La fonte des glaces arctiques pourrait ouvrir de nouvelles voies de navigation. © pxhere.com, CC0
Planète

Arctique : la fonte des glaces pourrait bouleverser le trafic maritime

ActualitéClassé sous :océan , Arctique , transport

La fonte de la calotte arctique est une tragédie dont nous sommes certainement encore loin de comprendre l'ensemble des implications. Paradoxalement, ce changement environnemental pourrait avoir un impact positif sur le commerce maritime, avec l'ouverture de nouvelles routes navigables bien plus courtes, réduisant dans le même temps le bilan carbone de ce type de transport.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L’Arctique n’est plus le même  La transformation de l’Arctique en une région plus chaude, moins gelée et biologiquement différente est aujourd’hui incontestablement en marche. Sous l’effet du réchauffement climatique, les températures augmentent, faisant fondre les glaces et verdir la toundra, déclenchant dans la région, de gigantesques feux de forêt et modifiant en profondeur l’environnement des populations animales qui vivent en Arctique. Et des conséquences sont désormais à attendre pour l’ensemble de la planète. © NOAA 

C'est un fait, les glaces formant la calotte polaire Arctique fondent à vue d'œil sous l'effet du réchauffement climatique. Ce changement environnemental de la région arctique a, et va avoir, d'importantes conséquences pour les écosystèmes locaux qui s'organisent autour de cet environnement gelé, mais l'impact de cette fonte accélérée sera certainement également bien plus global, avec une modification des courants océaniques et atmosphériques, une hausse du niveau des océans...

Il existe cependant une autre conséquence de cette modification environnementale et elle pourrait, contrairement aux autres, s'avérer positive, d'un certain point de vue du moins. La fonte de la banquise arctique ouvre en effet de nouvelles voies maritimes qui pourraient impacter de manière significative le trafic des navires de commerce.

Des glaces qui laissent la place aux navires de commerce

Dans une nouvelle étude publiée dans PNAS, une équipe de climatologues montre que, d'ici 2065, la navigation dans les eaux de l'océan Arctique sera en effet grandement facilitée, avec notamment l'ouverture de nombreux passages qui permettront aux navires de passer plus librement par le nord au lieu d'emprunter le canal de Suez ou celui du Panama.

Carte des routes maritimes mondiales. On note l'importance du trafic passant par le canal de Suez et le canal du Panama. Les glaces et la politique de régulation de la Russie limitent actuellement fortement le trafic maritime dans l'océan Arctique. © B.S. Halpern (T. Hengl ; D. Groll), Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0

Pour rejoindre les différents océans du monde, les navires commerciaux n'ont actuellement pas beaucoup d'options et ces deux canaux artificiels permettent d'éviter un contournement des continents africain et sud-américain par les eaux de l'océan Austral. Or, un passage par les eaux arctiques raccourcirait considérablement le chemin par rapport à ces routes maritimes habituelles. Qui dit chemin plus court, dit coût de transport réduit, mais également bilan carbone plus faible.

Face à cette diversification des routes navigables, les scientifiques tirent cependant la sonnette d'alarme, en demandant que soit rapidement mis en place un cadre légal et environnemental pour la navigation dans les eaux arctiques. Car l'ouverture de cet océan pourrait également avoir de fortes implications géopolitiques.

La Russie pourrait perdre son contrôle sur cette région du monde

Actuellement, il existe bien un passage par le nord, contrôlé par la Russie, qui a autorité pour réguler le passage au large de ses côtes. L'article 234 du Droit de la mer, établi en 1982 par l'ONU, stipule en effet que, pour assurer la prévention, la réduction et le contrôle de la pollution marine par les navires, les pays ayant une ligne de côte à proximité des routes maritimes arctiques ont la capacité d'y réguler le trafic maritime, du moins tant que la région reste couverte par les glaces la majorité de l'année.

Or, la Russie utilise depuis longtemps ce droit dans son propre intérêt politique propre, en demandant notamment aux navires de payer un droit de passage et en appliquant une très forte régulation. Ces contraintes font que le passage par le nord n'est actuellement que très peu emprunté, les compagnies préférant passer par les canaux de Suez et de Panama, un trajet beaucoup plus long mais revenant moins cher.

L'océan Arctique est pour l'instant encore difficilement navigable mais cela pourrait changer d'ici 2065 avec la fonte dramatique de la banquise. © pxhere.com, CC0

Avec la fonte des glaces et l'ouverture de nouvelles routes, cette situation pourrait bien changer. La Russie pourrait ainsi bien perdre la main sur l'océan Arctique, favorisant l'utilisation de ces nouvelles routes plus économiques et moins gourmandes en énergies. Passer par l'Arctique réduirait en effet de 30 à 50 % la longueur du trajet face aux routes passant par Suez ou Panama, le temps de trajet étant ainsi réduit de 14 à 20 jours. Un gain économique considérable. Du point de vue de l'émission des gaz à effet de serre, elle pourrait être diminuée de 24 % pour chaque trajet.

Face à l'attractivité de ces nouvelles routes maritimes sur le point de s'ouvrir, il est donc urgent de mettre en place une législation internationale pour encadrer le trafic maritime dans cette région polaire si sensible d'un point de vue environnemental et géopolitique.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !