Une reconstruction de l’histoire de la calotte glaciaire du Groenland fait apparaître un décalage dans le temps conséquent entre les températures les plus élevées et les épisodes de fonte. © Rodolphe GODIN, Adobe Stock
Planète

La calotte glaciaire arctique n’a pas fini de souffrir du réchauffement climatique

Les températures augmentent. Et la glace fond. Avec le risque de faire monter le niveau des océans partout dans le monde. C'est pourquoi les chercheurs continuent à essayer d'en apprendre plus sur les liens entre calotte glaciaire arctique et changement climatique. Ils viennent de découvrir un décalage dans le temps conséquent.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L’Arctique n’est plus le même  La transformation de l’Arctique en une région plus chaude, moins gelée et biologiquement différente est aujourd’hui incontestablement en marche. Sous l’effet du réchauffement climatique, les températures augmentent, faisant fondre les glaces et verdir la toundra, déclenchant dans la région, de gigantesques feux de forêt et modifiant en profondeur l’environnement des populations animales qui vivent en Arctique. Et des conséquences sont désormais à attendre pour l’ensemble de la planète. © NOAA 

Avec le réchauffement climatique, la glace de l'Arctique fond. Et les scientifiques estiment que le phénomène contribuera de manière importante à une élévation attendue du niveau des océans du monde. Mais les observations directes sur lesquelles ils peuvent appuyer leurs prévisions ne portent que sur les dernières décennies. C'est pourquoi ils comptent sur des reconstructions de l'histoire de la calotte glaciaire du Groenland, notamment, pour les aider à mieux comprendre.

Dans l'espoir d'évaluer avec plus de précision la sensibilité de la région aux changements climatiques, une équipe internationale de chercheurs a remonté le temps. Jusqu'à la précédente période interglaciaire. Il y a 125.000 ans environ. Et s'est offert un petit saut en avant aussi. Jusqu'à 2100.

Une réponse décalée jusqu’à des milliers d’années

Cette reconstruction montre que, sur cette période, le volume de la calotte glaciaire arctique était à son maximum il y a environ 17.000 à 18.000 ans. Puis, à un minimum il y a environ 5.000 à 6.000 ans. Des pics qui s'avèrent être en décalage de quelques milliers d'années avec ce que l'on sait des pics de températures de l'époque. Le maximum thermique de l'Holocène est en effet situé aux alentours d'il y a environ 8.000 ans. Avec une température supérieure d'environ 2 °C à la moyenne actuelle.

Avec des températures qui ont ensuite recommencé à redescendre, la calotte glaciaire du Groenland s'est de nouveau développée. Jusqu'au milieu du XXe siècle. Et ce malgré un réchauffement climatique anthropique qui a débuté autour des années 1850. Les chercheurs concluent que la dynamique de cette étendue de glace ne dépend pas seulement du réchauffement en cours, mais qu'elle est aussi affectée par les climats passés. Notamment par le climat chaud de l’Holocène. Ils recommandent qu'à l'avenir, celui-ci soit pris en compte dans les simulations afin de comprendre ce qui nous attend vraiment du côté de l'Arctique.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !