La Chine interdit les activités de minages de cryptomonnaie. © gopixa, IStock.com
Tech

La Chine interdit le minage de cryptomonnaies

ActualitéClassé sous :Cryptomonnaies , Chine , minage bitcoin

Nouvelle étape dans la guerre entre la Chine et le secteur des cryptomonnaies avec l'ajout des entreprises de minage sur la liste des activités interdites. Ce qui signifie qu'il ne sera plus possible d'investir dans une entreprise de ce secteur.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le bitcoin, comment ça marche ?  Le Groupe SII et l'École des technologies numériques avancées (ETNA) ont élaboré une émission diffusée sur Internet nommée Blockchain Révolution. Elle explique en détail le phénomène de la blockchain et du bitcoin, cette monnaie cryptographique qui fait beaucoup parler d’elle. Voici, en exclusivité pour Futura, un épisode complet consacré aux aspects pratiques du bitcoin. 

« Liste négative ». C'est le nom donné à la Chine à « la liste des secteurs, des domaines et des entreprises restreints ou interdits aux investisseurs ». Seuls les entreprises et les secteurs qui n'apparaissent pas dans cette liste sont donc ouverts à des investissements. Dans cette liste, 120 secteurs sont concernés par ces restrictions ou interdictions, et cette année, l'État chinois a décidé d'ajouter le « minage » ou « mining », ce procédé d'extraction de cryptomonnaies.

Une décision qui n'a rien de surprenant puisque la Chine est en guerre contre les activités liées à la cryptomonnaie pour des raisons financières et environnementales, et il y a quelques jours Pékin avait déjà interdit à toutes les institutions financières, aux sociétés de paiement et aux plateformes Internet d'autoriser le commerce des cryptomonnaies comme le Bitcoin.

Face aux mesures du gouvernement chinois, Bitmain stoppe son activité en Chine, et se concentre sur les exportations. © Bitmain

Des sociétés chinoises touchées

Concrètement, qu'est-ce que cela signifie ? D'abord, il faut préciser que c'est un projet qui doit être étudié jusqu'au 14 octobre, et ensuite la « liste négative » sera définitive. Mais il ne fait aucun doute que l’activité de minage y sera prohibée et que les investisseurs devront se tourner vers d'autres activités pour faire des affaires en Chine. Cela touche d'ailleurs des entreprises locales.

Un exemple avec Bitmain, une société chinoise qui conçoit des processeurs et des systèmes dédiés à l'extraction de cryptomonnaies : ce lundi, elle a annoncé qu'elle stoppait son activité en « Chine continentale » à partir d'aujourd'hui. Pour les clients qui avaient déjà acheté des produits, le fabricant leur proposera des solutions alternatives. En revanche, Bitmain continuera de fournir des plateformes de minage de cryptographie aux utilisateurs du monde entier, y compris à Taïwan et à Hong Kong.

 

Pour en savoir plus

La Chine déclare la guerre au Bitcoin et aux cryptomonnaies

Pékin interdit désormais à toutes les institutions financières, aux sociétés de paiement et aux plateformes Internet d'autoriser le commerce des cryptomonnaies, qu'il s'agisse de Bitcoin, d'Ethereum et autres monnaies numériques. Derrière des justifications sécuritaires et environnementales, la Chine entend éliminer toute concurrence pour sa propre monnaie numérique, le e-yuan.

Publié par Fabrice Auclert le 27/09/21

La Banque centrale de Chine a déclaré vendredi que toutes les transactions liées aux cryptomonnaies étaient illégales. Pékin interdit désormais à toutes les institutions financières, aux sociétés de paiement et aux plateformes Internet d'autoriser le commerce des cryptomonnaies. En outre, la banque centrale chinoise cherche à cibler les échanges étrangers, expliquant dans son communiqué que « la fourniture de services par des échanges de devises virtuelles à l'étranger à des résidents chinois par le biais d'Internet » est illégale.

Sans surprise, cette décision a fait chuter les cours des cryptomonnaies, à l'image du Bitcoin qui a accusé une baisse de 9 % pour passer sous les 42.000 dollars. Même sanction pour l'Ethereum, dont la valeur a perdu 10 % pour passer sous la barre des 2.800 dollars. Des chutes qui se sont stabilisées, et qui ne devraient pas freiner l'attrait pour les monnaies numériques dans le reste du monde.

Le champ libre pour le e-yuan, la monnaie numérique chinoise

Selon Pékin, le commerce des cryptomonnaies perturbe « l'ordre économique et financier », en participant à des activités illégales ou criminelles telles que les jeux d'argent, les collectes de fonds illégales, la fraude, les systèmes pyramidaux et le blanchiment d'argent.

Cette interdiction vise aussi l'activité de minage, considérée comme dangereuse pour l’environnement car elle engendre des risques et entrave les objectifs de neutralité carbone. Résultat, la Commission nationale chinoise du développement et de la réforme a déclaré qu'elle s'efforcerait de supprimer le soutien financier et l'approvisionnement en électricité pour les sociétés qui encouragent le minage.

Derrière ces justifications environnementales et sécuritaires, il faut surtout rappeler que la Chine possède sa propre monnaie numérique, le e-yuan, et que ses mesures répressives permettront surtout d'éliminer la concurrence.


La Chine fait la chasse aux cryptomonnaies et en suspend le minage dans le Sichuan

La Chine n'apprécie guère de voir se développer sur son territoire les activités de minage qui génèrent des monnaies universelles et virtuelles. La nouvelle décision d'interdire le minage des cryptomonnaies dans la région du Sichuan porte un coup dur et fait chuter fortement le cours des principales monnaies virtuelles. 

Publié par Futura le 23/06/2021

Le gouvernement chinois a ordonné la fin du minage de cryptomonnaie dans le Sichuan. Cette province du sud-ouest de la Chine était le deuxième producteur de ces monnaies numériques dans le pays. La région possédait 90 % des capacités de minage de la Chine. Son arrêt est un coup dur pour les nombreux détenteurs de cryptoactifs. Déjà en mai, le pays avait interdit aux institutions financières, banques et entreprises de proposer des services liés aux cryptomonnaies. La cryptomonnaie est jugée par le régime comme trop volatile, créant des instabilités boursières non négligeables et qui est pour le moment, incertain.

C'est aussi un coup d'arrêt pour la masse de Chinois « mineurs ». Ces derniers ont créé de véritables fermes de minage dans leur appartement ou parfois dans leur voiture pour récupérer ainsi de précieuses cryptomonnaies. Dans ces fermes, plusieurs ordinateurs tournent à plein régime, ils dégagent donc de la chaleur et il devient nécessaire de pouvoir utiliser la climatisation pour éviter la surchauffe. Tout cela consomme beaucoup d'énergie et la Chine, dans son ambition de devenir une nation plus écologique, vise donc à contenir cet essor.

La Chine voit d'un mauvais œil cette économie virtuelle qui se développe, très gourmande en électricité, et en contradiction avec les ambitions écologiques du pays. © denisismagilov, Adobe Stock

Le plan de bataille de la Chine agite le marché

Les entreprises chinoises concernées sont au nombre de 26. Elles ne reçoivent plus d'électricité et sont sur le point d'être définitivement fermées. Après ces annonces, le marché des cryptomonnaies continue de chuter. Le bitcoin, valeur de référence, s'échange autour des 29.500 $ (24.600 €) actuellement. Il y a une semaine, le prix était d'environ 40.000 $. Le marché est particulièrement dans le rouge et chaque annonce de la Chine agite les courbes vers le bas.

Cette nouvelle pourrait aussi avoir des répercussions sur le marché des cartes graphiques. Les entreprises de minages en consomment beaucoup, et cela fait plus de six mois que le prix ne fait qu'augmenter dans le secteur, notamment pour les produits NVDIA, très appréciés par les « agriculteurs ». Les détenteurs de cryptomonnaies, très présents sur Twitter, s'échangent des amabilités entre les « sellers » (ceux qui vendent) et les « holders » (ceux qui gardent). Ce sera à qui a vu juste...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !