La canicule a atteint son pic d'intensité à l'ouest hier avec des températures incroyables en Bretagne, et cet air brûlant se décale aujourd'hui vers Paris et le nord-est.

Ce lundi 18 juillet a été marqué par une chaleurchaleur historique sur tout l'ouest de la France. La Bretagne n'avait jamais connu une journée aussi chaude depuis le début des relevés météométéo, avec des valeurs approchant les 40 °C sur la pointe du Finistère, du jamais vu ! À l'échelle du pays, il s'agit de la deuxième après-midi la plus chaude jamais enregistrée, avec 37,2 °C de moyenne maximale en France, derrière le 5 août 2003 avec 37,7 °C.  

Plus de 20 records absolus (tous mois confondus) ont été battus ce lundi, parmi lesquels :

  • Cazaux (Gironde)  avec 42.4°C, battant les 42°C du 04/08/2003
  • Nantes (Pays de la Loire) avec 42.0°C, battant les 40.3°C du 12/07/1949
  • St Nazaire (Pays de la Loire) avec 40.7°C, battant les 38.4°C du 09/08/2003
  • Rennes avec 40.5°C, battant les 40.1°C du 23/07/2019  
  • Dinard (Ille-et-Vilaine)  avec 40.0°C, battant les 39.4°C du 05/08/2003
  • Brest (Finistère) avec 39,3°C, battant les 35.2°C du 17/07/2022

Une nuit tropicale en Bretagne !

La nuit de lundi à mardi a été tropicale avec des températures entre 20 et 24 °C sur la moitié ouest de la France et de 28 à 30 °C au sud-est ! Au plus frais de la nuit, il a fait 30 °C à Dourgne (Tarn), 29,7 °C à Longueville (Manche), 28 °C à Plerguer (Finistère), 27,7 °C dans les rues de Paris et 27,3 °C à Nantes (Pays de la Loire).

Un net rafraîchissement se met en place à l'ouest ce mardi (10 à 15 °C en moins), mais la remontée de la dépression propulse l'airair brûlant vers le nord-est : les 40 °C pourraient être atteints à Paris et sur les Hauts-de-France. L'arrivée de l'air plus frais à l'ouest va générer une situation explosive en soirée, avec un risque d'orages violents, parfois de grêle sur l'Aquitaine et la région Midi-Pyrénées.


Canicule : jusqu'à 43 °C en Bretagne, du jamais-vu !

Article de Karine DurandKarine Durand, publié le 18 juillet 2022 

Le pic de la canicule sera extrême entre ce lundi et ce mardi, en particulier sur la façade ouest du pays : RennesRennes sera probablement la ville la plus chaude de France avec possiblement 42 à 43 °C !

La remontée de la goutte froide vers le nord-ouest du pays propulse de l'air brûlant sur l'arc atlantique et les côtes de la Manche. Cette dépression, dont la rotation fait remonter l'air chaud de l'Espagne et du Portugal vers la France, a déjà provoqué une nouvelle hausse du mercuremercure ce dimanche : on a déjà dépassé les 40 °C dans les Landes, en Gironde, dans le Gers, la Haute-Garonne, le Lot ou encore les Pyrénées-Atlantiques. À 5 h du matin ce lundi, le thermomètre n'était pas encore descendu sous les 30 °C à Dourgne dans le Tarn, précise Météo France. Quinze départements de la façade atlantique sont en vigilance rouge canicule, du jamais-vu ! Cinquante-et-un départements sont en vigilance orange, et vingt en jaune.

La Bretagne, région la plus chaude de France ce lundi

Cette journée de lundi sera marquée par un pic de chaleur historique à l'ouest. L'événement sera inédit, car en plus d'avoir le potentiel de devenir la journée la plus chaude jamais enregistrée en France (avec plus de 29,4 °C de moyenne au niveau national aujourd'hui), ce lundi la chaleur la plus extrême se trouvera... en Bretagne ! En raison de la position de cette fameuse goutte froide qui longe notre littoral de l'ouest, Rennes sera probablement la grande ville la plus chaude de France avec 42 à 43 °C prévus au plus chaud, vers 17 h. À Brest, le record absolu de 35,2 °C de juillet en 1949 (35,1 °C en août 2003) a déjà été égalé dimanche après-midi. Il sera dépassé ce lundi après-midi. À Paris, les 40 à 42 °C sont envisagés ce mardi.

10 °C en moins entre mardi et mercredi

Mardi, la baisse des températures par l'Atlantique se confirme : le nord-ouest perdra plus de 10 °C en 24 heures. Une dégradation orageuse se mettra en place en fin de journée entre les Pyrénées centrales et la Belgique. Mercredi sera marqué par la fin de la canicule à l'ouest et au nord, les fortes chaleurs résisteront uniquement au sud-est (38 à 40 °C) avec des températures nocturnesnocturnes toujours très élevées. Cette situation durera probablement encore quelques jours sur cette zone. Ailleurs en France, la baisse sera marquée mais les valeurs resteront élevées, de 28 à 30 °C en moyenne.


Canicule : vers le jour le plus chaud jamais enregistré en France

Article de Karine Durand, publié le 15 juillet 2022

Un pic de chaleur extrême va se produire sur l'ensemble du pays entre lundi et mardi : la canicule pourrait être aussi intense que celle d'août 2003, et lundi sera probablement le jour le plus chaud jamais enregistré en France. 

Après une baisse relative des températures au nord entre jeudi et samedi, une nouvelle envolée du mercure va se produire entre dimanche et mardi sur l'ensemble de la France. En remontant vers la Bretagne, la goutte froide responsable de l'arrivée d'air chaud sur le pays va propulser cette chaleur brûlante sur le nord de la France. L'air chaud provient directement d'Espagne et du Portugal, des pays où plusieurs records de chaleur ont été battus. Ce jeudi 14 juillet, une température de 47 °C a été relevée à Pinhão au Portugal, soit la température la plus élevée enregistrée en juillet au Portugal, si elle est confirmée officiellement. 

Jusqu'à 40 °C voire plus à Paris et en Bretagne

Malgré de fortes chaleurs au sud-ouest au cours de la semaine, aucune valeur vraiment extrême n'a été atteinte : la situation va changer lundi et mardi, deux jours marqués par un pic de chaleur extrême cette fois-ci. Les 35 °C seront dépassés sur quasiment tout le pays, et les 40 °C sur de nombreuses villes peu habituées à de telles conditions. La température symbolique de 40 °C sera probablement atteinte ou dépassée à Paris, Nantes, Albi, Montauban, Bergerac, La Roche-sur-Yon, Les Sables-d'Olonne, Avignon, ou encore Montélimar. Plus exceptionnel encore, l'intérieur de la Bretagne pourrait subir des températures de 40 à 41 °C, notamment dans le Morbihan. Le pic se produira plus exactement à l'ouest lundi, avec 40 à 42 °C prévus de l'Aquitaine à la Bretagne, et au nord et à l'est mardi, avec 38 à 41 °C.

Une canicule en passe d'être historique

À l'échelle nationale, lundi sera probablement le jour le plus chaud jamais enregistré en France : l'indicateur thermique atteindra ou dépassera peut-être le précédent record du 5 août 2003 et du 25 juillet 2019 : 29,4 °C. Il s'agit de la moyenne des températures du matin et de l'après-midi sur une journée calculée à partir de 30 stations météo de référence. Cette vague de chaleur de juillet 2022 va au final durer au moins 14 jours et donc s'approcher de la duréedurée de la canicule de référence d'août 2003, qui avait duré 16 jours.

Cependant, il faut préciser qu'après le pic de chaleur de lundi et mardi, aucun rafraîchissement net n'est prévu. Avec la remontée de la goutte froide vers la Manche et les îles britanniques, les températures vont perdre 10 °C en Bretagne entre mardi et mercredi. Mais elles resteront quand même souvent au-dessus des 30 °C au nord et des 35 °C au sud pour le reste de la semaine. La vallée du Rhône restera quant à elle sous des valeurs de 38 à 40 °C toute la semaine. Cette vague de chaleur de juillet 2022 sera dans tous les cas l'une des plus longues jamais enregistrées en France, en plus d'être l'une des plus intenses.


Canicule : un nouveau « coup de chalumeau » pile un mois après la vague de chaleur précoce

Article de Karine Durand, publié le 12 juillet 2022

Le risque de canicule se précise de plus en plus pour les 10 prochains jours : la chaleur sera intense et durable. Si la situation météo se confirme, cette canicule pourrait être historique.

Après la canicule précoce et intense de mi-juin 2022, la France va subir un nouveau « coup de chalumeau » exceptionnel pile un mois après. Depuis quelques jours, les modèles de prévision météo jouent au yo-yo : si la canicule était envisagée comme exceptionnelle et durable sur l'ensemble du pays, du même type que celle de 2003, lors des sorties de modèles météo de ce dimanche, les nouvelles prévisions de ce lundi matin ont à nouveau changé la donne au niveau régional. Le risque de canicule durable se confirme de plus en plus pour le sud du pays, mais pas forcément pour la moitié nord. Ce lundi, les prévisions s'orientent vers un pic d'intensité mercredi, avec localement 37 °C au nord, du côté de Nantes en particulier qui se trouve en ligne de mire de l'advectionadvection d'air chaud du sud-ouest. Ailleurs en France, Météo France prévoit 36 °C à Paris, 35 °C à Strasbourg et 39 °C au sud. Les deux nuits de mardi à mercredi et de mercredi à jeudi seront étouffantes, avant  un rafraichissement relatif jeudi et vendredi au nord, avec des nuits plus respirables. Le défilé du 14 juillet sera donc très chaud, mais pas exceptionnel à Paris, mais toujours aussi suffoquant au sud. Des dépressions situées sur les îles britanniques envoient de l'air plus frais jeudi et vendredi, mais l'air chaud va aussi gagner les îles britanniques au cours du week-end.

De l'air brûlant sur toute la France à partir de dimanche

Le week-end du 16-17 juillet va être marqué par une nouvelle intensification inquiétante : la goutte froide localisée sur l'Espagne et le Portugal, qui fait remonter de l'air chaud dans sa rotation, devrait remonter vers la Bretagne. Elle propulsera dans ce cas de l'air brûlant espagnol sur la moitié nord à partir de dimanche. À partir de dimanche, il n'est pas impossible que les 40 °C soient atteints au nord dimanche et lundi. La journée de lundi pourrait être marquée par une chaleur extrême généralisée sur le pays. Selon François Jobard, prévisionniste à Météo France, « avoir un événement aussi fort que la canicule de 2003 est une possibilité qu'on ne peut pas exclure, en termes d'intensité, et peut-être en termes de durée si l'événement persiste une quinzaine de jours. Les prévisions fiables ne vont pas au-delà de 8 jours, donc il faudra surveiller l'évolution. La position de la goutte froide qui envoie de l'air chaud est responsable des incertitudes ». Les très fortes chaleurs vont de toute manière se maintenir au moins une dizaine de jours au sud, et si cette situation persiste le mois de juillet 2022 sera peut-être historique en termes de chaleur et de sécheressesécheresse. Comme le précise le prévisionniste de Météo France : « les températures baisseront peut-être mardi 19 juillet, mais  les températures se maintiendront quand même à plus de 30 °C quasiment partout, donc il n'y a pas de vrai rafraîchissement en vue ».

À en croire les prévisions à moyen terme de DTN sur l'ensemble du mois de juillet, la chaleur n'est pas prête de quitter la France : les températures moyennes en France devraient être supérieures de 3 à 9 °C aux normales de saison jusqu'à la fin du mois.

 


La nouvelle vague de chaleur qui arrive sur la France sera plus longue

Article de Karine Durand, publié le 8 juillet 2022

La vague de chaleur envisagée pour la semaine prochaine se confirme et devrait être plus longue que prévu, avec des températures supérieures à 30 °C sur une grande partie de la France métropolitaine. Pas de pluie en vue.

La France va à nouveau subir de fortes chaleurs généralisées lors de la première semaine des grandes vacances d'été. S'il n'est pas possible de parler de canicule au vu des prévisions de ce vendredi (amenées à évoluer), il est certain que les températures dépasseront les moyennes de saison d'au moins 5 °C pendant une semaine, voir plus. Une dépression centrée sur le Portugal fera remonter de l'air chaud pendant plusieurs jours sur l'Europe de l'Ouest. Selon Sébastien Léas, prévisionniste à Météo France, « la question est de savoir s'il fera très chaud, ou bien très très chaud ! »

La chaleur sera en effet peut-être moins intense qu'envisagé il y a quelques jours, mais plus durable : au minimum une semaine, voire deux semaines, et sans pas une goutte de pluie pendant au moins 10 jours. Le coup de chaud va débuter dans les Pyrénées Orientales ce week-end, avant d'envahir l'ouest et le nord-ouest mardi, puis le reste de la France mercredi. Ces fortes chaleurs généralisées dureront jusqu'au dimanche 17 juillet au moins, voire peut-être toute la semaine suivante. Les seuils officiels de canicule ne seront à priori pas atteints car les températures de la nuit devraient rester supportables.

À cette échéance, Météo France prévoit tout de même 32 à 36 °C sur la moitié nord et 35 à 38 °C sur la moitié sud. Contrairement à la canicule de mi-juin, il n'est pas certain qu'un pic de chaleur extrême soit atteint lors d'une journée, mais plutôt un plateau chaud durable, ensoleillé et sec. Le défilé parisien du jeudi 14 juillet s'effectuera sans aucun doute sous des températures très élevées et de nombreux feux d'artifice seront certainement annulés en soirée en raison des risques élevés d'incendies.


Ça se confirme : la France éprouvera un nouvel épisode de canicule la semaine prochaine

Article de Karine Durand, publié le 6/07/2022

La première semaine des grandes vacances d'été sera probablement marquée par le retour de très fortes chaleurs : risque-t-on une nouvelle canicule comme celle de juin dernier ? Le point sur les prévisions météo.

Alors que le trimestre dernier (avril-mai-juin) est le plus chaud observé en France depuis 1900, avec 16,9 °C de température moyenne, la chaleur semble se prolonger pour le début de l'été. Le contexte météo envisagé, sans certitude, pour la semaine prochaine, rappelle pour le moment celui de la canicule du 15 au 19 juin dernier : une dépression centrée sur l'Espagne fera remonter de l'air chaud vers la France. Si cela se confirme, il n'est pas impossible que les seuils de canicule soient à nouveau atteints au sud-ouest, avec des températures dépassant les 40 °C en journée et des nuits tropicales plusieurs jours de suite.

De fortes chaleurs au sud avec certitude

Cependant, la fiabilité des prévisions météo est très limitée une semaine avant. Il est certain que le pays connaîtra un temps chaud et même très chaud dans le sud. La possibilité d'une vague de chaleur semble se confirmer de plus en plus, mais il est bien trop tôt pour envisager une canicule aussi intense que celle de juin dernier. Les températures subiront une hausse notable dès lundi au sud-ouest, puis la chaleur devrait gagner le nord-ouest mardi avec possiblement plus de 30 °C, voire 35 °C, et le reste de la moitié nord devrait être concerné entre mercredi et jeudi 14 juillet. À partir de vendredi, la situation est trop lointaine pour être fiable : soit la chaleur continuera de remonter et de s'étaler vers l'est, soit les températures repartiront à la baisse.