Planète

La production mondiale de plastique

Dossier - Les déchets plastique en mer, un septième continent ?
DossierClassé sous :Pollution , Environnement , plastique

Chaque seconde, 100 tonnes de déchets (sur les 4 milliards produites annuellement) finissent en mer, dont une grande partie est constituée de matières plastique. Certains n'hésitent pas à parler de « septième continent ». Objets flottants ou microparticules, ces déchets plastique se déposent sur les plages, se dispersent en mer, se retrouvent sur les fonds marins. Quels effets ont-ils sur l’Homme et son environnement ?

  
DossiersLes déchets plastique en mer, un septième continent ?
 

La production mondiale de plastique augmente chaque année (299 millions de tonnes, soit + 4 % en 2013 par rapport à 2012), en lien direct avec l'accroissement de la population, avec pour conséquence l'augmentation de la quantité de déchets. Pourquoi ce succès ?

Où en est la production mondiale de plastique ? Filets, chaussures en plastique, pneus se retrouvent parfois dans l'océan. © NOAA Photo Library, Flickr, CC by-nc 2.0

Apparus dans les années 1950, les plastiques, ces matériaux pluriels, répondent à de multiples usages et sont aujourd'hui incontournables. Du fait de leurs qualités particulières — hygiène, résistance aux chocs et aux variations de température, facilité de mise en forme... et imputrescibilité (une qualité, mais un défaut majeur !) —, on les croise à chaque instant de notre vie quotidienne, en particulier sous la forme d'emballages, qui représentent actuellement 66 % des déchets plastique.

Une idée de ce que l'on peut retrouver sur les plages… © Forest & Kim Starr, CC by-nc 3.0

La production mondiale de sacs plastique a explosé dans les années 1970, jusqu'à atteindre 4-5 milliers de milliards par an... En France, 16 milliards de sacs étaient encore distribués en 2000, avec, depuis, une baisse spectaculaire de 90 %, soit 1 milliard quand même !

Les types de déchets plastique retrouvés sur une berge. © DR

Les déchets plastique dans les égouts, les rivières puis la mer

Ni collectés ni recyclés, la plupart des déchets finissent par emprunter le chemin des égouts, des rivières... poussés par les pluies, les courants, les vents... Les apports terrestres représentent ainsi 80 % des déchets qui arrivent en mer.

À côté de la négligence, des catastrophes naturelles (crue, tsunami, glissement de terrain de décharge en bord de littoral...), des accidents (suite à une perte de conteneurs, 150 tonnes de granulés plastique industriels furent retrouvés sur les plages de Hong Kong en juillet 2012), c'est l'activité économique qui reste le principal vecteur de cette pollution (industries, activités urbaines et portuaires, zones de pêche, décharges à ciel ouvert, tourisme...). On a constaté par exemple une augmentation de 75 % du volume des déchets en Méditerranée en période estivale près des zones touristiques.

Bouteilles en plastique, en verre, conteneurs : toutes sortes de plastiques sont trouvés sur nos plages. © Nigel Mykura, CC by-nc 2.0

Quant aux déchets marins, on constate qu'ils sont majoritairement d'origine maritime en Atlantique (zone de pêche et de transports maritimes) et terrestre en Méditerranée (tourisme, urbanisation). Six millions de tonnes de débris sont rejetés chaque année par les navires (dont des conteneurs...). Dans la mer du Nord, 90 % des débris rencontrés sont des emballages en plastique (sacs, bouteilles).

En fonction de leurs propriétés et de leur épaisseur, ces déchets ont des durées de vie diverses : 1 à 5 ans pour le fil de nylon, 1 à 20 ans pour les emballages plastique fins, jusqu'à 450 ans pour les bouteilles plastique et 600 ans pour les fils de pêche en nylon.

Granulés plastique industriels ou « larmes des sirènes » de couleurs blanche, ambrée, noire, rouge que l'on trouve sur la plage de la côte Aquitaine (réserve naturelle nationale). © Maldeseine, CC by-nc 3.0

Macrodéchets et microdéchets

Visibles à l'œil nu, bouteilles et sacs plastique, morceaux de polystyrène... constituent des macrodéchets qui, sous l'effet de l'érosion et de la dégradation (favorisée par la lumière et l'oxygène), finiront par se transformer en microparticules (taille inférieure à 5 mm). On rencontre en grand nombre d'autres sources de microdéchets tels les petits filaments issus du lavage des textiles synthétiques.

Ensemble des morceaux de plastique retirés de l'estomac d'un seul fulmar nord, un oiseau de mer, au cours d'une autopsie au Laboratoire national de la faune. © Carol Meteyer, USGS, CC by-nc 2.0

Les déchets d'origine industrielle ne représentent que 10 % et sont principalement constitués de granulés plastique destinés à être transformés. Ces perles de plastique, des microdéchets d'un demi-centimètre de diamètre, de formes et de couleurs variées, que l'on retrouve sur toutes les mers du globe, sont surnommées par l'Ifremer « les larmes des sirènes », en référence aux perles de nacre et aux morceaux de verre multicolores érodés par les vagues que l'on trouvait autrefois sur les plages.