La dernière photo (montage) publiée par Thomas Pesquet sur son compte Flickr, avant son retour sur Terre, donnant rendez-vous sur ou autour de la Lune. © ESA, Nasa, T. Pesquet
Sciences

Thomas Pesquet est de retour sur Terre après près de 200 jours dans l'espace

ActualitéClassé sous :vols habités , Crew Dragon , station spatiale internationale

[EN VIDÉO] Collection des meilleurs clichés de Thomas Pesquet lors de la mission Alpha  La caméra est configurée pour prendre des photos à des intervalles de deux par seconde, et les photos sont ensuite montées dans cette vidéo qui passe à 25 images par seconde. La plupart des vidéos sont 12 fois plus rapides que la vitesse réelle. 

Après un dernier survol de la Station spatiale internationale et six orbites autour de la Terre, Thomas Pesquet et les trois autres astronautes de Crew-2 sont redescendus sur Terre. Sans surprise, la capsule Crew Dragon de SpaceX a fait le job. Elle s'est posée sans encombre sur la surface de l'océan. Thomas Pesquet a maintenant la Lune en point de mire. 

Dix heures après avoir quitté la Station spatiale, et six rotations autour de la Terre plus tard, la capsule Crew Dragon de SpaceX a commencé sa descente dans l'atmosphère terrestre avant d'amerrir sur l'océan Atlantique. La capsule s'est posée au large des côtes de la Floride tôt ce matin, à 04 h 33, heure de Paris. Un voyage de retour effectué sans encombre. SpaceX maîtrise à merveille toutes les phases d'une rentrée atmosphérique qui secoue tout de même un peu les astronautes.

Sans surprise, osons-nous dire, le retour sur Terre de l'équipage Crew-2 s'est bien déroulé. L'astronaute de l'ESA Thomas Pesquet, l'astronaute de la Jaxa Aki Hoshide et les astronautes de la Nasa, Shane Kimbrough et Megan McArthur, sont donc rentrés sur Terre, heureux après un séjour de près de 200 jours en orbite.

Thomas Pesquet, le 9 novembre 2021, de retour sur la Terre ferme. © Nasa, Aubrey Gemignani

Ce voyage du retour sur Terre n'a, à proprement parler, pas duré dix heures. Si l'amerrissage a eu lieu dix heures après la fermeture de l'écoutille, il faut savoir que la procédure de fermeture et de vérification de l'étanchéité des écoutilles entre le Crew Dragon et la Station spatiale internationale prend environ une heure. À cela s'ajoute qu'avant de débuter son voyage du retour, le Crew Dragon a tourné autour de la Station très lentement pendant deux heures. Ce survol du complexe orbital a été souhaité par la Nasa qui souhaite l'inspecter et le photographie. Des images utiles aux équipes au sol qui pourront examiner et vérifier l'état général des modules et des éléments qui constituent la Station spatiale. Quant à la période passée en orbite autour de la Terre, elle a été d'environ deux heures.

Thomas Pesquet, en Floride, le 9 novembre 2021. © Nasa, Aubrey Gemignani

Thomas va maintenant s'envoler pour Cologne, en Allemagne, où l'équipe de médecine spatiale de l'ESA le gardera en observation au sein d'Envihab, une structure du Centre européen des astronautes de l'ESA et du Centre aérospatial allemand (DLR), le temps qu'il se réadapte à la gravité terrestre.

L'astronaute de la Jaxa, Aki Hoshide, compagnon de Thomas Pesquet de la mission Crew-2. © Nasa, Aubrey Gemignani

Objectif Lune pour Thomas Pesquet

La dernière photo publiée par Thomas Pesquet sur son compte Flickr, donne le LA de son futur. Objectif Lune pour le Français qui ambitionne de tourner autour de la Lune ou marcher sur sa surface. Bonne nouvelle, Thomas Pesquet a de bonnes chances de tourner autour de la Lune et de séjourner à bord du Gateway. Selon nous, il ne fait guère de doute qu'il sera à bord du Gateway, si bien évidemment il continue à remplir les critères de santé et de performance propres aux astronautes professionnels.

Megan Mc Arthur, astronaute de la Nasa, de la mission Crew-2. © Nasa, Aubrey Gemignani

Bien que son nom soit cité pour devenir le premier Européen à fouler le sol lunaire, sa sélection sera plus difficile à obtenir. Elle ne se fera pas seulement sur des critères physiques ou des performances et aptitudes particulières. Si la France veut que Thomas Pesquet foule le sol lunaire, elle devra convaincre les autres États membres de l'ESA, notamment et surtout l'Allemagne et l'Italie qui souhaitent aussi envoyer un des leurs sur la Lune. Convaincre ne suffira pas. Elle devra mettre la main au portefeuille et réaliser un certain nombre de concessions.

Shane Kimbrough, de la Nasa, à son retour sur Terre avec la mission Crew-2. © Nasa, Aubrey Gemignani

Si la feuille de route Artemis n'est pas remise en cause, d'ici trois ans l'ESA pourrait communiquer sur une première sélection d'astronautes susceptibles de réaliser une mission lunaire.

Si cette thématique vous intéresse, nous vous invitons à lire ou relire nos articles : Comment l'ESA se prépare à négocier avec la Nasa la présence d'un Européen sur la Lune et Trois astronautes européens s'installeront dans la station orbitale lunaire. Et aussi Thomas Pesquet fait ses adieux à la Station spatiale internationale, plus bas dans cette page.

Pour en savoir plus

Espace : le départ de Thomas Pesquet de la Station spatiale à 20 h ce soir est confirmé !

Article de Rémy Decourt publié le 08/11/2021

Les conditions météorologiques qui perturbent les rotations des équipages depuis plusieurs jours, retardant le retour de Crew-2 et empêchant Crew-3 de décoller à destination de l'ISS, ont encore joué un mauvais tour à Thomas Pesquet et les trois autres astronautes de Crew-2. Alors qu'ils devaient arriver sur Terre aujourd'hui, la Nasa et SpaceX ont été contraints à un nouveau report. Cette fois, cela se confirme : ce sera ce soir à 20 h 05.

La Nasa et SpaceX cloués au sol par les caprices de la météo au-dessus de la Floride ! Une nouvelle fois, de mauvaises conditions météorologiques ont empêché le départ du Crew Dragon de la Station spatiale internationale (ISS), initialement prévu hier à 18 h. En cause, des vents d'altitude au-dessus de la zone d'amerrissage de la capsule qui empêchent aux contrôleurs au sol de définir une trajectoire précise de la capsule ainsi que d'identifier son point de chute.

Suivez en direct le désamarrage de l'équipage de Crew-2 sur Nasa TV. © Nasa

Pour comprendre ce report, il faut savoir que la Nasa et SpaceX disposent d'une petite flottille de bateaux pour sécuriser la zone d'amerrissage et récupérer les astronautes et la capsule. Or, ces bateaux doivent être positionnés à proximité de la zone d'amerrissage avant l'arrivée de la capsule. En raison de ces vents d'altitude, plus forts qu'attendus, la zone supposée de l'amerrissage du Crew Dragon était trop vaste pour autoriser le retour de l'équipage Crew-2.

Une prochaine tentative ce soir

La prochaine tentative est prévue aujourd'hui. Le départ de la Station spatiale internationale doit avoir lieu à 20 h 05, heure de Paris et l'amerrissage mardi matin à 04 h 33. Quant au lancement de l'équipage Crew-3, qui compte l'Européen Matthias Maurer et prendra la relève de Crew-2, il est prévu jeudi 11 novembre à 03 h 03, heure de Paris.

Infographie montrant le déroulement du retour sur Terre d'un vaisseau Crew Dragon. © ESA, K. Oldenberg

Thomas Pesquet et les 3 astronautes de la mission Crew-2 vont quitter la Station spatiale à 18 h

Article de Rémy Decourt publié le 07/11/2021

Après plusieurs jours d'incertitude, la Nasa a finalement fixé à lundi 8 novembre le retour sur Terre de Thomas Pesquet et les trois autres astronautes de Crew-2. L'équipage devrait amerrir au large de la Floride lundi à 13 h 14, heure de Paris. Il n'y aura donc pas de poignée de main en orbite entre deux astronautes de l'Agence spatiale européenne.

Après avoir passé plus de six mois en orbite, Thomas Pesquet et les trois autres membres de Crew-2 quitteront la Station spatiale internationale aujourd'hui, dimanche, à bord du Crew Dragon de SpaceX. Après un voyage de plusieurs heures et de tours autour de la Terre, ils amerriront au large de la Floride lundi, en début d'après-midi.

Avant d'entamer son départ de l'ISS, le Crew Dragon devrait tourner autour du complexe orbital afin de l'inspecter et d'en photographier l'extérieur. Des images utiles aux équipes au sol qui pourront examiner et vérifier l'état général des modules et des éléments qui constituent la Station spatiale.

Au premier plan, le Crew Dragon qu'utilisera l'équipage Crew-2 pour redescendre sur Terre. À l'arrière-plan, un Dragon (véhicule de fret). © Nasa

Initialement, avant que les mauvaises conditions météorologiques chamboulent le programme de la Nasa, il était prévu que la mission suivante avec son équipage de quatre astronautes, dont l'européen Matthias Maurer (Crew-3, arrive à bord du complexe orbital avant le départ de Crew-2. Les gouvernements allemands et français auraient « tellement » souhaité que les deux astronautes européens échangent quelques amabilités en orbite avant le départ du français. Pour Thomas Pesquet, ce départ signe la fin de sa période « Station spatiale internationale ». Pour les raisons expliquées dans un précédent article (lire plus bas), le français ne retournera plus à bord du complexe.

Au sol, la mission Alpha de T. Pesquet se poursuivra encore quelques jours

Ce retour sur Terre du français ne signe pas la fin de la mission Alpha dans le cadre de laquelle il a été amené à réaliser une centaine d'expériences, dont près de la moitié étaient européennes. En effet, certaines d'entre elles, notamment celles concernant la santé des astronautes, nécessiteront des examens médicaux pour vérifier les aspects de sa santé avant et après son séjour en orbite. Dès son retour au sol, Thomas Pesquet suivra pendant quelques semaines un programme dit de remise en forme afin de réadapter son corps à la gravité terrestre.


Thomas Pesquet rentrera-t-il sur Terre ce week-end ?

Article de Rémy Decourt publié le 06/11/2021

Les mauvaises conditions météorologiques au-dessus de la Floride compliquent la tâche de la Nasa et de SpaceX pour faire décoller et revenir sur Terre les capsules Dragon. Matthias Maurer pourrait ne pas pouvoir rejoindre Thomas Pesquet à bord de l'ISS. Explications.

Alors qu'il était prévu initialement de lancer Crew-3, à bord duquel se trouvera l'astronaute européen Matthias Maurer, avant le retour sur Terre de Crew-2 avec Thomas Pesquet et trois astronautes de la Nasa, les équipes des missions de SpaceX et de la Nasa envisagent maintenant le retour sur Terre de Crew-2 avant le départ de Crew-3 à destination de la Station spatiale. Une situation contrariante qui s'explique par des conditions météorologiques qui doivent être bonnes au-dessus de la Floride lors des opérations de lancement et de récupération. Pas simple en ce mois de novembre capricieux.

Peu de chance de voir Thomas Pesquet accueillir Matthias Maurer en orbite

Dans ce contexte, Thomas Pesquet et les trois autres astronautes de Crew-2 pourraient retourner sur Terre dimanche 7 novembre (le 8 en date de secours). Quant à Crew-3, son lancement pourrait avoir lieu seulement lundi 8 novembre. En cause, des conditions météorologiques annoncées défavorables avec seulement une probabilité de 40 % de temps de lancement favorable le samedi 6 novembre et guère mieux le lendemain. Les principales préoccupations sont des vents forts au décollage, des cumulus ainsi qu'une activité électrique qui pourrait poser problème aux installations. Quant à dimanche, les inquiétudes météorologiques sont localisées au-dessus des sites d'interruption de lancement (c'est-à-dire à l'endroit où pourrait retomber la capsule si elle devait s'extraire en urgence du lanceur).

Le transport de l'équipage Crew-3. © ESA, S. Corvaja

Qui de Crew-3 ou Crew-2 allumera ses moteurs en premier ?

La seule certitude que l'on a, à l'heure où nous mettons en ligne cet article, c'est que la Nasa et SpaceX ont renoncé à lancer ce week-end Crew-2. Les équipes des deux missions prendront une décision finale sur l'opportunité de donner la priorité au lancement de Crew-3 ou au retour de Crew-2 dans les prochains jours, voire les prochaines heures en fonction de l'évolution des conditions météorologiques, mais aussi en tenant compte du temps nécessaire entre les opérations de lancement et de retour. La Nasa doit organiser aujourd'hui à 17 h 30 une conférence de presse avec l'équipage de Crew-2.

Le Crew Dragon à bord duquel redescendra Thomas Pesquet. On le voit amarré au module Harmony de l'ISS. © Nasa

Pour rappel, la capsule Crew Dragon de SpaceX est capable de rester en orbite pendant au moins 210 jours comme l'exigence la Nasa. Une analyse supplémentaire pourrait permettre à l'engin spatial de rester en orbite plus longtemps, si nécessaire. La capsule a été lancée le 23 avril 2021 et a rejoint l'ISS le lendemain. Au 5 novembre, cela fait donc 196 jours qu'elle est amarrée au complexe orbital.


Thomas Pesquet fait ses adieux à la Station spatiale internationale

Article de Rémy Decourt publié le 01/11/2021

Le deuxième séjour de Thomas Pesquet à bord de la Station spatiale internationale se termine. L'astronaute européen de l'ESA, l'Agence spatiale européenne, s'apprête à redescendre sur Terre le 4 ou le 5 novembre. S'il ne retournera plus à bord du complexe orbital, sa carrière d'astronaute n'est évidemment pas terminée. Il a la Lune en point de mire.

Après plus de six mois en orbite à bord de la Station spatiale qu'il a rejointe en avril 2021, l'astronaute européen Thomas Pesquet s'apprête à retourner sur Terre avec trois autres astronautes. La date de son retour est encore incertaine mais prévue le 4 ou le 5 novembre, voire un autre jour en raison du report du 31 octobre au 3 novembre du lancement de Crew-3. Initialement il aurait du rentrer plus tôt mais les reports successifs du lancement de Crew-3, qui embarque quatre astronautes dont l'européen Matthias Maurer, à contraint la Nasa a décaler de plusieurs jours le retour sur Terre du Français. Il faut aussi savoir qu'Allemands et Français ont fait le forcing pour que les deux astronautes européens se retrouvent ensemble en orbite. De la communication qui flatte l'égo des deux pays mais qui n'a aucun intérêt opérationnel et scientifique.

Avec plus de 230 expériences au compteur pour le compte de sa mission Alpha, mais aussi des partenaires de l'ISS, Thomas Pesquet aura réussi son séjour en orbite marqué par plusieurs sorties dans l’espace, afin d'installer de nouveaux panneaux solaires, et quelques records battus. Le 4 octobre, il a pris le commandement de l'ISS, devenant ainsi le premier astronaute français à occuper cette fonction.

Objectif Lune pour Thomas Pesquet

Ce départ de la Station spatiale marque la fin d'une période de sa carrière qui lui aura permis de réaliser deux séjours de longues durées à bord du complexe orbital. Sans surprise, Thomas Pesquet ne devrait plus y retourner. En effet, l'Agence spatiale européenne garantit deux vols à chacun de ses astronautes. À ce jour, si tous les astronautes de la promotion de Thomas Pesquet, celle de 2009, ont réalisé au moins un vol habité, quatre d'entre eux doivent encore réaliser un deuxième vol. Après Samantha Cristoforetti, qui doit décoller au printemps 2022, il restera Timothy Peake et Andreas Mogensen à faire voler une seconde fois, ce qui nous amène en 2025. On signalera le cas particulier de l'allemand Matthias Maurer, sélectionné en 2015 et qui s'apprête d'ici quelques heures à réaliser son premier vol habité.

Le Gateway, une petite station spatiale lunaire située à proximité de la Lune, est la prochaine destination de Thomas Pesquet. © ESA

Sachant que les astronautes de la promotion 2022 seront opérationnels en 2025-2026, aucun des astronautes de 2009 ne retournera à bord du complexe orbital. Cela dit, leur carrière ne va pas s'arrêter pour autant. En effet, l'ESA a obtenu trois vols d'astronautes européens à bord du Gateway. Ses trois missions seront réservées à des vétérans, donc Thomas Pesquet et ses copains de la promotion 2009 seront sur les rangs pour postuler à ces missions à proximité de la Lune. Mais sans alunissage.

Il ne faut pas se voiler la face, ces trois vétérans seront très vraisemblablement parmi les pays qui contribuent le plus au budget de l'ESA (Allemagne, France et Italie). À cela s'ajoute la contribution majeure de la France et l'Italie au Gateway qui fourniront les deux modules européens de cette station spatiale lunaire et l'Allemagne qui fournit le module de service d'Orion. Dis autrement, Thomas Pesquet, Alexander Gerst fortement pressentis pour voler à bord du Gateway. La troisième place devrait revenir à un Italien. Et deux astronautes sont en lice pour cette place : Luca Parmitano et Samantha Cristoforetti.

---

Futura dans les Étoiles, c'est le rendez-vous incontournable des amateurs d'astronomie et d'espace. Tous les 1ers du mois, retrouvez-nous pour un tour complet des éphémérides du mois, avec des conseils pour observer au mieux ce qu'il se passe dans le ciel. Un épisode spécial publié tous les 15 du mois vous proposera d'en apprendre plus sur un objet ou un événement particulier qui marquera l'actualité astronomique et spatiale.

---

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !