Planète

Macaque rhésus

DéfinitionClassé sous :zoologie , singe , primate
La femelle du macaque rhésus effectue une gestation de 166 jours. © Minghong, GNU FDL Version 1.2

Macaque rhésus (Zimmermann 1780) - Macaca mulatta

  • Ordre : Primates
  • Famille : Cercopithecidae
  • Sous-famille : Cercopithecinae
  • Genre : Macaca
  • Taille : 0,50 à 0,60 m (longueur de la queue 0,30 m)
  • Poids : 3 à 6 kg
  • Longévité : 28 à 30 ans

Statut de conservation UICN : LC Préoccupation mineure

Description du macaque rhésus

Également appelé bandar, le macaque rhésus est un singe de taille moyenne au pelage présentant de grandes variations dans les tons de brun-vert sur la partie supérieure, et de gris-blanc sur la partie ventrale. La partie postérieure est généralement d'un brun orangé plus soutenu, lui donnant l'impression de porter une culotte. La face, la paume des mains et la plante des pieds sont rosâtres. Le singe possède un thorax large, un fessier rouge vif prolongé par une queue relativement courte. C'est un singe qui se déplace autant en mode bipède qu'en quadrupède.

Macaques rhésus à Agra. © Thomas Schoch, GNU FDL Version 1.2

Habitat du macaque rhésus

Le macaque rhésus est le primate dont la distribution géographique est la plus vaste. On trouve différentes sous-espèces en Inde, au Bengladesh, au Pakistan, au Népal, au Myanmar, en Thaïlande, en Afghanistan et dans le sud de la Chine. Il fréquente aussi bien dans les savanes arides que les zones boisées sèches ou humides, depuis le niveau de la mer jusqu'à 2.500 mètres d'altitude. Il est depuis longtemps un fléau dans de nombreuses villes et pose un véritable problème de santé publique. 

Macaque rhésus au Parc national Corbett. © Aiwok, GNU FDL Version 1.2

Comportement du macaque rhésus

Le macaque rhésus est un singe grégaire qui vit en groupe multimâles et multifemelles variant entre 10 et 80 individus. La hiérarchie sociale est matrilinéaire. Le rang de chacun est dépendant de son lien de parenté avec la femelle qui transmet son rang à la sœur suivante. Chaque femelle monte en grade au-dessus de la sœur suivante. Les soins des jeunes et la surveillance du territoire sont partagés par les membres du groupe. Le macaque rhésus est un singe agité et bruyant qui communique autant vocalement que gestuellement. Les expressions faciales, les postures corporelles, les gestes sont autant d'éléments de communication non verbale à courte distance. Le singe maîtrise une vaste gamme de vocalisations qui vont des  grognements aux roucoulements, des gazouillis aux grincements, des cris stridents aux aboiements. La vie d'un macaque rhésus est également émaillée de séances d'épouillage, de simulacres de combat entre mâles pour prouver l'ascendant du plus fort sur les autres et de jeux. C'est un animal très agile qui est également excellent nageur. En milieu naturel, le macaque rhésus a quelques prédateurs tels que le léopard, le tigre, le crocodile des marais, l'aigle ravisseur ou le python molure.

Macaque rhésus femelle. © Einar Fredriksen, CC by-SA 2.0

Reproduction du macaque rhésus

La période de reproduction du macaque rhésus est dépendante de sa répartition géographique. Elle est saisonnière dans les régions de montagnes et plus continue dans les zones tropicales. Pour optimiser les chances d'être fécondée, la femelle peut avoir des rapports avec quatre mâles différents. La durée moyenne de gestation est de 166 jours, au terme desquels la femelle donne naissance à un petit unique qui reste avec sa mère pendant une année environ. Les quatre premiers mois de sa vie, le bébé s'agrippe aux poils de sa mère lors des déplacements. L'intervalle entre les naissances peut être de un ou deux ans. Les observations effectuées en 2001 par Dario Maestripieri (*) ont pu démontrer qu'une mère macaque rhésus s'investira davantage dans l'éducation d'une fille que d'un garçon. La femelle adulte est sexuellement mature à trois ans, et le mâle à quatre. Mais il ne devient reproducteur que vers la huitième année.

Femelle macaque rhésus et sa progéniture. © Aiwok, GNU FDL Version 1.2

Régime alimentaire du macaque rhésus

Le macaque rhésus « des champs » se nourrit surtout de fruits, de bourgeons, de graines, de racines ou écorces. L'eau contenue dans les fruits suffit à son hydratation. Dans le cas contraire, il récupère le précieux liquide en léchant les feuilles couvertes de rosée. Il mange également des invertébrés et principalement des insectes : sauterelles, coléoptères... Et le macaque rhésus « des villes » est devenu opportuniste en faisant les poubelles ou les décharges à ciel ouvert, ou en chapardant des fruits sur les étalages des marchands, voire des petits pains ou des glaces... Il mange tout ce qui lui tombe sous la main au grand dam des habitants des villes indiennes qui le supportent malgré les risques de morsures, car il est considéré comme sacré. Et lorsqu'il ne se nourrit pas sur place, il emmagasine de la nourriture dans les poches de stockage de ses joues, avant de s'enfuir pour se mettre à l'abri, et ensuite manger tranquillement.

On distingue bien les canines du macaque. © 13bobby, CC by 2.0

Menaces sur le macaque rhésus

Les autorités de New Dehli en Inde sont actuellement en guerre ouverte qu'elles ne sont pas certaines de gagner, contre les hordes de macaques (5.000 individus estimés) qui, tels des gangs organisés, s'introduisent dans les habitations non protégées et pillent sans vergogne les garde-manger. Leur audace est telle qu'ils n'hésitent pas à se montrer agressifs lorsqu'on essaye de les écarter. Mais comment s'étonner que le macaque envahisse les zones urbaines puisque l'Homme rogne chaque jour davantage les milieux originels du singe. Si le bandar agit de la sorte c'est qu'il est tout simplement affamé...

Bien que les macaques rhésus aient massivement été capturés pour approvisionner les laboratoires de recherche biomédicale, les populations des sept sous-espèces ont remonté leurs effectifs. Mais cette hausse sensible ne sera probablement pas positive car le primate soufre de la perte de son habitat. Non seulement il effectue des razzias sur les champs cultivés, mais il investit les zones urbaines et entre en concurrence avec l'Homme. Bien qu'ils soient sacrés pour la majorité des communautés hindoues, la rivalité qui les oppose aux humains et qui causent fréquemment des blessures aux jeunes enfants ou aux vieillards, est en train de briser le lien coutumier. Dans certaines régions d'Inde, les paysans n'hésitent plus à lapider les singes, à les tirer ou à les piéger.

Troupe de macaques. © J.M.Garg, GNU FDL Version 1.2

Le saviez-vous ?

Plusieurs populations de macaques rhésus féraux se sont développées aux États Unis et à Porto Rico. La colonie de Silver River State en Floride qui a été installée volontairement dans les années 1938, est actuellement gérée par le Silver River State Park. Un autre groupe a été implanté sur l'île Morgan en Caroline du Sud, mais le groupe le plus important se trouve sur l'île Cayo Santiago. Il a été introduit sur l'île par le Centre de recherches sur les primates des Caraïbes.

Le macaque rhésus a payé un lourd tribut peut-être pas toujours justifié, pour notre bien être. En 1940, la découverte de Landsteiner permit de classer les différents groupes sanguins selon la présence ou non d'antigènes A ou B à la surface des globules rouges. Ce fut un macaque rhésus qui servit à fabriquer le premier sérum-test permettant de différencier les différents groupes sanguins qui portent aujourd'hui le nom de « groupes rhésus ».

Le macaque rhésus fut également utilisé en chirurgie expérimentale (greffe rénale porcine), en médecine nucléaire (immunothérapie anticancer), en neurosciences (cognition, orientation spatiale), en virologie (hépatites virales, herpès, poliomyélite, Sida...), en pharmacologie (toxicologie), dans les cosmétiques (tests des ingrédients), dans le domaine militaire (guerre biologique) et spatial. En mars 1967, depuis Hammaguir en Algérie, la France envoya dans l'espace une guenon macaque rhésus surnommée Martine, afin de vérifier si, en l'absence de gravité, un mammifère était capable d'exécuter des actes réclamant réflexion, mémoire et capacités motrices.

Ci-dessous, quelques parcs nationaux ou réserves où l'on peut observer des macaques rhésus dans leur milieu naturel.

Inde :

  • Parc national de Betla (État du Jharkhand) ;
  • Parc national des Sundarbans (État du Bengale Occidental) ;
  • Parc national de Bandhavgarh (État du Madhya Pradesh) ;
  • Parc national Rajaji (État de l'Uttarakhand) ;
  • Parc national Sariska (État du Rajasthan). 

Népal :

  • Parc national de Chitwan.

Thaïlande :

  • Parc national de Khao Yaï.

* Dario Maestripieri possède un doctorat en psychobiologie de l'université de Rome et est actuellement professeur de développement humain comparé, biologie évolutive et de neurobiologie à l'université de Chicago. Il a principalement étudié la psychologie, le comportement et la biologie des macaques rhésus.

Cela vous intéressera aussi