Dans le viseur de Drôle de Tech cette semaine, une aventure polaire et solaire à bord d’un rover zéro émission, un casque audio qui prend soin des oreilles, un rêve automobile et une rencontre entre un drone et un avion que l'on préférerait éviter. Go !
Cela vous intéressera aussi

Notre rendez-vous hebdomadaire vous propose un regardregard décalé sur l'actualité des nouvelles technologies. Le parti est de vous divertir, de vous surprendre et de vous faire rêver... ou soupirer.

Solar Voyager, un tout-terrain solaire en plastique recyclé, part à la conquête du pôle Sud

En novembre s'élancera une expédition inédite vers le pôle Sud à bord d'un engin tout-terrain fabriqué à partir de briques de plastiques recyclés et alimentés par des panneaux solaires. Clean2Antarctica est une incroyable aventure imaginée par un couple de Danois, Liesbeth et Edwin ter Velde, bien décidés à apporter leur contribution à la réduction des déchets plastiqueplastique. Mais là où beaucoup s'arrêtent à un tri sélectiftri sélectif plus ou moins rigoureux, ils sont allés beaucoup, beaucoup plus loin. L'idée leur est venue de créer un véhicule à énergieénergie solaire entièrement fabriqué à partir de plastiques recyclés pour aller explorer le pôle Sud.

Ils ont commencé par concevoir des briques autobloquantes de forme hexagonale fabriquées à partir de déchetsdéchets plastiques recyclés en filaments pour imprimante 3D. Ces briques ont été assemblées tels des Lego pour former la carrosserie du Solar Voyager. Les fenêtres infrarougesinfrarouges de la cabine pourront absorber la lumièrelumière du soleilsoleil et maintenir une température supportable dans l'habitacle. Le véhicule sera alimenté par dix panneaux solaires bifaces répartis sur deux remorques. Le Solar Voyager pourra progresser à une vitessevitesse de 8 km/h pour couvrir les 2.400 km aller-retour entre le camp de base Union GlacierGlacier et le pôle Sud.

L'aventure de Liesbeth et Edwin ter Velde devrait durer 30 jours. « L'AntarctiqueAntarctique contient 90 % de la glace du monde et n'appartient à personne. La loi interdit tout déchet, ce qui en fait la destination parfaite pour une aventure zéro déchet. Nous pouvons apprendre de l'Antarctique et nous assurer qu'il reste dans son état. Nous voulons aussi faire connaître le traité sur l'Antarctique. S'il n'est pas étendu en 2048, le continent sera ouvert à l'exploitation commerciale », expliquent-ils. 


Les préparatifs de l’expédition Clean2Antarctica ont eu lieu en Islande. © Clean2Antarctica

Un casque pour joueurs qui garde les oreilles au frais

Les fans de jeux vidéo ou de musique qui peuvent passer des heures et des heures un casque vissé sur les oreilles connaissent bien le problème suivant : les oreilles s'échauffent, parfois au point de transpirer. HPHP a donc imaginé un casque pour les « gamers » dont les écouteursécouteurs sont équipés de plaques de refroidissement thermoélectriques qui transfèrent la chaleurchaleur d'une face vers l'autre grâce à un courant électriquecourant électrique. Ce principe est connu sous le nom de l'effet Peltiereffet Peltier, du nom du physicienphysicien qui l'a découvert en 1834. Rien de bien nouveau donc et pourtant, le casque HP Omen X Mindframe est le premier du genre. Comptez tout de même 200 dollars (sans doute l'équivalent en euros) pour vous refroidir les esgourdes. 

Le casque HP Omen X Mindframe. © HP

Le casque HP Omen X Mindframe. © HP 

Time Attack Concept, la voiture de course du futur

La voiture de course que nous allons vous décrire n'existe qu'à travers des simulations informatiquessimulations informatiques, mais le concept est si radical que nous voulions en parler dans Drôle de Tech. Holden, une marque automobileautomobile australienne appartenant à General Motors, a imaginé la voiture de course du futur sous la forme d'une monoplace à cockpit fermé avec une aérodynamique et un diffuseur arrière qui rendraient sans doute jaloux les pilotes de F1. Le résultat est futuriste à souhait mais tout de même complètement crédible. Le bolidebolide serait entraîné par quatre moteurs à aimantsaimants permanents à flux radial développant chacun 250 kW pour un total de 1.000 kW (soit 1.340 ch) et 3.240 Nm de couple. Le tout serait couplé à une boîte de vitesse automatique à train épicycloïdal. D'autres technologies de pointe sont de la partie : un refroidissement par changement de phase, des batteries solidessolides à base de graphènegraphène, des jantes dont le carénagecarénage actif se déploie lors des phases de freinage pour augmenter le refroidissement des freins ou encore des ventilateurs intégrés dans le fond plat et le diffuseur arrière pour augmenter l'appui aérodynamique. D'après les simulations informatiques réalisées par Holden, la Time Attack Concept abattrait le 0 à 100 km/h en 1,25 seconde ! Ce rêve mécanique risque fort de ne jamais quitter les entrailles de l'ordinateurordinateur où il est né... Mais nous tenions à vous le faire partager. 


Holden a réalisé une simulation d’un tour du circuit de Mount Panorama en Nouvelle-Galles-du-Sud (Australie) par la Time Attack Concept. En tenant compte de ses spécifications techniques, elle a bouclé le tour en 1:29.30, battant assez largement la McLaren 650S GT3 qui détient le record depuis 2016 (2:01.567). © Holden

Voici ce qu'un drone peut faire à un avion

On sait qu'un drone peut être très dangereux pour un avion. Mais à quel point ? C'est ce qu'ont voulu savoir des chercheurs de l'université de Dayton (États-Unis) en simulant une collision à plus de 380 km/h entre un dronedrone quadricoptère DJI Phantom 2 et l'aile d'un avion Mooney M20M20. Le drone ne s'est pas brisé à l'impact, mais il a déchiré le bord d'attaque de l'aile et s'est enfoncé dans la structure, endommageant son longeronlongeron principal. « Nous voulions aider la communauté aéronautique et l'industrie des drones à comprendre les dangers que même des drones récréatifs font courir aux avions avant qu'un drame ne se produise », expliquent les chercheurs. Le message est on ne peut plus explicite... 


Drone lancé à 380 km/h contre une aile d’avion. Ce n’est pas le plus gros qui gagne. © University of Dayton