Cette vue d’artiste montre la partie centrale de la galaxie hôte du quasar SDSS J135246.37+423923.5 vu aux longueurs d’onde optiques. Les vents violents et épais qui en émanent obscurcissent notre vue. © International Gemini Observatory/NOIRLab/NSF/AURA/P. Marenfeld

Sciences

La plus violente tempête cosmique jamais observée !

ActualitéClassé sous :Quasar , SDSS J135246.37+423923.5 , tempête cosmique

Il y a quelques semaines, le télescope spatial Hubble avait pointé des quasars dont les vents, comparés à des tsunamis cosmiques, étaient capables d'affecter la matière à l'échelle d'une galaxie entière. Aujourd'hui, des chercheurs annoncent avoir mis la main sur un quasar à l'origine d'une tempête encore plus violente. 

Il est situé à quelque 10 milliards d'années-lumière de notre Terre. Les astronomes l'appellent SDSS J135246.37+423923.5. Et des chercheurs du National Optical-Infrared Astronomy Research Laboratory (NOIRLab - États-Unis) viennent de l'identifier comme le quasar à l'origine du vent le plus énergétique jamais observé. Ce dernier souffle dans sa galaxie hôte à près de 13 % de la vitesse de la lumière !

Rappelons que les quasars sont des objets extraordinairement lumineux, dont le nom renvoie à l'apparence quasi stellaire de ce type de sources radio. On les trouve au centre de galaxies massives. Ils sont constitués d'un trou noir supermassif entouré d'un disque de gaz. Leur luminosité peut éclipser celle de toutes les étoiles d'une galaxie. Et leur souffle peut être tellement puissant qu'il balaie littéralement la matière dont la galaxie se sert pour former des étoiles.

Le souffle de SDSS J135246.37+423923.5 est fou et puissant.

« Des vents à grande vitesse avaient déjà été observés dans des quasars. Ils étaient minces et vaporeux. Ils ne transportaient qu'une quantité relativement faible de matière », précise Sarah Gallagher, astronome à l'Université Western (Canada) dans un communiqué du NOIRLab« Le souffle de SDSS J135246.37+423923.5, en comparaison, entraîne une énorme quantité de matière à des vitesses incroyables. Il est fou et puissant et nous ne comprenons pas comment c'est possible. »

Cette vue d’artiste montre la partie centrale de la galaxie hôte du quasar SDSS J135246.37+423923.5 vu aux longueurs d’onde infrarouges. Le vent qui en émane est transparent à ces longueurs d’onde. De quoi offrir une vue dégagée sur le quasar. © International Gemini Observatory/NOIRLab/NSF/AURA/P. Marenfeld

D’autres quasars de ce type à découvrir

« La tempête que déclenche SDSS J135246.37+423923.5 est tellement épaisse, qu'il est difficile de distinguer la signature du quasar lui-même à des longueurs d'onde visibles », raconte Hyunseop Choi, coauteur de l'étude. C'est grâce aux données recueillies par le spectrographe infrarouge du télescope Gemini Nord (Hawaï) et à une nouvelle méthode de modélisation informatique que les chercheurs du NOIRLab ont pu s'en faire une image plus précise.

Le fait que ce quasar avait déjà été observé, sans attirer l'attention, laisse imaginer qu'il pourrait se cacher d'autres objets de ce type ailleurs dans l'Univers« D'autant que SDSS J135246.37+423923.5 ne présente ni les raies d'émission marquées ni la couleur bleue que les logiciels utilisent habituellement pour identifier les quasars », ajoute Hyunseop Choi.

À noter par ailleurs que les chercheurs du NOIRLab sont aussi parvenus à déduire de leurs travaux la masse du trou noir alimentant SDSS J135246.37+423923.5. Il s'agirait d'un objet monstrueux. De 8,6 milliards de fois la masse de notre Soleil, soit environ 2.000 fois celle du trou noir situé au centre de la Voie lactée !

  • Le quasar connu sous le nom de SDSS J135246.37+423923.5 est à l’origine des vents les plus violents jamais observés.
  • Un souffle qui voyage à quelque 13 % de la vitesse de la lumière.
  • Et qui balaie littéralement la matière galactique sur son passage.
Cela vous intéressera aussi

Survolez les fantastiques tempêtes de notre Soleil  L'activité du Soleil durant l'année 2013 racontée en images et en musique, grâce à une compilation des observations de la sonde Soho. Prises dans plusieurs longueurs d'onde (traduites par différentes couleur), ces images montrent des protubérances, des éruptions solaires et des tâches. © Nasa Goddard 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !