Les pigments, contrairement aux colorants – ou teintures –, ne sont généralement pas solubles. © Natallia, Fotolia

Sciences

Pigment, colorant : quelles différences ?

Question/RéponseClassé sous :chimie , couleur , pigment

Les Hommes ont, très rapidement dans leur histoire, commencé à utiliser des couleurs issues de la nature pour représenter leur monde. Mais aujourd'hui encore, nous avons parfois du mal à distinguer les pigments des colorants.

Utilisés depuis la préhistoire pour les premiers et depuis le Moyen Âge pour les seconds pour produire de la couleur, pigments et colorants sont aujourd'hui assez largement employés dans de nombreuses industries. En cosmétique, dans la mode, mais aussi dans l'industrie chimique, bien sûr. Selon la définition, un colorant est une substance colorée, quelle qu'en soit l'origine, la nature ou la structure.

Ainsi le pigment, en réalité, n'est autre qu'un type particulier de colorant. C'est une substance colorante, généralement insoluble dans le milieu qu'elle colore. Dans les liquides, on trouve des pigments en suspension et dans les solides, en dispersion. Le pigment se fixe à la surface de l'objet visé. Le tout après broyage et avec l'aide d'un liant plus ou moins fluide tel que l'huile. Il permet d'obtenir des fards, des peintures ou encore des encres colorés.

Autre type de colorant : la teinture. Contrairement au pigment, celle-ci est soluble. Elle est généralement absorbée par la surface de l'objet visé. Elle se lie chimiquement aux molécules qu'elle colore. C'est pourquoi une teinture bleue appliquée sur une surface jaune lui donnera finalement une couleur verte. La confusion peut venir du fait que certains emploient de manière non distinguée les termes teinture et colorant.

On trouve beaucoup de colorants dans l’alimentation. © ricka_kinamoto, Fotolia

Le règne des colorants de synthèse

Notez que les pigments sont souvent d'origine minérale. Ainsi le charbon, l'ocre ou encore le soufre par exemple. Les colorants, quant à eux, apparaissaient par le passé d'origine animale - on connaît bien le rouge écarlate offert par la cochenille -, ou végétale - le rouge encore extrait des racines de garance -, ou encore d'origine minérale. Aujourd'hui, ils sont le plus souvent de synthèse.

Le premier colorant de synthèse fut d'ailleurs découvert par hasard, en 1856, à l'université de Londres, par un jeune chimiste, W.H. Perkin. Alors qu'il cherchait à fabriquer de la quinine, il obtint de la mauvéine dans une solution alcoolique violette qui avait la capacité de teindre les tissus. Et dès 1900, une grande palette de colorants existait sur le marché.

Attention toutefois, car certains pigments et colorants se sont avérés toxiques. Le blanc de céruse, par exemple, qui servait autrefois à blanchir la peau, est à base de plomb et de fait, nocif pour la santé.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Arabesque de couleurs  Arabesque n° 1 de Debussy interprétée par Bernard Valeur et accompagnée de couleurs générées par un Macintosh Apple. © B. Valeur