Le potimarron photographié par l'IRM le plus puissant du monde à NeuroSpin, plateforme d'imagerie du CEA à Saclay. © CEA
Santé

L'IRM le plus puissant du monde dévoile ses premières images d'une précision inégalée

ActualitéClassé sous :médecine , cerveau , technologie

Le site de Saclay du CEA abrite l'IRM le plus puissant du monde. Construit dans le cadre du projet Yseult, il a livré ses premières images ; pas d'un cerveau ou d'un autre organe du corps humain, mais d'un potimarron ! À terme, cette prouesse technologique sera mise au service de la recherche sur le cerveau et son fonctionnement.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Cerveau en 3D réalisé grâce à l’IRMa 3D  En utilisant le nouveau logiciel d’IRMa 3D, une animation 3D peut être créée à partir d'une image IRM. Le détail frappant de ces mouvements amplifiés animés peut aider à identifier des anomalies, telles que celles causées par des blocages de fluides rachidiens, comprenant le sang et le liquide céphalorachidien dans le cerveau. 

Cent trente-deux tonnes, cinq mètres de long, cinq mètres de diamètre extérieur pour 90 centimètres de diamètre intérieur. Les dimensions de l'IRM le plus puissant du monde, mis au point par le CEA dans le cadre du projet Iseult, sont impressionnantes. Sa puissance l'est encore plus, son aimant développe un champ magnétique nominal de 11,7 teslas. C'est beaucoup plus que les IRM hospitaliers classiques (1,5 ou 3 teslas). Ce bijou technologique est destiné à percer les mystères du cerveau et de son fonctionnement, mais avant de réaliser la première imagerie par résonance magnétique (IRM) sur un être humain, les scientifiques ont acquis des images à partir d'une cucurbitacée.

Une résolution d'image jamais obtenue

Jamais un potimarron n'a été photographié avec un tel niveau de précision. Le champ magnétique nominal généré par l'aimant permet d'atteindre une résolution de 400 microns dans les trois dimensions. Des premières images prometteuses qui présagent de belles découvertes sur le cerveau humain. Il a fallu 20 ans de travail aux équipes de recherche du CEA et à leurs partenaires pour arriver à ce résultat. L'aimant a été mis au point à Belfort, dans l'usine Alstom, aujourd'hui General Electric. Ce dernier est alimenté par un courant électrique très intense : 1.500 ampères, et refroidi par de l'hélium superfluide à -271,35 °C. Il est installé à NeuroSpin, la plateforme de neuroimagerie du site de Paris-Saclay.

L'IRM du projet Yseult permettra d'obtenir des images du cerveau 10 fois plus précises que celles qui sont produites à ce jour. Les scientifiques doivent encore mettre au point une méthodologie pour que l'IRM fonctionne de façon optimale ainsi que l'aval des autorités sanitaires avant que le premier volontaire ne s'allonge entre ses parois. D'ici là, peut-être que d'autres cucurbitacées seront utilisées pour éprouver les réglages. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !