Planète

La Terre vue de l'Espace : avions et cendres volcaniques

ActualitéClassé sous :Volcanologie , Terre , Espace

Une nouvelle image prise par le satellite Envisat nous montre un important nuage de cendres. Venu du volcan islandais Grímsvötn et porté par les vents, il a parcouru quelque 1.000 kilomètres avant d'atteindre le nord-est de l'Écosse.

Cette image du nuage de cendres émis par le volcan islandais Grímsvötn a été prise le 24 mai par la caméra Meris (Medium Resolution Imaging Spectrometer) du satellite Envisat avec une résolution de 300 mètres. © DR

Le volcan Grímsvötn, situé au sud-est de l'Islande, à environ 200 kilomètres à l'est de Reykjavik, est entré en activité le 21 mai. Sa dernière éruption remontait à 2004. Bien que plus puissante que l'éruption de l'Eyjafjoell qui avait fortement perturbé le trafic aérien l'an dernier, l'éruption du Grímsvötn a eu un impact bien moindre. Néanmoins, comme les vents ont poussé le nuage de cendres vers l'archipel britannique, plusieurs compagnies aériennes ont préféré annuler leurs vols en direction ou en provenance d'Écosse et d'Irlande.

Les éruptions volcaniques éjectent dans l'atmosphère une grande quantité de cendres et de composés gazeux tels que le dioxyde de soufre, qui atteignent bien souvent les altitudes de croisière des avions de ligne. En traversant un nuage de cendres, l'ingestion de particules volcaniques par les moteurs peut entraîner des pannes. Les cendres peuvent également endommager les matériaux des avions.

Une surveillance depuis l'Espace

Pour s'assurer que tous ces risques sont pris en compte, des Centres d'alerte sur les cendres volcaniques (VAAC) ont été créés en 1995 pour récolter les informations sur les nuages de cendres volcaniques et évaluer les possibles dangers qu'ils représentent pour le trafic aérien. Les mesures par satellite offrent un excellent moyen de suivre la dispersion, l'extension, les niveaux de concentration et le déplacement des panaches volcaniques. À cette fin, l'Esa a développé des services dédiés pour fournir des alertes rapides en cas d'éruption afin de soutenir l'action des VAAC dans le cadre du projet de Soutien au service de contrôle aérien. Il est intéressant de noter que de nombreuses traînées de condensation (en anglais des « contrails ») laissées par des avions sont visibles au sud de l'Irlande, à environ 800 kilomètres au sud du nuage de cendres.

Les rejets émis par les appareils à réaction contiennent de grandes quantités de vapeur d'eau, qui, dans certaines conditions atmosphériques, vont se condenser sous la forme de minuscules cristaux de glace. Ceux-ci vont constituer des noyaux de condensation autour desquels davantage de vapeur d'eau issue de l'air environnant va se condenser. Au final, cela aboutit à la formation d'une traînée nuageuse allongée dans le ciel.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi