La « fièvre de la vallée » est très probablement causée par un champignon présent dans la poussière des tempêtes de sable. © Canva
Planète

La mystérieuse « fièvre de la vallée » viendrait des tempêtes de sable

ActualitéClassé sous :météorologie , pollution de l'air , tempête de sable

Une maladie infectieuse, connue sous le nom de « fièvre de la vallée » (valley fever, en anglais) se propage à grande vitesse dans l'Ouest américain. D'où vient-elle ? Probablement des tempêtes de sable.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview 4/5 : la pollution, quels risques pour la santé ?  Avec l’augmentation des taux de pollution se pose la question de son impact sur la santé humaine. Chaque polluant a des effets différents, certains immédiats et visibles, d’autres retardés et plus insidieux. Afin de clarifier la question, nous avons interviewé Philippe Hubert, directeur des risques chroniques de l’Ineris. 

Fièvre, fatigue, toux, maux de tête, douleurs musculaires, si ces symptômes s'apparentent à ceux d'une grippe, dans le désert américain il peut s'agir d'une maladie bien différente : la « fièvre de la vallée ». Ces signes bénins durent en général une à trois semaines. Cependant, ils peuvent aussi se prolonger des mois et devenir chroniques. Dans les cas les plus graves, l'infection peut mener à des lésions irréversibles sur les poumons, et entraîner la mort du malade. Ce sont 5 à 10 % des personnes atteintes qui développent une version chronique endommageant les poumons. Environ 1 % des malades subissent des conséquences encore plus graves : l'infection peut se répandre dans le système nerveux (cerveau et colonne vertébrale), la peau, les articulations et les os.  

Beaucoup de scientifiques sont convaincus que la maladie provient des champignons Coccidioides présents dans la poussière transportée par les haboobs, des tempêtes de sable gigantesques fréquentes dans le désert américain. D'autres chercheurs estiment par contre que le lien entre ces tempêtes de sable et la maladie n'est pas clairement établi. Comme le précise l'université d'Arizona dans un article publié dans Nature, il est nécessaire d'identifier la provenance de cette « fièvre de la vallée » car les cas sont en augmentation chaque année. Quelque 20.000 cas ont été signalés en 2019, la grande majorité en Californie et en Arizona.

L'évolution du nombre de cas de « fièvre de la vallée » entre 1998 et 2019. © CDC

Le manque de relevés météo nuit à l'étude de la maladie

Afin de comparer la fréquence d'apparitions des cas de malades de cette fièvre, les scientifiques ont besoin des relevés météo de la NOAA, l'administration américaine de l'atmosphère et des océans. Un phénomène météo venteux qui transporte du sable peut uniquement être qualifié de tempête de sable si la visibilité a été inférieure à 400 mètres, ce qui est très restrictif. Le nombre de tempêtes de sable enregistrées pourrait être bien plus grand que ce que les relevés météo laissent penser, et cette différence entre les relevés et la réalité pose problème pour l'étude des cas de la « fièvre de la vallée ». Pour savoir si la fréquence d'apparition de la maladie est corrélée aux tempêtes de sable, il est nécessaire que chaque tempête de sable soit signalée et enregistrée.

Une tempête de sable « haboob » dans le désert américain. © Canva

Les chercheurs essaient également de comprendre pourquoi certains sols du désert abritent ce champignon, et d'autres pas. Il semblerait que les sols sur lesquels résident des animaux fouisseurs, qui creusent le sol et vivent dans des terriers, ont un risque plus élevé d'abriter ce champignon. Dans les zones où ces petits mammifères vivent, le sol est souvent recouvert de végétaux, ce qui a pour conséquence des tempêtes de sable plus petites. Les tempêtes de sable sont en effet beaucoup plus massives sur les sols nus, entièrement sableux. Il semblerait donc que le champignon se propage principalement par le biais de petites tempêtes de sable, qui ne sont pas forcément enregistrées par les services météo. 

Il est donc actuellement très difficile de corréler avec certitude la « fièvre de la vallée » avec les tempêtes de sable, étant donné que les plus petites tempêtes ne sont pas enregistrées. De plus, la recherche ne bénéficie pas encore de financements publics car il s'agit d'une maladie très localisée, et non pas étendue sur tout le territoire. Mais, comme le précise le centre qui étudie la maladie au sein de l'université de Californie, les tempêtes de sable transportent un grand nombre de particules néfastes à la santé, dangereuses pour nos poumons. Il faut donc de toute manière fuir autant que possible ce phénomène météo.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !