Planète

Cetonia aurata

Diaporama - Insecta
PhotoClassé sous :zoologie , insecte , hyménoptère
Cetonia aurata

Cétoine dorée (Cetonia aurata)

Description :

Les cétoines sont des coléoptères appartenant à la super-famille des scarabéidés dont les plus grands spécimens sont tropicaux. Ces insectes

richement colorés sont très recherchés par les collectionneurs et son générique, le scarabée, est vénéré par les Egyptiens depuis l'antiquité.

Il représente le symbole cyclique du soleil et est synonyme de résurrection. La cétoine dorée est parfois appelée "hanneton des roses" car elle affectionne ce type de fleurs. Aussi bien la forme sauvage, telle l'églantier, que les variétés cultivées.

Biologie :

Les insectes adultes apparaissent entre avril et juin. Les antennes en massue formée de feuillets mobiles, peuvent s'ouvrir en éventail. Les élytres sont généralement verts, parfois bronzés, voire noir bleuté et tachée de blanc. La face ventrale est d'un rouge cuivreux. Elles prisent les endroits ensoleillés et rongent de nombreuses variétés de fleurs. La taille de l'insecte formé oscille entre 15 et 20 mm. Les sexes sont difficilement différenciables. Le mâle se reconnaît à une petite dépression longitudinale au milieu de la face ventrale de l'abdomen, tandis que cette zone est convexe chez la femelle.

Cycle de vie :

Les pontes ont lieu en mai et juin. Les oeufs sont sphériques et ressemblent à de minuscules billes blanchâtres. La nymphose s'effectue

dans des sortes de coques ou logettes, construites avec les matières environnantes. Elles sont fréquemment terreuse, et s'amalgament parfois à des crottes. La durée d'incubation est brève. Les larves naissent à la fin du printemps ou durant les premiers jours de l'été. Elles se nourrissent de bois décomposé et de feuilles mortes. Le passage de la nymphe à au stade adulte se déroule en été, mais l'insecte ne quittera pas son abri avant le printemps suivant.

Dégâts :

La cétoine dorée n'est pas réellement nuisible, sauf pour les cultures florales, et principalement les roseraies. Le coléoptère se rencontre un peu partout, aussi bien dans les parcs et les jardins, que dans les friches peuplées d'églantiers et d'aubépines, mais se raréfie aux abords des lieux cultivés pour cause d'utilisation massive d'insecticides, de fongicides ou d'herbicides.

© Patrick Straub

Toutes les photos