Découverte d'une abeille de 99 millions d'années parfaitement conservée

Classé sous :Abeille , paléontologie , insecte fossile

Il y a 99 millions d'années (au cours de la période géologique du Crétacé moyen), une abeille s'est pris les pattes dans la sève d'un arbre. Aujourd'hui, la sève est devenue de l'ambre et l'abeille est restée intacte en son sein. Le morceau d'ambre a été exhumé d'une mine birmane et ausculté avec attention par George Poinar Jr., un paléobiologiste de l'université de l'Oregon. Les abeilles modernes qui se nourrissent de pollen ont évolué à partir des guêpes apoïdes, carnivores. Ce spécimen offre un indice rare sur les changements évolutifs subis par les guêpes apoïdes puisque l'abeille prisonnière de l'ambre est à mi-chemin entre les deux.

Tout comme les abeilles modernes, Discoscapa apicula possède des poils très fins sur lesquels le pollen s'accroche, un lobe pronotal arrondi, des scopas permettant aux femelles d'agripper le pollen ainsi qu'une paire d'éperons sur les tibias postérieurs. Des guêpes apoïdes, elle conserve les ailes longues et nervurées, des basitarses postérieurs plus fins et des antennes plus basses sur la tête.

Du pollen de plusieurs plantes présentes au Crétacé a été retrouvé sur les pattes de l'abeille ainsi que des planidiums, un stade larvaire spécifique des insectes parasitaires. Les larves se rassemblent dans les fleurs pour profiter du passage de l'abeille qui les ramèneront dans son nid où elles pourront se nourrir des larves et des déchets de ces dernières. D'ailleurs le paléobiologiste pense que ce sont ces larves qui ont dérangé le vol de l'abeille et ont précipité Discoscapa apicula dans sa prison de sève.

C'est le deuxième spécimen décrit qui présente à la fois des caractéristiques de guêpes apoïdes et d'abeilles. Le premier avait été aussi découvert par George Poinar Jr. en 2006 mais il appartient à un autre genre : Melittosphex.

Discoscapa apicula, une abeille qui volait sur Terre il y a 100 millions d'années. © George Poinar Jr., Université de l'Oregon