Alors que le seuil des 40 °C a déjà été atteint ce jeudi, les seuils de température prévus pour la canicule de cette semaine sont revus à la hausse, et sa durée aussi. Météo France a émis une alerte rouge d'ampleur inédite pour un mois de juin.

Ce jeudi, à 14 h 48, la barre des 40,2 °C a été franchie pour la première fois de l'année dans l'Aude à Argeliers. Il s'agit des 40 °C les plus précoces enregistrés dans la France continentale, en dehors de la Corse qui a déjà enregistré une température de 40 °C le 14 juin 2019 à Ajaccio. MétéoMétéo France a déclenché ce jeudi après-midi une vigilance rouge pour douze départements de l'ouest du pays, du jamais vu au cours d'un mois de juin : le Tarn, la Haute-Garonne, le Gers, le Tarn-et-Garonne, le Lot-et-Garonne, les Landes, la Gironde, la Charente, la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Vienne et la Vendée.

Vingt-cinq autres départements sont en vigilance orange. Des records de températures minimales et maximales pour un mois de juin devraient être battus vendredi et samedi. Les deux prochaines nuits, les minimales sur les départements en vigilance orange et rouge, seront comprises entre 20 et 25 °C, des valeurs très élevées pour la saison.

Des records absolus en prévision sur certaines villes

La chaleurchaleur sera en effet plus forte que prévue ce vendredi et ce samedi, avec le seuil des 40 °C qui sera fréquemment atteint, et même dépassé, sur un grand quart sud-ouest : localement, les températures pourront monter jusqu'à 42 °C dans cette zone. Mais le danger sera également à prendre très au sérieux au nord où le cap symbolique des 40 °C pourra aussi être atteint ! À Paris, le mercuremercure devrait grimper jusqu'à 39 °C samedi, voire plus. Plus que des records mensuels, des records absolus de chaleur pourront être battus sur certaines villes.  

Une dégradation orageuse possiblement violente est attendue dimanche sur l'ouest, et devrait permettre une baisse des températures. Mais, sur le sud-ouest, la fin des fortes chaleurs semble s'éloigner et sera peut-être repoussée jusqu'à mardi.


La canicule la plus précoce jamais observée en France s'installe pour la semaine

Article de Karine DurandKarine Durand, écrit le 14 juin 2022

Un épisode de caniculecanicule intense et précoce va concerner l'ouest et le sud de la France : les températures atteindront, voire dépasseront, les 40 °C entre mercredi et samedi. Il devrait s'agir de l'épisode caniculaire le plus précoce jamais observé en France.

Depuis la fin de semaine dernière, une goutte froide présente sur les Açores fait remonter de la chaleur sur l'Espagne et le Portugal. La dépression entraîne un flux de sud qui aspire l'airair brûlant d'Afrique du Nord pour le propulser vers l'Europe : c'est le mécanisme de pompe à chaleurpompe à chaleur. Le Maroc et l'Espagne ont été confrontés à des températures caniculaires le week-end dernier, avec jusqu'à 42 °C à Séville, en Andalousie. Des pointes à 45 °C, voire 46 °C sont possibles au Maroc ces jours-ci. En France, la chaleur a déjà commencé à s'accentuer ces dernier jours, avec 36 °C enregistrés à Nîmes ce dimanche, et 37 °C enregistrés dans l'Hérault et le Vaucluse.  

Le pic de chaleur est prévu vendredi

Cette « plume de chaleur », comme l'appelle les météorologuesmétéorologues, va entraîner un épisode de très fortes chaleurs sur la quasi-totalité de la France entre mercredi et samedi. L'air chaud centré sur l'Espagne va remonter vers notre pays, à commencer par le sud-ouest mardi, puis vers le nord mercredi et ensuite l'est. Le pic de chaleur sera atteint entre jeudi et samedi, la journée la plus chaude étant prévue vendredi, avec des températures dépassant de 10 à 15 °C les moyennes de saison ! Les valeurs pourront monter jusqu'à :

  • 35/36 °C à Paris (contre une normale de 24 °C) ;
  • 40 °C à Biarritz (contre 23 °C) ;
  • 39/40 °C à Toulouse (contre 25 °C) ;
  • 30/32 °C à Lille (contre 21 °C) ;
  • 35 °C à Perpignan (contre 26 °C) ;
  • 36 °C à Montélimar (contre 26 °C) ;
  • 32 °C à Brest (contre 19 °C).

Particularités de cet épisode exceptionnel, la chaleur atteindra des zones habituellement plus fraîches comme la Bretagne (plus de 30 °C sur quasiment l'ensemble de la région), des records mensuels pourront être battus et les seuils officiels de canicule seront a priori dépassés sur certains départements.

Les seuils de canicule n'auront peut-être jamais été atteints aussi tôt

Météo France définit une canicule comme « un épisode de températures élevées, de jour comme de nuit, sur une période prolongée. Dans le cadre de la vigilance météorologique, on tient en effet compte du caractère exceptionnel des températures nocturnes. Quand celles-ci sont élevées pendant plusieurs jours consécutifs, le risque de mortalité augmente chez les personnes fragiles ». Des seuils de températures diurnes et nocturnes sont fixés pour chaque région. La canicule est donc une question de températures mais aussi de duréedurée (plus de trois jours). Cette semaine, plusieurs départements du sud-ouest devraient officiellement rentrer dans les seuils de canicule, avec des températures dépassant les 35 °C en journée et les 20 °C la nuit : ces seuils seront atteints pendant quatre à cinq jours localement. Sur la moitié nord, les seuils ne devraient pas être atteints plus de deux jours, même si une incertitude subsiste sur la fin de la période, liée à l'arrivée d'oragesorages au cours du week-end.

Les canicules concernent la France presque chaque été, principalement entre début juillet et mi-août, mais elles peuvent parfois survenir en dehors de cette période. L'apparition de canicules en juin est d'ailleurs un phénomène qui a tendance à se produire de plus en plus depuis 20 ans. Météo France précise que « la France a déjà connu en juin 2017 une canicule remarquable par sa précocité et son intensité : depuis 1947, seule la vague de chaleur du 18 au 28 juin 2005 avait été aussi précoce et jamais une journée de juin n'avait été aussi chaude depuis le début des relevés de Météo-France ». Autre canicule plus récente, celle de fin juin 2019, qui avait été marquée par la journée du 27 juin, le jour le plus chaud enregistré lors d'un mois de juin, avec une température moyenne en France de 27,9 °C.

Or, les trois dernières grandes canicules de référence en juin (2005, 2017 et 2019) se sont produites après le 18 juin, celle de 2022 débutant le 15 juin pour se terminer, a priori le 18 juin. Si les prévisions de chaleur continuent de se confirmer, la France pourrait donc connaître sa canicule la plus précoce jamais observée depuis le début des relevés météo.