Sciences

Un système général d'observation de la Terre

ActualitéClassé sous :Univers , Terre , climat

A l'issue du Sommet de l'observation de la Terre (juillet 2003, Washington), l'ensemble des participants s'était engagé à favoriser la mise en œuvre d'un système général et coordonné d'observation de la Terre capable de relier satellites, aéronefs et stations terrestres d'observation de la Terre à travers le monde.

Un système général d'observation de la Terre

Le 5 novembre dernier, lors de la Neuvième Conférence sur les changements climatiques qui se tient actuellement à Milan, les Etats-Unis ont annoncé apporter un 'grand soutien au Système mondial d'observation du climat des Nations unies (SMOC)' qui constitue, selon eux, un élément essentiel d'un tel réseau coordonné et interconnecté.

Ce système observera les effets du changement climatique qui affectent la Terre depuis quelques années déjà dans divers domaines comme l'agriculture, l'exploitation forestière, l'eau, les écosystèmes, les sources d'énergie ou encore le développement durable dans le monde entier.

Aujourd'hui, aucun projet de cette sorte n'est en cours de développement et il est à craindre qu'il ne verra pas le jour tout de suite. Toutefois, les grandes puissances spatiales ont engagé plusieurs programmes de coopération internationale d'observation de la Terre qui portent leurs fruits, notamment dans la gestion des catastrophes naturelles et la problématique du climat à l'échelle mondiale (surveillance du globe, alerte météo et recherche). Il est cependant à craindre que sans une prise de conscience à l'échelle planétaire et une volonté généralisée d'apporter des solutions aux causes des modifications climatiques qui apparaissent avec de plus en plus d'évidence, aucune solution efficace ne pourra être appliquée.

Le changement climatique

Aujourd'hui, les modèles climatiques prévoient que la température de la planète progressera de 1 à 3,5 degrés Celsius d'ici 2100. Ce changement est plus important que tout ce que la Terre a connu depuis 10 000 ans. On sait maintenant que ce phénomène s'explique par l'accumulation des "gaz à effet de serre" dans l'atmosphère et que certaines activités humaines contribuent à cette accumulation. Le changement climatique devrait avoir une incidence majeure sur l'environnement, entraînant l'augmentation du niveau de la mer, le déplacement des zones climatiques et la perturbation de nombreux écosystèmes. La stabilisation des concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère est de la première importance, mais elle nécessite un effort majeur de la part de tous les pays.

Afin d'atténuer les effets attendus de ce bouleversement climatique, de nombreux Etats ont décidé de stabiliser, les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique en signant le Protocole de Kyoto, adopté en juin 1992. En 2000, la conférence de la Haye sera un échec : les 180 participants ne seront pas capables de fixer les règles d'application du protocole de Kyoto.

Aujourd'hui, si certains Etats ont pris leurs responsabilités, il est regrettable que d'autres traînent les pieds pour s'engager fermement ou repoussent les échéances d'année en année pour de subtiles raisons.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi