Ce cube noir est l'instrument Rosa conçu pour l'étude de l'atmosphère terrestre. Il est embarqué sur trois satellites dont deux sont déjà en activité. Le troisième, Megha-Tropiques, sera lancé fin septembre 2011. © Thales Alenia Space

Sciences

Un satellite va se servir du système GPS pour sonder l'atmosphère

ActualitéClassé sous :Astronautique , Thales Alenia Space , Megha-Tropiques

-

Thales Alenia Space vient de livrer le sondeur atmosphérique du satellite environnemental Megha-Tropiques. Lancé le 25 septembre prochain par un lanceur indien, il utilisera les signaux GPS pour étudier l'atmosphère tropicale et l'ionosphère.

Thales Alenia Space a livré à l'Agence spatiale indienne (Isro) l'instrument Rosa (Radio Occultation Sounder for the Atmosphere) qui doit être monté sur le satellite franco-indien Megha-Tropiques destiné à étudier le cycle de l'eau dans l'atmosphère dans la zone tropicale.

L'objectif de Megha-Tropiques est d'améliorer nos connaissances sur la contribution du cycle de l'eau à la dynamique du climat dans l'atmosphère tropicale. En plus de Rosa, il est doté de trois autres instruments (Madras, Saphir et Scarab) travaillant dans différentes gammes de longueurs d'onde et développés par le Cnes pour l'un et en partenariat avec l'Isro pour les deux autres.

L'instrument livré par Thales Alenia Space est déjà embarqué sur deux autres satellites. Il vole sur le satellite indien Oceansat 2, lancé en septembre 2009 et l'argentin Sac-D de la Conae (Comisión Nacional de Actividades Espaciales), lancé en juin 2011. Seules quelques petites modifications sont apportées pour qu'il s'intègre au mieux à la plateforme du satellite. Il est identique à celui qui vole sur Sac-D et n'a qu'une seule antenne, au lieu de deux sur celui monté sur Oceansat 2.

Humidité de la troposphère et électrons de l"ionosphère

Rosa utilise les signaux du système GPS comme des sondages radio. Il capte les émissions de ces satellites au moment où ils se trouvent, pour lui, au ras de l'atmosphère. Le détecteur Rosa analyse la phase de ces signaux et envoie l'information sur Terre. Le déphasage avec les mêmes signaux GPS reçus au sol, et qui ont donc traversé la troposphère, permet d'estimer le température, la pression et l'humidité de l'air. Dans le domaine de la météorologie, l'analyse de ces données permet de repérer les perturbations et leurs déplacements. Elle permet aussi d'étudier l'ionosphère, cette couche ionisée de la haute atmosphère, en cartographiant les densités d'électrons libres. On peut ainsi prévoir les tempêtes magnétiques.

Le satellite Megha-Tropiques sera lancé le 25 septembre 2011 par la fusée indienne PSLV depuis le centre spatial de Satish Dawan, dans l'île de Sriharikota, au large des côtes de l'État d'Andra-Pradesh, à l'est de l'Inde.

Cela vous intéressera aussi