Photo d'un manchot du Cap. © Patrick Straub

Planète

Manchot du Cap

DéfinitionClassé sous :zoologie , oiseau , pingouin

Manchot du Cap (Linnaeus 1758) - Spheniscus demersus

  • Ordre : Sphenisciformes
  • Famille : Spheniscidae
  • Genre : Spheniscus
  • Taille : 60 à 70 cm
  • Poids : 2 à 4 kg
  • Longévité : 25 à 28 ans

Statut de conservation UICN : En danger

Description du manchot du Cap

Le manchot du Cap ou manchot à pieds noirs est un oiseau de taille moyenne dont la nuque, le dos, la partie supérieure des ailes et la queue sont noirs. Le sommet de la tête est orné d'une bande noire qui rejoint l'arête supérieure du bec et les joues sont noires également. Le plumage est blanc sur la partie ventrale, et une bande blanche contourne le noir des joues, passe au-dessus de l'œil jusqu'au bec. Une bande noire en forme de U allongé barre le ventre sur toute sa longueur, et ce dernier est constellé de petites taches sombres. Ces marques sont un peu comme nos empreintes digitales et permettent de distinguer les individus. Les pieds courts, épais et palmés sont sombres également. Les nageoires taillées en faux, lui servent à se propulser sous l'eau. Le bec noir, long et pointu, est légèrement bombé sur le dessus. Le manchot du Cap possède des glandes rosâtres situées au-dessus des yeux, qui sont destinées à la thermorégulation. Les indices permettant de distinguer mâle et femelle sont leur taille et la longueur du bec.

Manchot du Cap à Boulders Beach. © Paul Mannix, CC by-SA 2.0

Habitat du manchot du Cap

On ne trouve le manchot du Cap qu'en Afrique du Sud et sur la côte namibienne ainsi que sur les îles proches. Il fréquente aussi bien les rivages rocheux que sablonneux. Il existe cependant peu de colonies établies sur le continent. Deux se sont installées dans les années 1980 à Boulders Beach et à Stony Point en Afrique du Sud, et une autre en Namibie, mais on ignore depuis quelle date. En effet, les autres groupes nidifient sur les îles pour échapper aux prédateurs. La colonie la plus importante s'est implantée sur l'île de Dyer.

Colonie de Boulders Beach. © Andrew massyn, domaine public

Comportement du manchot du Cap

Le manchot du Cap est un oiseau sociable et grégaire qui se regroupe en vastes colonies pendant la saison de reproduction. Il chasse également en groupes constitués de 50 à 100 individus. Il plonge généralement à une trentaine de mètres de profondeur et reste en apnée un peu plus de deux minutes, mais il a été observé à 130 mètres de fond. Sa vitesse de pointe peut atteindre 12 km/h. Il est plus actif à l'aube et au crépuscule que dans la journée et passe sont temps soit en mer pour se rafraîchir, ou dans son terrier ou des buissons pour s'abriter de la morsure du soleil. Ses principaux prédateurs à terre sont les chacals, les genettes ou les mangoustes, quoique la colonie de Betty Bay ait été agressée par des léopards. Dans l'eau, le manchot est victime de l'orque, du requin blanc, tandis que les jeunes subissent les attaques des otaries à fourrure du Cap. Les oiseaux marins ne sont pas en reste car de nombreuses espèces rôdent autour des colonies pour voler les œufs ou les oisillons. Le manchot du Cap est généralement silencieux sauf la nuit où ses cris rauques semblables à des braiements d'âne lui ont valu d'être surnommé Jackass Penguin.

Paré à plonger. © William Scot, CC by-SA 2.5

Reproduction du manchot du Cap

Le manchot du Cap est fidèle et choisi son partenaire pour longtemps, voire pour la vie, et revient systématiquement au nid occupé l'année précédente. Le nid est creusé sous le guano, ou installé sous des roches ou des buissons afin d'abriter la progéniture des rayons ardents du soleil et des prédateurs aériens. La saison de reproduction varie selon les lieux. La ponte a lieu de mars à mai en Afrique du Sud et de novembre à décembre en Namibie. La femelle dépose généralement deux œufs qui sont couvés alternativement par les deux parents pendant une période d'une quarantaine de jours. Les parents s'occupent des jeunes pendant un mois, au terme duquel ils rejoignent une crèche communautaire sous la garde d'adultes afin de permettre aux parents d'aller se nourrir. Les jeunes sont en mesure de quitter le nid entre deux et quatre mois, et vivent en solitaire pendant un ou deux ans avant de revenir sur le lieu qui les a vus naître. À ce moment là, ils muent et adoptent leur plumage d'adulte mais ne sont en mesure de se reproduire qu'au bout de quatre ans en moyenne.

Femelle couvant ses œufs. © Mike Scott, CC by-SA 2.0

Régime alimentaire du manchot du Cap

Le manchot se nourrit essentiellement de petits poissons tels que les sardines ou les anchois, mais peut compléter son alimentation avec des céphalopodes et des petits crustacés. Il peut consommer quotidiennement jusqu'à 500 grammes de nourriture.

Manchot du Cap. © Daemonic Kangaroo, domaine public

Menaces sur le manchot du Cap

Les populations de manchots du Cap étaient estimées à environ 4 millions d'individus en 1910. Mais du fait des actions humaines, dont la surpêche et l'exploitation du guano servant à abriter les nids, seuls 10 % des effectifs avaient survécus à la fin du XXe siècle. En 2010 on ne dénombrait plus que 55.000 oiseaux ! Alors que 95 % des manchots avaient déjà été exterminés, une catastrophe écologique a failli faire disparaître l'espèce définitivement. En effet, le 23 juin 2000, le minéralier MV Treasure a fait naufrage entre les îles de Robben et de Dassen en Afrique du Sud (source IPAW). Les 1.300 tonnes de fuel contenus dans les réservoirs ont causé la mort de près de 20.000 manchots (sans compter les autres espèces d'oiseaux marins). Le manchot du Cap est classé parmi les espèces en danger sur la liste rouge de l'UICN. Si rien n'est fait pour protéger l'oiseau, dans une quinzaine d'années, nous ne pourrons plus l'admirer que dans les zoos...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi