Si rien n'est fait rapidement pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, la France éprouvera un fort réchauffement climatique, avec son cortège de canicules, sécheresses, « nuits tropicales »…, sans parler de la disparition annoncée du gel et de la neige, selon les dernières projections de Météo-France.

En pleine controverse sur le niveau d'ambition du projet de loi issu de la Convention citoyenne climatclimat et alors qu'une décision est attendue cette semaine dans la procédure intentée par plusieurs ONG contre l'État pour inaction climatique, le pire scénario étudié place la France métropolitaine sur une trajectoire de +3,9 °C par rapport à la température moyenne de la période de référence de 1976-2005.

Soit bien au-delà des objectifs de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement « nettement en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels », si possible sous 1,5 °C. Or, selon les experts, le réchauffement climatiqueréchauffement climatique depuis l'ère préindustrielle approche déjà 1 °C. Et la France, qui s'est engagée à réduire de 40 % ses émissionsémissions d'ici à 2030 par rapport à 1990, a dépassé les budgets carbonecarbone qu'elle s'était elle-même fixés.

Les changements climatiques à l’horizon 2050, 2070…

Météo-France, dont la patronne Virginie Schwarz rappelle en introduction à cette nouvelle publication que « toutes les observations recueillies à l'échelle planétaire confirment une accélération sans précédent du changement climatique », a travaillé avec l'Institut Pierre Simon LaplaceSimon Laplace et le Centre européen de recherche et de formation avancée en calcul scientifique.

Voir aussi

Simulez le réchauffement climatique avec cet outil du MIT

À partir de modélisationsmodélisations effectuées pour l'ONU, les chercheurs ont réalisé des projections selon trois scénarios des experts du GiecGiec (émissions de gaz à effet de serregaz à effet de serre maîtrisées, modérées ou non réduites) et à trois horizons de temps --2050, 2070 et 2100.

Les données, mises en ligne sur www.drias-climat.fr, sont travaillées à l'échelle régionale, avec l'objectif de favoriser les travaux sur l'adaptation au changement climatique des territoires.

Trois scénarios possibles

Au niveau national, le réchauffement est contenu, dans les trois scénarios étudiés, autour de 1 °C jusqu'en 2040. Les trajectoires divergent ensuite fortement. Si la hausse est stabilisée autour de +1 °C dans un scénario d'émissions maîtrisées, l'augmentation atteint +2,2 °C en moyenne dans le scénario intermédiaire et s'envole à +3,9 °C en moyenne (et +4,5 °C au pire) dans le scénario de fortes émissions.

Les records absolus enregistrés lors de la canicule de l'été 2019 -- avec 46 °C dans le sud de la France -- pourraient alors être souvent dépassés, avec une augmentation des températures estivales moyennes de 6 °C. Dans le pire scénario, les épisodes caniculaires seraient ainsi multipliés par 10 !

Et même dans l'hypothèse d'émissions maîtrisées, le nombre de jours de vaguesvagues de chaleurchaleur (plus de cinq jours consécutifs à plus de 5 °C au-dessus de la moyenne) pourrait doubler.

Voir aussi

Nasa : « les sept dernières années ont été les sept années les plus chaudes jamais enregistrées » !

Quant aux « nuits tropicales », où la température ne redescend pas sous les 20 °C et met à mal la récupération du corps humain, les chercheurs projettent que dans le pire scénario « en fin de siècle, seules les zones de montagne et le littoral de la Manche restent quasi épargnés tandis que l'augmentation atteint 90 jours sur les zones les plus exposées ».

Les sécheresses vont s'accentuer dans plusieurs régions de France. © kaikutzki, Adobe Stock
Les sécheresses vont s'accentuer dans plusieurs régions de France. © kaikutzki, Adobe Stock

Vers plus de sécheresses et une disparition de la neige

De leur côté, les épisodes de sécheresse augmentent de 30 à 50 % dans les scénarios moyen et haut. Et ce même si l'évolution du régime de précipitationsprécipitations est plus difficile à prévoir, attendue en légère hausse en hiverhiver, mais en nette baisse en été (plus de 20 % dans le pire scénario).

Côté phénomènes météométéo extrêmes, les chercheurs se heurtent aux « incertitudes », mais alertent sur la possibilité de voir augmenter l'intensité des pluies extrêmes, ou des ventsvents forts dans le quart nord-est du pays.

A contrario, la neige et le gelgel en hiver pourraient passer au rang de souvenirs. Les projections régionalisées montrent en effet une hausse de la température annuelle moyenne jusqu'à 6 °C sur certaines zones des Alpes et des Pyrénées.