Pour économiser de l’énergie en hiver, certains coléoptères ont développé une stratégie d’une efficacité sans égale. Ils se défont de tous leurs muscles. Ce n'est pas grave en réalité puisqu’ils peuvent les faire repousser sans le moindre effort.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Des mitochondries pistées à l’intérieur de neurones Le transport des mitochondries (en vert) à l’intérieur de cellules nerveuses (en bleu) a pu être filmé chez une larve transgénique de poisson zèbre.

Pour passer l'hiver, certains animaux adoptent des mesures d'économie d'énergieénergie. Parfois même assez drastiques semble-t-il, puisque des travaux menés à la Western University (Canada) révèlent que certains coléoptères, des doryphores - les principaux ravageurs des pommes de terre -, peuvent, pendant leur période d’hibernation, détruire puis faire repousser leurs muscles à la demande. De quoi limiter au strict minimum leurs besoins en énergie pendant l'hiver.

Tout se passe du côté des mitochondriesmitochondries. Leur rôle essentiel est de fournir de l'énergie aux cellules. Dans le corps humain, elles se dégradent quand elles ne sont pas utilisées, lors d'un vol en apesanteur, par exemple. Et il faut ensuite du temps et de l'exercice pour qu'elles se reforment. Mais les doryphores semblent capables, eux, de les faire repousser spontanément - afin d'être prêts à reprendre leur envol dès l'arrivée du printemps.

Une capacité à explorer

En y regardant de près, les chercheurs ont même observé que quasiment toutes les mitochondries des cellules musculaires de leurs doryphores avaient tout bonnement disparu. Des maladies peuvent provoquer ça chez les hommes. Et il est alors extrêmement difficile d'en récupérer. Mais ces drôles de coléoptères semblent capables de le faire sans le moindre effort.

« C'est complètement inattendu. Mais ça explique comment les doryphores passent l’hiver puis se retrouvent prêts à s'envoler et à s'accoupler aux premiers jours du printemps », commente Jackie Lebenzon, chercheur, dans un communiqué de la Western University. Reste à savoir si cette capacité existe chez tous les insectes. Et comment elle pourrait être exploitée pour guérir certaines maladies humaines.