Trois tempêtes intenses ont touché les mêmes régions françaises et les îles britanniques, en moins d'une semaine. © Zacarias da Mata, Adobe Stock
Planète

3 tempêtes en 4 jours : comment l'expliquer ?

ActualitéClassé sous :météorologie , catastrophe naturelle , tempête

Le nord de l'Europe a été balayé par trois tempêtes en l'espace de quatre jours. Comment expliquer une telle succession d'événements tempétueux en Angleterre et en France ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le jet-stream polaire, un courant-jet qui influence notre météo  Il serpente autour de la Terre. C’est le jet-stream polaire. Le courant-jet de l’atlantique nord. Une ceinture de vents d’ouest violents qui influence fortement la météo de l’est de l’Amérique du nord et de l’ouest de l’Europe. Les chercheurs craignent que le réchauffement climatique anthropique le pousse vers le nord. Avec des conséquences dramatiques pour nos sociétés. © Nasa Scientific Visualization Studio 

Après des conditions anticycloniques très calmes en France qui ont persisté quasiment en continu depuis le mois de novembre, la succession rapide de plusieurs tempêtes peut surprendre : trois tempêtes en l'espace de moins d'une semaine sur les îles Britanniques et le nord de la France. Dudley, Eunice et Franklin se sont succédé en quatre jours.

Des dépressions propulsées par un Jet Stream très virulent

Le scénario est quasiment le même à chaque fois : des dépressions tempétueuses se forment au nord de l'Europe (souvent entre l'Islande et les îles Britanniques) et sont ensuite propulsées par le Jet Stream, très virulent actuellement, vers l'Irlande, l'Angleterre, l'Écosse et le nord de la France. Les tempêtes ont été particulièrement violentes en Angleterre avec plusieurs alertes météorologiques rouges, de niveau maximal, émises ces derniers jours. Aucune alerte de cette intensité n'avait été émise en Angleterre depuis 2016.

Lors de la tempête Eunice, une valeur record de 196 km/h a été enregistrée sur l'Ile de Wight le 17 février, et 176 km/h en France dans le Pas-de-Calais au Cap Gris-Nez. Les valeurs de vent les plus fortes se sont produites dans le Sting jet, ou « courant jet-d'occlusion » : il s'agit d'une zone réduite (moins de 100 km) de vents ultra-violents au sein d'une dépression en occlusion. Dans cette situation, le Jet Stream fait le tour de la dépression au moment où elle se développe, le front froid de la dépression s'accélère alors très vite et rattrape le front chaud. La dépression s'enroule, produisant de la convection et des vents très forts.

Comment le Jet Stream influence-t-il le développement des tempêtes ? Toutes les dépressions ne produisent pas une tempête et l'évolution de ces dépressions dépend de la structure de l'atmosphère en altitude, et surtout de l'état du Jet Stream. Depuis une dizaine de jours, un puissant vortex polaire génère une zone de basse pression dans l'Arctique, et un Jet Stream plus puissant.

Ce Jet Stream a ensuite un impact sur la force et la trajectoire des dépressions qui circulent sur l'Europe du Nord et de l'Ouest : il les rend plus fortes (tempétueuses) et les envoie vers les îles Britanniques et le nord de la France. Rien d'exceptionnel dans cette configuration météorologique cependant, car à cette époque le Jet Stream est puissant entre l'Amérique du Nord et l'Europe, et favorise le développement de tempêtes. 

Les trois tempêtes qui ont touché l'Europe ces derniers jours ont des facteurs communs : elles sont intenses, se succèdent rapidement et touchent à chaque fois les mêmes régions. Une telle succession n'est pourtant pas inédite au cours des 50 dernières années en ce qui concerne le nord de la France. Les tempêtes se produisent en effet rarement de manière isolée, il s'agit d'événements qui ne sont pas indépendants puisqu'ils se forment dans le même flux perturbé.

Février est le 2e mois le plus tempétueux de l'année

En France, le mois de février est le 2e mois le plus tempétueux de l'année, après janvier. Selon les statistiques de Météo France, 75 tempêtes ont été comptabilisées en janvier entre 1980 et 2021, 68 en février et 59 en décembre sur la même période. Les tempêtes sont nombreuses entre janvier et février en raison du flux d'ouest océanique qui est souvent très dynamique en début d'année. Le mois de février 1990 a été marqué par une succession de tempêtes similaire à celle de février 2022. Les années 2000 ont ensuite été marquées par des tempêtes moins fréquentes et moins violentes, jusqu'à la tempête Klaus le 24 janvier 2009 qui avait généré des rafales à 181 km/h à Perpignan.

Aucune augmentation de la fréquence des tempêtes en France n'a par contre été constatée par Météo France depuis les années 1980 : comme le précise Frédéric Long de Météo France, « contrairement à d'autres phénomènes météo violents qui sont liés au réchauffement climatique, l'évolution de la fréquence des tempêtes en Europe fait partie de la variabilité naturelle du climat ».

La succession de tempêtes des derniers jours est actuellement en train de prendre fin, avec le retour d'un temps plus classique, calme et parfois faiblement perturbé cette semaine.     

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !