Vue sur le Pic du Mont Margherita Rwenzori, Ouganda. © Michael, Adobe stock
Planète

Les derniers glaciers tropicaux disparaissent le plus rapidement

ActualitéClassé sous :Fonte des glaces , Réchauffement climatique , Biodiversité

-

Aujourd'hui, les scientifiques prédisent qu'il ne restera plus de glace permanente après 2025. Notre projet explorera certains des derniers glaciers d'Afrique, trouvés dans le Parc national des Monts Rwenzori, en Ouganda. Si peu, on pu visiter ces glaciers. Grâce à nos expériences VR, nous les rendons accessibles à tous, peu importe qui ils sont et où ils se trouvent.

Cela vous intéressera aussi

​Le Rwenzori est la plus grande chaîne de montagnes abritant des glaciers africains. Du fait de son éloignement, ses glaciers sont les moins étudiés d'Afrique. Avec les pluies intenses de la région, les glaciers sont les sources les plus hautes et les plus permanentes du Nil.

Apprendre le vivant 

L'éducation ne peut pas et ne doit pas être différente des expériences de la vie réelle. L'objectif principal des expériences VR 360 est d'éduquer les jeunes de 18 à 24 ans sur le changement climatique et les glaciers tropicaux tout en offrant à la jeune génération une chance de voyager virtuellement et de s'immerger dans ces environnements, peu importe qui ils sont et où ils se trouvent.

Parc national des monts Rwenzori, Ouganda Pic Margherita. © Bartek Zobek, Adobe stock

L'Afrique de l'Est abrite trois massifs montagneux glaciaires : le Kilimandjaro, le mont Kenya et les monts Rwenzori. Situé légèrement au nord de l'équateur, le long de la frontière entre l'Ouganda et la République démocratique du Congo, le Rwenzori, aussi appelé les Montagnes de la Lune, est le plus grand des trois massifs et abrite certains des glaciers les plus mystérieux et les moins étudiés du continent.

Lunae montes - Les montagnes de la Lune 

Ce nom poétique a en fait été donné par Ptolémée il y a environ 1.800 ans. Pendant des siècles, les gens cherchaient les sources du Nil. Des rumeurs s'étaient répandues sur l'existence de montagnes enneigées qui alimentaient le Nil. Ptolémée fut le premier à mettre les Rwenzoris sur une carte et les appela Lunae Montes, les Montagnes de la Lune. Le nom Rwenzori est une corruption de l'ère coloniale du nom « Rwenzururu » décrivant un « lieu de neige ». Le nom local de la chaîne du Rwenzori est « Gambaragara » qui signifie « La Grande Feuille dans laquelle les nuages ​​sont bouillis ». 

Un peu de géographie

Les montagnes du Rwenzori se sont élevées il y a environ 10 millions d'années. Aujourd'hui, ces montagnes chevauchent l'équateur et s'étendent du nord au sud sur 110 kilomètres. Le paysage du Rwenzori a été sculpté par les avancées répétées des glaciers, résultant en de nombreux lacs et six montagnes s'élevant à plus de 4.500 mètres : Mts Stanley (5.109 m), Speke (4.889 m), Baker (4.842 m), Gessi (4.715 m ), Emin (4.791 m) et Luigi di Savoia (4.626 m). Chacun d'eux se compose de plusieurs sommets, le plus élevé étant Margharita sur le mont Stanley (5.109 m). Trois de ces montagnes sont encore englacées, les monts Gessi, Emin et Luigi di Savoia ont complètement perdu leur couverture de glace.

Les glaciers du Rwenzori

Il y a 300.000 ans, les chercheurs estiment que de grandes calottes glaciaires recouvraient le Rwenzoris, s'étendant sur 500 km2. Cette période est définie comme le stade Katabarua. Il y a 100.000 ans, les glaciers atteignaient encore des altitudes modérées de 2.000 à 3.000 m, créant d'importants complexes morainiques. Plus récemment, à la fin du Petit âge glaciaire, les glaciers occupaient environ 10 km2. Les terminus des glaciers pouvaient être trouvés aussi bas que 4.300 m d'altitude.

Les premières photographies des glaciers ont été prises en 1906 par Vittorio Sella, photographe et explorateur italien, qui a accompagné le duc des Abruzzes dans son expédition Ruwenzori. À l'époque, les glaciers avaient perdu environ 3,5 km2. Les premières expéditions de recherche modernes ont eu lieu dans les années 1950-1960. La superficie totale des glaciers était alors estimée à environ 1,68 km2, un recul vraiment important.

L'eau 

Les taux de précipitation élevés de la chaîne de montagnes, combinés à l'eau de fonte glaciaire, constituent une source importante d'eau dans le système fluvial du Nil. Même si la contribution des glaciers est très faible par rapport à celle des précipitations, le débit des glaciers devient extrêmement précieux pendant la saison sèche, en particulier à haute altitude. Les rivières venant des Rwenzoris sont une ressource vitale pour l'ouest de l'Ouganda.

Plantes de la vallée de Bujuku, Parc national des monts Rwenzori. © Manuel Werner, Wikimedia commons, CC 2.5

Le climat

En raison de son élévation, le Rwenzoris aspire des masses d'air chaud et humide des plaines environnantes, forçant les précipitations plus haut. Les précipitations annuelles varient entre 2.000 et 3.000 millimètres par an, et sont plus abondantes sur les pentes orientales, confrontées aux vents dominants. La période des pluies s'étend de mi-mars à mai, de septembre à mi-décembre. Mais des pluies occasionnelles peuvent se produire tout au long de l'année. Côté températures, le gel se produit 80 % du temps à 4.000 m d'altitude la nuit. En journée, les températures peuvent osciller entre -5 °C et 20 °C dans les zones alpine et nivale.

Caméléon Johnson Monts Rwenzori, Ouganda. © Heïdi Sevestre, tous droits réservés

La biodiversité 

La chaîne du Rwenzori est réputée pour sa riche biodiversité et son haut niveau d'endémicité. Cette grande forteresse naturelle entourée de plaines est une mine d'écosystèmes uniques auxquels une variété d'animaux et de plantes se sont adaptés.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !