Le gène MYC, impliqué dans le maintien de nombreux cancers, est une cible difficile à combattre. À l'occasion d’un congrès annuel espagnol, des chercheurs présentent actuellement les résultats d’un essai clinique précoce concluant visant MYC.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Cancer : mieux comprendre les tumeurs pour mieux les combattre Futura-Sciences s’est rendu au Centre de recherche en cancérologie de Marseille pour comprendre les premières étapes nécessaires dans la lutte contre le cancer. Du dérèglement moléculaire des cellules jusqu’au diagnostic de la gravité de la tumeur.

Pour la première fois, un médicament a réussi à inhiber de manière sûre la fonction du gènegène MYC -- impliqué dans la croissance des tumeurs - lors d'un essai cliniqueessai clinique de phase I. « MYC est l'une des cibles les plus recherchées dans le domaine du cancer, car elle joue un rôle clé dans l'apparition et le maintien de nombreux cancerscancers humains courants, tels que le cancer du seincancer du sein, de la prostate, du poumon et des ovaires », a précisé la Docteur Elena Garralda lors du 34e congrès sur les cibles moléculaires et la thérapeutique du cancer qui se tient actuellement à Barcelone, en Espagne.

Comme pour tout essai clinique précoce, un petit groupe de volontaires a été recruté (22 personnes à partir d'avril 2021) afin d'évaluer la sécurité du médicament chez l'Homme ainsi que ses premiers effets anti-tumoraux. Les chercheurs ont développé une protéineprotéine appelée « OMO-103 » qui peut atteindre le noyau cellulaire, et qui avait déjà montré une capacité à bloquer MYC lors d'expériences sur les souris. La protéine a été administrée par voie intraveineuse à différentes doses (de 0,48 à 9,72 mg par kgkg de poids du patient) et sur plusieurs semaines.

Un essai clinique de phase I consiste à évaluer la sécurité d’emploi d’une nouvelle molécule, les effets secondaires qu’elle peut produire, et à obtenir les premiers éléments de son activité anti-tumorale. © momius, Adobe Stock
Un essai clinique de phase I consiste à évaluer la sécurité d’emploi d’une nouvelle molécule, les effets secondaires qu’elle peut produire, et à obtenir les premiers éléments de son activité anti-tumorale. © momius, Adobe Stock

Vers un essai clinique de phase II

En prélevant des biopsiesbiopsies de tumeurs, les chercheurs ont constaté une stabilisation de la maladie chez certains patients, le traitement ayant stoppé la croissance du cancer. Ils précisent que huit des douze patients qui ont subi un scannerscanner après neuf semaines présentaient une maladie stable au 10 octobre 2022.

En outre, les résultats montrent que les volontaires ont généralement subi des effets secondaires légers avec OMO-103 qui pourraient être associés à une chimiothérapie ou d'autres thérapies. Le médicament est désormais prêt à passer à un essai de phase II, avec une dose recommandée de 6,48 mg par kg.