Les micro-organismes végétaux jouent un rôle fondamental dans le fonctionnement des écosystèmes marins. © tonaquatic, Adobe Stock
Planète

Cartographie de la biodiversité dans les océans il y a 500 millions d'années

ActualitéClassé sous :paléontologie , océan , biodiversité marine

Insu

[EN VIDÉO] Chroniques du plancton : les salpes, d’étonnants organismes primitifs  De quelques millimètres pour les plus petites à près de 30 centimètres pour les géantes, les salpes sont de surprenants organismes. Christian Sardet, directeur de recherche au CNRS, nous emmène à leur rencontre dans cet épisode des Chroniques du plancton. 

La biodiversité océanique des micro-organismes végétaux, à la base des chaînes alimentaires des océans, était plus riche il y a 500 millions d'années et présentait une répartition spatiale différente. Une équipe de chercheurs pluridisciplinaire s'est attelée à en faire la cartographie.

À très large échelle géographique (régionale à mondiale), la biodiversité présente des motifs d'organisation spatiale fondamentaux se retrouvant en milieux terrestres comme océaniques et chez la plupart des organismes, depuis les bactéries jusqu'aux grands mammifères. Parmi ces motifs dits « biogéographiques », le gradient latitudinal de diversité (GLD), qui correspond à l'augmentation du nombre d'espèces des pôles vers l'équateur, est considéré comme le plus largement répandu sur Terre. Ce GLD est documenté chez un grand nombre d'espèces actuelles mais son origine, sa prépondérance dans le registre fossile ainsi que ses mécanismes explicatifs restent largement débattus.

En associant l'étude de données fossiles et la modélisation des climats anciens, une équipe de chercheurs -- dont certains issus du laboratoire Evolution, Ecologie et Paléontologie (EVO-ECO-Paleo - CNRS / Univ. Lille), du Laboratoire Paléontologie Évolution Paléoécosystèmes Paléoprimatologie (Palevoprim - CNRS / Univ Poitiers), du laboratoire Biogeosciences (BGS - CNRS - Comue UBFC) et du Laboratoire d'océanologie et de géosciences (LOG - CNRS / Univ. Littoral Côte d'Opale / Univ. Lille) -- a montré que les premiers représentants du phytoplancton -- les acritarches ‒ présentaient un gradient latitudinal de diversité dès l'apparition des principaux embranchements d'animaux actuels au Paléozoïque inférieur, il y a plus de 500 millions d'années (Fig. 2). 

Illustration d’un spécimen d’acritarche du Paléozoïque inférieur (Stelliferidium sp., diamètre = 30 µm). Les acritarches − du grec akritos, signifiant « incertain » ou confus », et arche, « origine » − regroupent tous les microfossiles à paroi organique aux affinités biologiques incertaines.

Le boom de la diversité marine dans la zone équatoriale

L'équipe a aussi mis en évidence dans ces travaux parus dans Science Advances d'importantes variations de ce GLD au cours du temps, notamment en réponse aux variations climatiques. Tandis que la première période (le Cambrien, -541 à -485.4 Ma) est caractérisée par un climat chaud avec des températures équatoriales trop élevées pour permettre à la vie de pleinement se diversifier, le refroidissement global observé à partir de la seconde période (l'Ordovicien, -485.4 à -443.8 Ma) s'accompagne d'une augmentation spectaculaire de la diversité marine et d'une colonisation de la zone équatoriale. Le GLD devient alors plus marqué et le pic maximum de diversité se rapproche de l'équateur (Fig. 2).

Fig.2. Variation temporelle de la diversité des acritarches au cours du Paléozoïque inférieur. © Axelle Zacaï

Mais ce gradient montre également une différence fondamentale avec ceux que l'on connaît aujourd'hui : il ne présente qu'un seul pic de diversité (on parle alors de gradient unimodal) situé aux moyennes latitudes de l'hémisphère Sud, là où le maximum de diversité chez les espèces actuelles est classiquement situé à l'équateur ou se subdivise en deux pics centrés sur les basses/moyennes latitudes de chaque hémisphère (gradient bimodal).

L'utilisation d'un modèle de distribution spatiale de la biodiversité (Metal2) établi avec la paléogéographie (Fig. 3) et le paléoclimat connus au Paléozoïque inférieur prédit pourtant un second pic dans l'hémisphère Nord. Ce modèle suggère que le GLD des acritarches observé grâce aux données fossiles correspondrait en fait à un gradient bimodal tronqué, dont le pic initialement situé dans l'hémisphère Nord ne peut plus être observé aujourd'hui. Cette absence de second pic dans cet hémisphère pourrait résulter d'une faible préservation des sédiments, et donc des fossiles qu'ils contiennent, dans cette zone alors essentiellement occupée par un immense océan appelé Panthalassa (Fig. 3). Mais le modèle Metal n'intègre pas certains paramètres indispensables à la survie du phytoplancton, comme par exemple la concentration en nutriments, liée à la proximité des continents. La faible diversité des acritarches observée dans l'hémisphère Nord pourrait donc également correspondre à un réel signal biologique reflétant une quantité limitée d'espace propice au développement du phytoplancton dans cette zone géographique alors quasi exempte de continents (Fig. 3).

Fig. 3. Carte du monde au Paléozoïque inférieur. Reconstruction de la paléogéographie il y a ~491,75 millions d’années et localisation des 328 localités fossilifères utilisées dans l’étude (points noirs). Les zones grises correspondent aux continents émergés et les parties rayées aux surfaces continentales situées sous l’océan. © Axelle Zacaï
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !