Cela ressemble aux premiers instants de la vie d'un être humain, la rencontre du spermatozoïde et de l'ovule, sauf qu'il s'agit là de l'anthère, la partie supérieure de l'étamine, et de son pollen, les organes de l'appareil reproducteur de l'Anemone hortensis, l'anémone des jardins qui fait partie de la famille des Ranunculaceae. Une petite plante, vénéneuse, qui s'épanouit dans le sud de la France et en Corse.Anthère et de pollen d'anémone des jardins. Anemone hortensis. © Rob Kesseler, tous droits réservés

Planète

Micrographie : la vie sexuelle cachée des plantes

PhotoClassé sous :botanique , pollen , vie sexuelle

La microphotographie a l'extraordinaire pouvoir de nous montrer l'infiniment petit, de nous plonger au cœur de la matière, au sein d'un univers inaccessible à notre regard. Et si nous nous approchions d'une simple fleur afin d'en respirer le doux parfum et que, telle Alice au pays des Merveilles tombant dans le puits, nous soyons subitement happés, aspirés tout entier à l'intérieur d'une fleur. Devenus des lilliputiens au royaume des plantes, que verrions-nous de ces cathédrales végétales ? Avec l'aide de Rob Kesseler, de son talent artistique et de son insatiable curiosité, immergeons-nous dans cette fascinante intimité des plantes et observons au plus près ces grains de pollen, ces graines ou ces anthères constituant les diverses parties de l'appareil reproducteur de la fleur.

Rob Kesseler utilise le microscope électronique à balayage qui permet d'obtenir, en relief et en très haute définition, de très forts grossissements, jusqu'à 30.000 fois. Pour obtenir ces résultats, l'artiste plasticien, à la double casquette d'enseignant, doit procéder à une méticuleuse préparation et prélever des échantillons spécifiques qui doivent être métallisés ; en l'occurrence, il les recouvre d'une microcouche de platine, puis ces prélèvements sont placés « dans une chambre à vide où ils sont bombardés par un faisceau de particules électroniques ».

Cette technique ne produit pas d'image en couleurs, les données sont traduites par des pixels en niveau de gris, c'est-à-dire en nuances de noir et de blanc. L'artiste va donc ensuite coloriser l'image avec l'aide d'un logiciel de retouches photographiques, pour mettre en évidence les caractéristiques structurelles et fonctionnelles du spécimen qui apparaît en relief. Son utilisation de la couleur crée de puissants portraits, entre science et symbolisme, grâce à « un processus subtil et méticuleux de création et de travail à travers de multiples couches chromatiques pour modeler la forme avec une intense tridimensionnalité ».

De la même façon que la plante utilise la couleur pour attirer son insecte collaborateur pour la pollinisation et la dispersion des graines, Rob Kesseler entend attirer notre œil afin de nous sensibiliser à la complexité structurelle de cette fragile et délicate antichambre nuptiale des plantes. 

Anemone hortensis. © Rob Kesseler, tous droits réservés

Abonnez-vous à la lettre d'information Photos : chaque semaine, deux sujets traités à travers des photos remarquables.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !