L’Agence spatiale européenne vient de sélectionner, pour sa septième mission Earth Explorer, le satellite Biomass. Il se consacrera à l’observation des forêts, l’une des plus importantes ressources naturelles de la Terre. La surveillance de l’évolution de cette biomasse végétale aidera à mieux comprendre le cycle du carbone.
Cela vous intéressera aussi

L'Agence spatiale européenneAgence spatiale européenne (Esa) vient de choisir sa septième mission d'exploration de la Terre. Il s'agit de Biomass, un satellite dont l'objectif sera de déterminer la distribution et l'évolution de la biomassebiomasse végétale à l'échelle du globe. Pour cela, le satellite embarquera un radar à synthèse d'ouverture (RSO, ou en anglais SAR pour Synthetic Aperture Radar) en bande P, qui fournira des observations interférométriques et polarimétriques des zones de forêts, pour la première fois en continu. Son lancement est prévu en 2020.

Ce radar fonctionnera dans des fréquencesfréquences similaires à celles utilisées par des radars militaires américains en Amérique du Nord et en Europe, de sorte que les mesures seront impossibles au-dessus de ces deux régions.

Avec cette mission, les scientifiques souhaitent déterminer la quantité de biomasse et de carbonecarbone stockée dans les forêts de la planète, pour mieux décrypter cycle du carbone. Ces données sont encore mal connues dans les tropiquestropiques, une région pourtant clé dans la compréhension des phénomènes météorologiques et du changement climatiquechangement climatique.

À l’avenir, il n’est pas exclu que cette mission d’observation et de surveillance des forêts ouvre la voie à un système opérationnel de surveillance de la biomasse sur le long terme. © DR

À l’avenir, il n’est pas exclu que cette mission d’observation et de surveillance des forêts ouvre la voie à un système opérationnel de surveillance de la biomasse sur le long terme. © DR

Les données de Biomass serviront également à cartographier les élévations du terrain sous des zones à forte densité de végétation, de façon à obtenir des informations sur la géologiegéologie de ces sous-sols. Cela permettra, par exemple, d'apporter plus de précisions sur l'état des glaciersglaciers, leur vitessevitesse de déplacement et surtout de mieux comprendre leur perte de massemasse, un processus important dans le changement climatique.

L'observation de la Terre au programme de l'Esa

Les satellites des missions Earth Explorer de l'Esa sont conçus pour relever les grands défis scientifiques de la compréhension de la TerreTerre, tout en démontrant une technologie de pointe dans les techniques d'observation. À ce jour, trois sont en activité et quatre en cours de développement. Goce, qui étudie le champ de gravité terrestre et la circulation océanique, a été la première mission de la série à avoir été lancée, en mars 2009. Le satellite Smos a suivi en novembre 2009, pour mesurer l'humidité des sols et la salinitésalinité des océans. Enfin, CryoSat-2, a été lancé en avril 2010 pour analyser les glaces polaires.

Après le lancement de Biomass, les prochaines missions en préparation sont Swarm, qui observera l'évolution du champ magnétique terrestrechamp magnétique terrestre (lancement prévu en 2013), ADM-Aeolus qui étudiera la dynamique atmosphérique (2015), et EarthCare qui analysera le rôle des nuagesnuages et des aérosolsaérosols dans les radiations terrestres (2015).

Le choix de la huitième mission d'exploration de la Terre de l'Esa n'est pas encore arrêté. Plusieurs missions sont en compétition, telles que Fluorescence Explorer (chargée d'analyser l'état de la photosynthèsephotosynthèse sur Terre), et CarbonSat (dédiée à l'étude des gaz à effet de serregaz à effet de serre), en phase d'étude de faisabilité.