Un virus « tueur de cancer » est actuellement testé dans un essai cliniqued. © Dana.S, Adobe Stock
Santé

Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient dans un essai clinique

ActualitéClassé sous :cancer , Virus , système immunitaire

Des scientifiques ont modifié un orthopoxvirus pour le transformer en « tueur de cancer. » Cette approche thérapeutique est actuellement testée dans un essai clinique sur des personnes atteintes de cancer métastasé et résistant aux traitements précédents.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Quelles sont les différences entre bactéries et virus ?  Ce sont des microbes. Ils sont tout petits et on les confond assez facilement. Pourtant, bactéries et virus sont deux choses bien différentes. Et pour lutter efficacement contre ceux qui provoquent des maladies, mieux vaut les identifier clairement. 

Dans le cadre d'un essai clinique, sponsorisé par la société de biotechnologie australienne Imugene, un volontaire atteint d'un cancer métastasé et résistant aux précédentes tentatives de traitement, vient de se voir administrer un virus « tueur de cancer », ou oncolytique pour les scientifiques. CF33-hNIS ou Vaxinia est un orthopoxvirus, comme celui de la variole du singe, modifié en laboratoire pour exprimer un gène humain - on parle alors de virus chimérique - qui permet de suivre sa réplication dans les cellules et d'augmenter ses propriétés anticancéreuses.

Ce dernier est capable d'infecter et de tuer les cellules cancéreuses tout en épargnant celles qui sont saines. Quand la cellule cancéreuse meurt, elle libère des particules virales qui stimulent le système immunitaire, notamment les lymphocytes T spécialistes dans la destruction des tumeurs, qui attaquent ensuite leurs voisines. « Nos recherches antérieures ont montré que les virus oncolytiques peuvent stimuler le système immunitaire pour tuer le cancer et le rendre plus réactif à d'autres immunothérapies », explique Dareng Li, le principal investigateur de cet essai clinique.

Stimuler l'immunité est un axe de recherche contre le cancer très prometteur. © Spectral Design, Fotolia

Une nouvelle approche anticancéreuse sur le banc d'essai

L'essai clinique testera la sécurité et la tolérance de CF33-hNIS seul ou en combinaison avec un anticorps thérapeutique, le pembrolizumab, déjà autorisé pour soigner plusieurs cancers. Dans un second temps, les scientifiques analyseront la capacité du virus oncolytique à réduire la taille des tumeurs.

L'efficacité réelle de ce traitement anticancéreux ne sera estimée que durant les dernières phases de l'essai clinique. Les investigateurs espèrent enrôler une centaine de volontaires, majeurs et atteints de n'importe quel type de tumeur solide, à travers les États-Unis et en Australie.

Vous souhaitez accéder à Futura sans être interrompu par la publicité ?

Découvrez nos abonnements en ligne et naviguez sans pub ! En ce moment, le Mag Futura est offert pour une souscription de 3 mois à l'abonnement "Je participe à la vie de Futura" !

Le Mag Futura, c'est quoi ? 

  • Notre première revue papier de + de 200 pages pour rendre la science accessible au plus grand nombre
  • Une plongée au cœur de 4 thématiques scientifiques qui vont marquer 2022, de la Terre à la Lune

*L'envoi du Mag Futura se fait après le troisième mois d'inscription.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !