Sciences

Conclusion : du Moustérien final au Mésolithique

Dossier - Chasses préhistoriques en Auvergne
DossierClassé sous :préhistoire , gibiers , cortèges fauniques

-

Comment les groupes nomades de chasseurs-collecteurs du Paléolithique supérieur ont-ils exploité les ressources animales dans leur environnement ? Des déchets, alimentaires, objets en os, bois de cervidés, ivoire permettent de connaître les gibiers chassés, les stratégies de chasse, les produits obtenus.

  
DossiersChasses préhistoriques en Auvergne
 

Les chasseurs-cueilleurs qui ont vécu dans le Massif Central durant l'extrême fin du Paléolithique moyen et le Paléolithique supérieur ont donc fondé leur alimentation carnée sur le renne et sur le cheval ainsi que sur le bouquetin dans les zones méridionales de moyenne montagne.

Bouquetin. © Dennisflarsen, Pixabay, DP

Le cheval fut probablement plus fortement chassé dans le secteur oriental près de Villerest, à un ou plusieurs moments de l'année qui restent à déterminer.

Cheval

Si les groupes de l'Epipaléolithique et du Mésolithique semblent avoir chassé préférentiellement l'aurochs en Limagne occidentale, il est difficile de savoir si le bouquetin et le sanglier étaient les gibiers préférentiels dans les hautes vallées méridionales. De plus, les sites documentés sont trop rares pour identifier le moment où la trilogie cerf-chevreuil-sanglier s'est installée durablement, en supposant que le cerf se soit développé de la même façon que dans les Pyrénées ou les Alpes (Bridault et Fontana, 2003).

Enfin, on ignore totalement quel fut le « destin » du cheval qui est resté ou est devenu, dans certaines régions de France, très bien représenté à côté du cerf durant l'Alleröd (Bridault et Fontana, 2003 ; Bridault et al., 2000). Le fait de connaître encore très imparfaitement le détail et l'évolution des espèces chassées ne doit cependant pas nous interdire de nous interroger sur la façon dont ces gibiers ont été acquis et sur les objectifs de ces acquisitions.