-transformés en France d'ici 2022.

L'étude NutriNet-Santé est une étude de santé publique coordonnée par l'Équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Eren, Inserm U1153 / Inra U1125 / Cnam / Université Paris 13), qui, grâce à l'engagement et à la fidélité de plus de 160.000 « Nutrinautes » fait avancer la recherche sur les liens entre la nutrition (alimentation, activité physique, état nutritionnel) et la santé.

Par ce geste citoyen, chacun peut facilement devenir un acteur de la recherche

Lancée en 2009, l'étude a donné lieu à plus de 160 publications scientifiques internationales. À l'occasion des dix ans de l'étude, un appel au recrutement de nouveaux Nutrinautes est lancé.

En consacrant quelques minutes par mois pour répondre, via Internet, sur la plateforme sécurisée www.etude-nutrinet-sante.fr aux différents questionnaires relatifs à l'alimentation, l'activité physique et la santé, les participants contribuent à faire progresser les connaissances sur les relations entre l'alimentation et la santé. Par ce geste citoyen, chacun peut facilement devenir un acteur de la recherche et, en quelques clics, jouer un rôle important dans l'amélioration de la santé de tous et du bien-être des générations futures.

  • Des chercheurs français publient une nouvelle étude sur la consommation d’aliments ultratransformés.
  • Plus de 100.000 personnes de la cohorte NutriNet-Santé ont participé.
  • La consommation de ces aliments est associée à une augmentation du risque de maladies cardiovasculaires.
Pour en savoir plus

Les aliments ultratransformés augmentent le risque de mortalité

Article de Futura avec l'AFP-Relaxnews paru le 12 février 2019

Le lien de cause à effet entre la consommation d'aliments ultratransformés et la santé reste encore difficile à établir. Cependant, la vaste étude que viennent de publier, lundi, des chercheurs français, montre qu'une hausse de 10 % de la part des aliments ultratransformés dans l'alimentation augmenterait la mortalité de 15 %.

Cette étude, portant sur des dizaines de milliers de Français suivis de 2009 à 2017, a observé un lien modeste entre la consommation d'aliments ultratransformés et le risque de décès pendant la période. Les résultats ont été publiés dans la revue de l'Association médicale américaine Jama Internal Medicine.

« Il ne faut pas être alarmiste pour le public et dire qu'en mangeant un plat préparé, on a un risque supplémentaire de 15 % de mourir », modère auprès de l'AFP, Mathilde Touvier, directrice de l'équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle à l'université Paris 13. Elle gère la grande étude NutriNet-Santé avec des chercheurs de trois autres institutions (Inserm, Inra et CNAM). « C'est une nouvelle pierre à l'édifice dans les recherches sur les liens entre aliments ultratransformés et la santé », poursuit-elle. La même équipe française a publié l'an dernier une étude sur la nourriture bio et le risque de cancer. Un plus grand nombre de cancers avait été observé chez les personnes mangeant moins de bio, mais là encore, la méthodologie ne permettait pas de conclure de lien de causalité...

Les aliments ultratransformés appartiennent à la catégorie 4 de la classification Nova : ils ont subi plusieurs procédés de transformation, comme du chauffage à haute température, et incluent des additifs, des émulsifiants, des texturants... Un plat préparé congelé simple, sans additifs, n'en fait pas partie. Cependant, la plupart des aliments ultratransformés sont des plats prêts à réchauffer, plus riches en sel ou en sucre et pauvres en vitamines et en fibres.

Les sodas sont des aliments ultratransformés. © Markus Mainka, Fotolia

45.000 Français de plus de 45 ans, en majorité des femmes, ont participé à la nouvelle étude. Tous les six mois, ils devaient enregistrer sur un questionnaire en ligne tout ce qu'ils avaient mangé et bu pendant trois périodes de 24 heures. Au bout de sept ans, environ 600 personnes étaient décédées. Les chercheurs ont ensuite décortiqué les données et se sont aperçus qu'une augmentation de 10 % de la proportion d'aliments ultratransformés dans l'alimentation correspondait à une augmentation de 15 % de la mortalité.

Des aliments qui contiennent des additifs

Mais Mathilde Touvier avertit qu'il ne faut pas se focaliser sur le chiffre, ce qui compte est l'existence d'un lien statistiquement significatif. Et l'étude doit être interprétée dans un ensemble de travaux. L'an dernier, les chercheurs français avaient publié des résultats, toujours tirés de l'étude NutriNet-Santé, observant un plus grand nombre de cancers chez les gros consommateurs d'aliments ultra-transformés.

Comme il n'est pas possible, pour des raisons éthiques, de faire une expérience où on ne ferait manger ces aliments qu'à une partie de la population mais pas à une autre, les études observationnelles sont la seule solution.

Mais comment expliquer que les aliments ultratransformés sont néfastes à la santé ? Parmi les hypothèses énumérées par les chercheurs : les additifs. Leurs effets sont étudiés en laboratoire, sur des cellules et sur des rats, notamment dans un laboratoire de l'Inra.

Un apport important à la littérature

L'étude de lundi est « un apport important à la littérature », a déclarée auprès de l'AFP Casey Rebholz. La professeure d'épidémiologie à l'université américaine Johns Hopkins, note que la méthodologie est de bonne qualité, malgré les limites inhérentes aux études de ce type. Les données montrent aussi, insiste Nita Forouhi, professeure d'épidémiologie nutritionnelle à Cambridge, que les aliments ultratransformés sont consommés de façon disproportionnée par les personnes à revenus ou à niveau d'éducation faibles, ou vivant seules. « Il faut en faire plus pour contrer cette inégalité », dit-elle.


Les aliments ultra-transformés augmentent le risque de cancer

Article de Marie-Céline Ray paru le 16 février 2018

100.000 volontaires de la cohorte NutriNet-Santé ont répondu à des questionnaires alimentaires. Le suivi sur huit années montre qu'en augmentant de 10 % la part des aliments ultra-transformés dans son régime, on accroît aussi d'au moins 10 % son risque de cancer.

Au cours des dernières décennies, les aliments ultra-transformés ont gagné de la place dans nos assiettes car ils présentent plusieurs avantages : ils sont plutôt sûrs au niveau microbiologique (malgré des contaminations occasionnelles...), pratiques à utiliser et bon marché. Des enquêtes menées en Europe, en Amérique du Nord et au Brésil suggèrent que les produits ultra-transformés représentent entre 25 et 50 % de nos apports énergétiques.

Des chercheurs de l'Inserm, de l'Inra et de l'université Paris-XIII ont mené une étude sur les participants de la cohorte NutriNet-Santé. Les 104.980 participants, tous adultes, ont répondu à des questionnaires alimentaires qui ont permis de connaître leur consommation en aliments ultra-transformés. Par exemple, une compote de pommes avec du sucre est un produit transformé, mais si un dessert contient des fruits aromatisés, des colorants, des agents texturants, il est ultra-transformé. Sont aussi considérés comme des aliments ultra-transformés les charcuteries contenant des conservateurs, les poêlées industrielles de légumes, les sodas, nuggets, soupes instantanées...

Dans la cohorte, le pourcentage d'aliments ultra-transformés dans l'alimentation était de 18,7 %. Chez les 25 % de personnes qui mangeaient le plus d'aliments ultra-transformés, cette proportion atteignait en moyenne 32 %.

Dans les charcuteries, il y a beaucoup de sel, de gras, des conservateurs et des molécules des emballages en contact avec l’aliment. © Sergey Ryzhov, Fotolia

Additifs, emballages et produits cancérogènes au menu

2.228 cas de cancers ont été déclarés. Une augmentation de 10 % de la consommation d'aliments ultra-transformés conduisait à une augmentation de 12 % du risque de cancer global et de 11 % du risque de cancer du sein. Les aliments ultra-transformés contiennent beaucoup de graisses, de graisses saturées, de sel et ils sont pauvres en fibres et en vitamines. Pourtant, les résultats restaient significatifs même en ajustant en fonction de la qualité nutritionnelle de l'alimentation. Cela signifie que la mauvaise qualité nutritionnelle des aliments ultra-transformés n'est pas le seul facteur impliqué.

Alors, comment expliquer une augmentation du risque de cancer ? Plusieurs éléments sont à prendre en compte. Les aliments ultra-transformés contiennent des molécules potentiellement cancérogènes produites lors de la cuisson, comme l'acrylamide, des amines hétérocycliques et des hydrocarbures aromatiques polycycliques. Des additifs, certes autorisés mais controversés, sont parfois présents, comme le nitrite de sodium (E250), un conservateur de la charcuterie, ou le dioxyde de titane, un colorant blanc dont les effets cancérogènes sont discutés. Enfin, les emballages en contact avec les aliments peuvent aussi être à risque (bisphénol A...).

L'étude met en évidence une association et non un lien de cause à effet qu'il reste à prouver. Les chercheurs envisagent dans un communiqué de l’Inserm de poursuivre l'étude des additifs alimentaires dans la cohorte NutriNet-Santé. Ces résultats paraissent dans la revue BMJ.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Gastronomie moléculaire à la maison : une recette de cuisine note à note  La cuisine note à note est facile à réaliser à la maison. La recette que nous présente ici en vidéo Hervé This, physicien et chimiste français, co-inventeur de la gastronomie moléculaire, est particulièrement simple.