On dispose aujourd’hui de prévisions météo très fiables à quatre jours. © Météo France, YouTube

Planète

Prévision météo : combien de temps à l'avance peut-on prévoir le temps ?

Question/RéponseClassé sous :météorologie , prévision météo , Météo-France

[EN VIDÉO] Kézako : comment prévoir la météo ?  Les prévisions météorologiques font appel à de nombreux facteurs : analyse des vents, de la pression atmosphérique, des températures, etc. Unisciel et l'université de Lille 1 nous expliquent, durant cet épisode de Kézako, comment les scientifiques prédisent le temps qu’il pourra faire dans les prochains jours. 

Aujourd'hui, on sait prévoir le temps de façon fiable à environ 10 jours. Mais grâce à l'amélioration des modèles et des observations satellitaires, ce délai augmente petit à petit. Pourra-t-on un jour faire une prévision météo plusieurs mois à l'avance ?

La plupart des sites météo présentent aujourd'hui des prévisions jusqu'à deux semaines. Le site de Météo France, par exemple, établit des prévisions météo à sept jours puis une « tendance » pour les sept jours suivants. Sur la Chaîne météo, on a même accès à des prévisions illimitées ville par ville avec trois scénarios classés par ordre de probabilité. Alors qu'en est-il vraiment ? Peut-on se fier à des prévisions au-delà d'une semaine ?

En réalité, tout dépend de l'échelle à laquelle on se situe et du type d'événement météo. « Pour une tornade par exemple, la prévision de la trajectoire est limitée à une dizaine de minutes, explique François Lalaurette, directeur  des opérations pour la prévision à Météo France. Pour une tempête traversant la France, c'est environ 3 jours à l'avance, une période de canicule environ une semaine, et on peut dire plusieurs mois à l'avance si une saison sera plutôt chaude ou froide ». La précision varie aussi des endroits : « Dans les zones tropicales, les perturbations sont plus difficiles à anticiper car elles sont de nature plus orageuses et moins organisées que les perturbations des latitudes tempérées. Il n'y a pas de systèmes dépression/anticyclone par exemple. »

Prévisions météo : nous gagnons un jour tous les 10 ans

Au niveau des prévisions météo ville par ville, « nous gagnons en moyenne un jour de prévision tous les 10 ans depuis les 30 dernières années », assure François Lalaurette. Cela signifie que la fiabilité des prévisions à quatre jours aujourd'hui est équivalente à celle de trois jours il y a 10 ans et à deux jours il y a 20 ans. Cette fantastique amélioration est le résultat de données de plus en plus détaillées sur les paramètres de vent, de température, de rayonnement, etc. en provenance notamment des satellites, combinées à l'augmentation faramineuse de la puissance de calcul. Car les interactions au sein de l'atmosphère sont particulièrement difficiles à modéliser et à anticiper ; c'est ce qu'on appelle l'effet papillon, théorisé en 1969 par le mathématicien et météorologue Edward Lorenz. Il montrait comment deux états d'origine presque identiques peuvent diverger considérablement au bout de deux semaines en raison d'une minuscule perturbation initiale comme un battement d'ailes de papillon.

La plupart des sites proposent aujourd’hui des prévisions à 15 jours. © Météorama

Plus de 15 jours de prévision météo fiable ?

Mais avec des données et des modèles de plus en plus précis, on parvient aujourd'hui à réduire ces imprécisions initiales. Alors peut-on imaginer avoir un jour des prévisions fiables un ou deux mois à l'avance ? Une étude publiée dans le Journal of the Atmospheric Sciences en 2019 fixe une limite de prévision à 15 jours. « Actuellement, sous les latitudes moyennes, le délai de 10 jours constitue la limite de prévisibilité pratique. La réduction de l'incertitude des conditions initiales prolonge les délais de prévision déterministe du temps quotidien jusqu'à 5 jours », prédisent les auteurs. Mais la possibilité d'amélioration concernant les phénomènes à petite échelle comme les orages reste, elle, beaucoup plus réduite, modèrent-ils. Une autre étude de 2018, qui a analysé divers modèles météorologiques, montre que ces derniers commencent à diverger au bout de 2 à 13 jours et indique une limite de prédictibilité de la troposphère de deux à trois semaines. Pour François Lalaurette, ces études sont à prendre avec des pincettes. « Dans les années 1950, on situait la limite à un jour ou deux, explique le spécialiste. A priori, il n'existe aucun plafond infranchissable ».

Prévisions saisonnières : l’été sera-t-il chaud ?

À plus long terme, on dispose de prévisions saisonnières, accessibles par exemple sur le site de Météo France. Ce dernier donne une tendance du climat moyen sur les trois mois à venir, à l'échelle d'une grande région comme l'Europe de l'Ouest. Contrairement aux prévisions à échéance de quelques jours, l'information n'est ni détaillée ni chiffrée mais elle nous dit par exemple si le temps sera plutôt chaud et humide ou plutôt froid et sec. Elle est élaborée en intégrant la modélisation des océans, qui disposent d'une inertie thermique bien plus grande que l'atmosphère. Les prévisions saisonnières sont en outre meilleures pour la température que pour les précipitations, et concernant la température, meilleures en hiver qu'en été. Enfin, la prévision météo de moyen terme est plus fiable dans les zones tropicales, fortement soumises à l'influence océanique, que sous les latitudes tempérées comme en Europe.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !