L’été, arrosez de préférence tôt le matin. © andreaobzerova, Fotolia

Maison

Jardin : quand arroser ses plantes pendant une vague de chaleur ?

Question/RéponseClassé sous :jardin , plante , Arrosage

Quand les températures montent, les plantes du jardin peuvent souffrir et ont besoin d'eau. Mais vaut-il mieux les arroser le matin ou le soir ? Les deux solutions présentent des avantages et des inconvénients.

Comme tout être vivant, les plantes ont besoin d'eau pour vivre. L'eau sert notamment à transporter les nutriments du sol jusqu'aux cellules. La plante doit aussi remplacer l'eau qu'elle perd au niveau des stomates, des ouvertures qui servent aux échanges gazeux. Quand il fait chaud, les plantes perdent plus d'eau et il faut les arroser, mais quand ?

De manière générale, il est déconseillé d'arroser en plein soleil car l'eau risque de s'évaporer. Si vous arrosez le soir, l'eau a du temps pour pénétrer dans le sol et pour être absorbée par les plantes ; mais si les feuilles restent humides la nuit, cela peut favoriser des maladies. Le matin, les feuilles seront plus vite sèches mais l'eau aura moins de temps pour pénétrer dans le sol et être absorbée, à cause de la chaleur.

Un arrosage du sol pour atteindre les racines

Alastair Culham, botaniste à l'université de Reading qui rédige un article sur ce sujet dans The Conversation, conseille plutôt d'arroser tôt le matin, ce qui laisse le temps aux plantes de se sécher. Arrosez bien au niveau du sol, et non sur la plante. Si vous paillez autour de la plante, cela aidera à retenir l'eau.

L'auteur déconseille d'arroser la pelouse. N'ayez pas peur de la laisser sécher, elle repartira quand il pleuvra mais évitez de marcher dessus quand elle est sèche.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Quels effets l'urbanisation a-t-elle sur les insectes pollinisateurs ?  Pour estimer l'effet de l'urbanisation sur les pollinisateurs, il faudrait disposer de davantage de données, surtout sur des périodes plus longues. Le phénomène est en effet étudié depuis peu. Il y a du pour (l'absence d'insecticides et la présence de jardins) mais il y a aussi du contre (l'air pollué, la nidification plus difficile et les ressources moins diversifiées). Comme d'habitude, certaines espèces généralistes, celles qui tolèrent des situations variées, s'en sortent mais les autres ne peuvent s'adapter.