Les feux d’artifice engendrent une multiplication par quatre ou cinq du niveau de particules fines. © Ben O'Bro, Unsplash

Planète

Les feux d'artifice sont-ils polluants ?

Question/RéponseClassé sous :Pollution , feux d’artifice , émission de particules fines

Chaque année, à l'occasion du 14 juillet ou du Nouvel An, des milliers de feux d'artifice sont lancés partout en France. Malheureusement ces derniers contiennent un cocktail de produits chimiques particulièrement polluant.

Un feu d'artifice est essentiellement constitué de poudre noire servant de combustible, composée de charbon, de soufre et de salpêtre, ainsi que d'un agent oxydant (le plus souvent du perchlorate de potassium). On trouve aussi des particules fines métalliques qui confèrent leurs couleurs éclatantes aux feux d'artifice. Le bleu provient par exemple du cuivre, le rouge du strontium ou du lithium, et le vert vif ou le blanc du baryum.

Les feux d’artifice plus polluants que la circulation automobile

Lors de son explosion, la bombe libère des millions de particules fines dans l'atmosphère qui génèrent une importante pollution, bien plus élevée que celle due à la circulation automobile. En 2012, Airparif a analysé la concentration des particules fines dans l'air suite au spectacle dans la capitale et a observé une augmentation de plus de 3.000 % dans la zone de tir. Le niveau retombe ensuite rapidement à la normale, mais au niveau national, la concentration en particules fines demeure encore 42 % plus élevée durant les 24 heures qui suivent un feu d'artifice, d'après une étude portant sur la fête nationale du 4 juillet aux États-Unis et publiée dans Science Direct. Au Royaume-Uni, les feux d'artifice constituent aujourd'hui la plus grande source de production de certaines particules métalliques dans l'atmosphère. Ces particules fines sont à l'origine de problèmes de santé bien documentés : affections respiratoires, augmentation des risques chez les asthmatiques et les personnes cardiaques, etc. 

Lors du tir des feux d’artifice du 14 juillet, le niveau de particules fines est multiplié par 30. © AirParif

La combustion de la poudre noire entraîne elle un important dégagement de CO2. Un feu d'artifice comme celui du 14 juillet avec 30 tonnes de poudre projette ainsi dans l'atmosphère 14,7 tonnes de CO2, l'équivalent d'un trajet de 67.000 km en voiture essence.

La pollution des sols et des rivières

Lorsqu'elles retombent sur le sol, les poussières vont aussi polluer l'environnement. Le propergol (un agent de propulsion) et les colorants non brûlés contaminent les sols et les rivières. Le cuivre, par exemple, est  susceptible d'entraîner des taux élevés de dioxine et des problèmes de peaux ; le phosphore entraîne une eutrophisation des lacs et le baryum peut avoir des effets nocifs sur le cœur et l'intestin. Les plans d'eau à proximité des stations balnéaires et des parcs d'attractions, où les feux d'artifice sont fréquents, connaissent ainsi des problèmes récurrents de qualité de l'eau. Il faut enfin compter avec la pollution « visible » : les résidus de carton et de papier qui jonchent le sol après le tir et qui ne sont pas toujours ramassés.

Les particules polluantes des feux d’artifice retombent au sol et contaminent l’environnement. © Vernon Raineil Cenzon, Unsplash

Les alternatives écolos aux feux d’artifice

Depuis quelques années, les artificiers tentent cependant de réduire l'impact environnemental des feux d'artifice. Les feux d'artifice modernes utilisent maintenant de l'air comprimé pour propulser les engins pyrotechniques et les perchlorates peuvent être remplacés par des composés azotés comme le tétrazole ou le bistétrazole. Mais on pourrait surtout substituer les feux d'artifice par des spectacles son et lumière, ou même des vols de drones en essaim, pour des spectacles tout aussi époustouflants.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi