Sciences

Les spectres fauniques entre 35 000 et 10 500 av. JC

Dossier - Chasses préhistoriques en Auvergne
DossierClassé sous :préhistoire , gibiers , cortèges fauniques

-

Comment les groupes nomades de chasseurs-collecteurs du Paléolithique supérieur ont-ils exploité les ressources animales dans leur environnement ? Des déchets, alimentaires, objets en os, bois de cervidés, ivoire permettent de connaître les gibiers chassés, les stratégies de chasse, les produits obtenus.

  
DossiersChasses préhistoriques en Auvergne
 

Quels ont été les gibiers préférentiels et de quelles façons ont-ils été acquis et exploités tout au long de l'année ? L'analyse des spectres fauniques reste délicate en raison de la rareté des données quantitatives et de la représentativité douteuse de certaines d'entre elles. Si les chasses des deux secteurs présentent certains points communs, certaines différences apparaissent néanmoins de façon récurrente.

La part du cheval dans les chasses semble prépondérante. © StockSnap, Pixabay, DP


Fig.5 - Paléolithique supérieur ancien du secteur Nord : spectre faunique de Châtelperron (Châtelperronien) (Bouchud, 1963)

Dans le secteur Nord, jusque vers 16 000 BP, la part du cheval dans les chasses semble prépondérante. C'est en effet déjà le cas dans les niveaux du Moustérien final du Sire et à Châtelperron (figure 5) comme dans les deux sites gravettiens du Sire en Limagne et de La Vigne Brun plus à l'Est (cf. figure 1 et figure 6). A voir tableau 4 


Fig.6 - Paléolithique supérieur ancien du secteur Nord : spectres fauniques des sites gravettiens de la Vigne Brun (Fontana, inédit) et du Sire (d'après Surmely et al., 2003)

Il en est de même dans le Badegoulien de La Contrée Viallet, à l'extrémité Nord de la Limagne (cf. figure 1 et figure 7). Cela signifie-t-il que dans ce secteur septentrional le renne n'a commencé à être exploité de façon importante qu'à partir de 16-15 000 BP ?


Fig.7 - Secteur Nord 17 000 - 15 000 BP : spectres fauniques de La Contrée Viallet (Badegoulien) (Guadelli dans Vernet, 1994 et Vernet, 1995) et des Petits Guinards (Fontana et al., 2003)

Le cheval, quant à lui, n'a pas cessé d'être abondamment chassé après cette date comme en témoignent les données issues des sites du Magdalénien moyen et supérieur.


Fig.8 - Magdalénien moyen-supérieur du secteur Nord : spectres fauniques de l'abri Durif à Enval (d'après Delpech, 1998) et du Pont-de-Longues (Fontana, 2000b)

Il est resté un gibier préférentiel, cette fois avec le renne, que ce soit de façon concomitante ou non, comme le montrent les données des sites de Limagne (figure 8) et de la région orientale de Villerest (Goutte-Roffat et Rocher de la Caille).


Fig.9 - Paléolithique supérieur ancien du secteur Sud : spectres fauniques du Blot (Fontana, inédit)

Dans le secteur Sud, les données varient davantage. Les restes des niveaux gravettiens et protomagdaléniens du Blot témoignent d'une exploitation prépondérante du renne dès 24 000 BP (figure 9) alors que les spectres badegouliens montrent des taux renne/cheval assez proches et réservent une part importante au bouquetin (figure 10)


Fig.10 - Badegoulien du secteur Sud : spectres fauniques du Rond-du-Barry (d'après Costamagno, 1999) et du Blot (Fontana, 2000a)

Le cheval ne semble donc pas globalement prépondérant comme dans les chasses du Nord. De plus, cette plus grande variabilité apparente des chasses se poursuit au Magdalénien supérieur où là encore renne, cheval et bouquetin peuvent dominer les spectres (figure 11).


Fig.11 - Magdalénien supérieur du secteur Sud : spectres fauniques de Cottier (d'après Bouchud, 1955 ) et du Rond-du-Barry (d'après Costamagno, 1999)

L'examen des spectres laisse donc apparaître une différence fondamentale entre les deux secteurs. Dans le secteur Nord, le cheval semble avoir été un gibier préférentiel, peut-être de façon plus systématique avant 16 000 BP (5), et les chasses du Magdalénien supérieur témoignent en revanche d'un binôme renne/cheval récurrent (à l'exception du secteur oriental de Villerest ?) ; dans le secteur méridional des hautes vallées, le duo renne-bouquetin caractérise la plupart des chasses dont le caractère plus diversifié n'est pas démontré et la place importante du cheval au Rond-du-Barry apparaît pour l'instant comme une exception.

5 - A l'exception de la région de Villerest qui semble avoir été un secteur de chasse au cheval comme en témoignent les données de trois sites, couvrant le Gravettien, le Magdalénien ancien et/ou moyen et le Magdalénien supérieur (cf. tableau 1). La très faible conservation des restes osseux (favorisant les dents de Cheval qui constituent l'essentiel du matériel) ne semble en effet pas expliquer à elle seule cette forte représentation des restes d'équidés.