Sciences

Répartition géographique et chronologique des données

Dossier - Chasses préhistoriques en Auvergne
DossierClassé sous :préhistoire , gibiers , cortèges fauniques

-

Comment les groupes nomades de chasseurs-collecteurs du Paléolithique supérieur ont-ils exploité les ressources animales dans leur environnement ? Des déchets, alimentaires, objets en os, bois de cervidés, ivoire permettent de connaître les gibiers chassés, les stratégies de chasse, les produits obtenus.

  
DossiersChasses préhistoriques en Auvergne
 

Le nombre total de sites contenant des restes fauniques est aujourd'hui de 35, ce qui est faible pour la période étudiée qui couvre près de 35 000 ans (dans le tableau 1 ).

Harpon en bois. © Didier Descouens, Wikimedia commons, CC by-sa 4.0
Fig. 1 - Carte des sites du Massif Central avec restes fauniques, 40 000 – 7 500 BP

D'un point de vue géographique et environnemental (figure 1), ils sont répartis à peu près également : 20 sites au Nord, majoritairement en Limagne, et 15 sites un peu plus en altitude, majoritairement au sud, dans les hautes vallées de l'Allier et de la Loire. Certains secteurs restent non documentés, comme le Nord de la Limagne.

Cliquez pour agrandir Fig. 2 - Répartition des sites du Massif Central avec restes fauniques (n = 35), 40 000 – 7 500 BP

La répartition chrono-culturelle des corpus fauniques est nettement plus inégale et suit en cela la répartition générale des sites du Paléolithique supérieur et du Mésolithique (figure 2). En effet, la moitié des corpus fauniques conservés provient de niveaux attribués au Magdalénien supérieur. Les acquis de ces dernières années concernent davantage le Gravettien (Le Blot, le Sire) et les séries épipaléolithiques-mésolithiques (Les Patureaux, Champ Chalatras).

Quant à la meilleure représentation de corpus non badegouliens situés entre 18 et 15 BP, elle résulte en partie de la datation récente de corpus attribués jusque-là au Magdalénien supérieur (Fontana et al., 2003 ; Fontana et al., en préparation). Le Protomagdalénien, jusqu'à présent identifié et daté au Blot seulement, est également représenté à l'abri du Rond, nouvellement daté autour de 21 500 BP (Fontana et al., inédit). Enfin, les deux secteurs ne sont pas documentés pour toutes les périodes.