Planète

Clytra quadripunctata - Clytre à quatre points

Diaporama - Insecta
PhotoClassé sous :zoologie , insecte , hyménoptère
Clytra quadripunctata - Clytre à quatre points

Clytra quadripunctata - Clytre à quatre points

Description

Petit coléoptère à la robe rouge tachetée de quatre points noirs, clytra quadripunctata est l'une des 30 000 espèces de chrysomèles connues. Fréquemment confondue avec la coccinelle, elle s'en différencie cependant par la forme en « gélule » de son corps. Elle se retrouve principalement dans les lieux humides sur les saules et les aubépines, et possède la particularité d'être myrmécophile. Sa vie de larve est également surprenante. Elle est phytophage.

Biologie

La clytre à quatre points mesure entre 8 et 10 mm. Sa robe est d'une teinte rouge métallique. Sa tête courte est engoncée sous le prothorax qui ne laisse dépasser que ces yeux légèrement protubérants. Les antennes et les pattes sont courtes et rétractiles. Cette spécificité lui est utile pour le mode de vie qu'elle a adopté.

Après l'accouplement, la femelle s'envole pour trouver un nid de fourmis rousses dans lequel elle s'infiltre au grand dam des résidentes. Attaquée par les hyménoptères, elle rétracte ses appendices afin de ne laisser aucune prise aux mandibules des assaillantes. Au bout d'un moment, lassées, les ouvrières la délaissent. Le coléoptère s'imprégnera graduellement de l'odeur de la fourmilière, et sera finalement toléré par ses hôtesses forcées. Elle pourra alors pondre ses œufs qu'elle protègera en confectionnant des cocons robustes avec ses propres déjections.

A l'éclosion, les larves s'abriteront dans ces coques pour se développer. Leur évolution s'étalera sur deux années, lors desquelles elles s'alimenteront des carcasses d'insectes ramenées par les fourmis des bois, ou de leur œufs et larves. Elles agrandiront leur coquille de protection au fur et à mesure de leur croissance. La nymphose s'effectuera à l'abri des cocons qui seront scellés à cette occasion.

Mais le parasitisme de ces insectes atteint des sommets d'ingéniosité. En effet, en rajoutant les divers matériaux qu'elles fixent à l'aide de leur salive pour agrandir leur logement, les larves prennent soin de laisser des aspérités rugueuses sur la partie externe de la coque, afin de permettre aux fourmis de les transporter lors des déménagements de la colonie. Elles sont ainsi assurées de ne jamais manquer de nourriture...

© Patrick Straub

Toutes les photos