Les avions ne volent pas à une altitude fixe. Ils volent à des altitudes qui varient selon de nombreux paramètres. © Ian Simmonds, Unsplash

Tech

À quelle altitude volent les avions ?

Question/RéponseClassé sous :technologie , avion , aviation

Dans le ciel, les avions volent à des altitudes différentes les unes des autres. Et pour des tas de raisons différentes elles aussi, comme le poids de l'avion, la distance qu'il a à parcourir ou encore la météo.

Si vous avez déjà pris l'avion, vous vous êtes peut-être étonnés de ne pas entendre le commandant de bord annoncer toujours la même altitude de croisière. C'est que l'altitude à laquelle vole un avion dépend de nombreux facteurs. Et en premier lieu, du type d'avion dans lequel vous avez embarqué. Ainsi les avions de ligne à réaction volent généralement plus haut que les avions de ligne à turbopropulseurs. En moyenne entre 30.000 et 40.000 pieds, soit entre 9.200 et 12.200 mètres au-dessus du niveau de la mer pour les premiers et entre 17.000 et 25.000 pieds, soit entre 5.100 et 7.100 mètres pour les seconds. Les jets privés peuvent voler plus haut, jusqu'à 51.000 pieds, soit 15.500 mètres.

Mais pourquoi monter si haut ? Pour s'éloigner des reliefs, passer au-dessus des nuages et éviter les turbulences ? Oui, mais essentiellement plutôt pour des raisons de densité de l'air. Plus on monte en altitude, moins l'air en effet oppose de résistance à l'avion et plus les moteurs sont efficaces. L'avion consomme moins de carburant et pourra voler plus vite. Pourtant attention, les avions ne peuvent pas monter indéfiniment. Et l'altitude de croisière qui sera finalement choisie résultera d'un savant compromis entre diverses contraintes.

Les avions les plus récents, comme l’A380, peuvent voler jusqu’à 43.000 pieds d’altitude. © Eisenmenger, Pixabay, CC0 Creative Commons

De nombreuses contraintes à prendre en compte

Ainsi la distance à parcourir peut influer sur l'altitude de vol. Un avion qui n'a qu'une demi-heure à parcourir dans les airs n'aura en effet pas intérêt à chercher à voler trop haut. Sinon, il aurait à peine le temps de rejoindre son palier qu'il lui faudrait redescendre pour préparer son atterrissage.

Les avions à hélices par ailleurs sont moins rapides. Ils n'ont pas la portance nécessaire à un vol en haute altitude. Autre facteur à prendre en considération : le poids de l'appareil. Un gros porteur rempli de carburant, en effet, n'aura pas la possibilité de dépasser les 30.000 pieds en début de parcours.

La météo influence aussi le choix d'une altitude de croisière. On ira chercher de préférence des vents de dos qui pousseront l'avion. Et on évitera les orages, la foudre et autres turbulences en adaptant son altitude de vol.

Lorsqu’un orage est annoncé, les avions, dans la mesure du possible, modifient leur altitude pour l’éviter. © skeeze, Pixabay, CC0 Creative Commons

Avions de chasse et autres particularités

Les avions de chasse qui sont bien plus rapides que les avions de ligne volent un cran plus haut. À environ 65.000 pieds pour le F15, à plus de 78.000 pieds pour le MIG-31 ou même à quelque 98.000 pieds pour le X-2 par exemple.

Sachez enfin que quelques réglementations viennent contraindre également les altitudes de vol. Ainsi les villes et rassemblements de personnes ne peuvent être survolés à une hauteur de moins de 1.000 pieds. Les pilotes volant sans radio aéronautique homologuée - les vols dits VFR comme visual flight rules (vol à vue) - ne sont pas autorisés au-dessus de 11.500 pieds. De plus, ils doivent se positionner à des altitudes correspondant à des niveaux de vol (FL) se terminant par 5. Sachant que 11.500 pieds correspondent à FL115. Les vols IFR - comme instrument flight rules ou vol aux instruments - doivent quant à eux se positionner à des FL se terminant par 0. Et la règle semi-circulaire veut que les avions volant vers l'ouest ne puissent pas voler aux mêmes altitudes, FL pair si l'on considère uniquement les deux premiers chiffres, que les avions volant vers l'est, FL impair si l'on considère toujours uniquement les deux premiers chiffres.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi