Manque de sommeil, malbouffe et dépression reliés par deux études scientifiques. © RitaE, Pixabay, CC0 Creative Commons

Santé

Le manque de sommeil encourage la malbouffe et la malbouffe rend dépressif…

ActualitéClassé sous :Nutrition , malbouffe , manque de sommeil

Lorsque nous sommes privés de sommeil, nous avons tendance à manger plus. Et plus enclins encore, selon des chercheurs allemands, à céder à la tentation de la malbouffe. Cela nuit à notre santé physique. Mais aussi à notre santé mentale. En effet, des chercheurs britanniques font aujourd'hui le lien entre malbouffe et dépression.

Le manque de sommeil nous encourage à grignoter. Ce n'est pas une nouveauté. Mais une récente étude menée par des chercheurs de l'université de Cologne (Allemagne) nous apprend que c'est alors vers les aliments gras ou sucrés que nous nous tournons de préférence. En résumé, mal dormir pousse à mal manger.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont dosé les niveaux de ghréline dans le sang des volontaires qui ont participé à leur expérience. La ghréline est l'hormone qui stimule notre appétit. Les chercheurs ont constaté que les concentrations de ghréline étaient plus élevées au matin -- à repas identique la veille au soir -- chez les patients ayant été privés de sommeil pendant une nuit, que chez les autres.

Des IRM cérébrales ont, par ailleurs, montré une augmentation de l'activité de l'hypothalamus et de l'amygdale après une privation de sommeil. Le premier contrôle l'appétit et le second est associé au circuit de la récompense. Résultat : les volontaires privés de sommeil se sont montrés particulièrement intéressés lorsqu'il leur a été proposé, au petit matin, de manger des barres chocolatées ou des chips. De quoi faire un peu plus le lien entre manque de sommeil et obésité.

Privés de sommeil, les patients ont tendance à céder plus facilement aux sirènes de la malbouffe. © rh2010, Fotolia

La malbouffe accroît les symptômes dépressifs

Et peut-être aussi, tisser un lien indirect entre manque de sommeil et dépression. Car une autre étude, menée cette fois à la Manchester Metropolitan University (Royaume-Uni), nous prévient que la malbouffe augmente notre risque de dépression.

Ces résultats ont un potentiel clinique considérable.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont analysé les données recueillies par 11 études portant au total sur plus de 100.000 personnes de tous âges, de tous sexes, d'ethnies variées et vivant dans différents pays. Les personnes dont les régimes étaient riches en cholestérol, en graisses saturées et en glucides se sont révélées en moyenne 1,4 fois plus susceptibles que les autres de présenter des symptômes dépressifs. Leur explication : ces aliments seraient à l'origine d'une inflammation chronique de notre cerveau.

« Ces résultats présentent un potentiel clinique considérable pour le traitement de la dépression, assure le docteur Steven Bradburn. La modification du régime alimentaire d'un patient pourrait constituer une alternative intéressante à la médication. Une alternative ne présentant que des effets secondaires positifs. Cependant, il convient de souligner que nos résultats montrent une association plutôt qu'une causalité. Des travaux plus poussés sont nécessaires pour confirmer l'efficacité d'une modulation des habitudes alimentaires dans le traitement de la dépression. »

  • Privés de sommeil, nous avons tendance à céder à l’appel de la malbouffe.
  • La conséquence est une augmentation du taux d’hormones stimulant l’appétit d’une part, et de l’activité de l’hypothalamus et de l’amygdale, d’autre part.
  • Lorsque nous mangeons mal, notre risque de présenter des symptômes dépressifs augmente de quelque 40 %.
  • Pour une meilleure santé physique et mentale, mieux vaut donc éviter la malbouffe.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

La dépression, symptômes et traitement ?  La dépression est une maladie de plus en plus fréquente, qui ne doit pas être confondue avec des moments de tristesse normaux lors des évènements tristes de la vie. Explications avec Virginie Lacombe, muséographe et chef de projet à la Cité des Sciences et de l’Industrie.