Cette image UHD montre plusieurs antennes Alma au Llano Chajnantor (llano en espagnol signifiant « plateau »). Au-dessus d'eux, la Voie lactée est visible. © ESO/Y. Beletsky

Sciences

Sagittarius A*

DéfinitionClassé sous :trou noir supermassif , sagittarius A* , Event Horizon Telescope

Le nom de Sagittarius A* est souvent donné, avec comme diminutif Sgr A*, à l'astre compact contenant environ 4 millions de masses solaires, et que tout porte à croire qu'il constitue un trou noir supermassif, au cœur de la Voie lactée.

Sa découverte remonte aux 13 et 15 février 1974 lorsque les astronomes états-uniens Bruce Balick et Robert Brown ont appliqué la technique de synthèse d'ouverture pour combiner un réseau de radiotélescopes sur le fameux observatoire de Green Bank avec un autre instrument situé à Huntersville, en Virginie-Occidentale. Cela leur a permis de mettre en évidence une puissante radio-source compacte en direction du centre de la Voie lactée, dans la constellation du Sagittaire. La source fut baptisée Sagittarius A. En 1982, Brown lui donnera finalement le nom qui est resté depuis : Sagittarius A*. Comme l'excitation concernant cette source radio ne faisait qu'augmenter au fur et à mesure qu'on l'étudiait, au moins dans le cas de Brown, il a ajouté « * » qui désigne en physique un atome excité.

Au cours des années 1990, des équipes d'astronomes vont étudier patiemment les mouvements d'étoiles autour de Sagittarius A*. Ces étoiles ne pouvaient être vues que dans l'infrarouge, car il y a une telle quantité de poussières et de nuages moléculaires qui s'intercalent entre un observateur sur Terre et le centre de la Voie lactée qu'il n'est pas possible de l'étudier dans le visible. Les photons gamma et X passent sans problème par contre, et bien sûr des ondes radio dans le domaine millimétrique et le rayonnement infrarouge.

Une étoile en particulier, baptisée S2, a fait l'objet de mesures soigneuses. Or, il s'avère que les caractéristiques des mouvements de ces étoiles renseignent sur la masse d'un corps attracteur. Tout se passe avec les orbites de ces étoiles comme si un astre particulièrement compact contenant environ 4 millions de masses solaires se trouvait vers le centre de la Voie lactée. L'explication la plus crédible, et de loin pour l'existence d'un tel astre compact, est celle d'un trou noir supermassif. C'est un laboratoire pour tester la relativité générale et ses alternatives comme théories relativistes de la gravitation. On l'étudie avec l'Event Horizon Telescope (EHT) pour tenter de former une image de son horizon des évènements. Le détecteur d'ondes gravitationnelles eLisa devrait aussi être utilisé dans ce but au cours des années 2030.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Un trou noir supermassif confirme la relativité générale d'Einstein  Les astrophysiciens cherchent à déterminer si les lois de la physique ne changeraient pas dans le temps et dans l'espace. La théorie de la relativité générale, bien vérifiée avec des champs de gravitation faibles, pourrait ne pas être valide non seulement lorsque les champs sont forts, comme avec un trou noir supposé être tel, ou simplement dans le passé du cosmos ou encore à des milliers voire des milliards d'années-lumière du Soleil. Les membres de l'ESO ont donc fait passer un test à la théorie de la gravitation d'Einstein avec le trou noir central de la Voie lactée, comme l'explique cette vidéo. Le test a été réussi !