Sciences

Return to Flight : décollage réussi pour Discovery !

ActualitéClassé sous :Univers , return to flight , navette Discovery

Mise à jour de 17H30 - A 16H39 la navette Discovery décolle du Kennedy Space Center et ses 2051 tonnes foncent vers la Station Spatiale Internationale. C'est pour l'instant un sans-faute pour la Nasa qui n'avait absolument pas le droit à l'erreur dans cette mission, dont dépend tout l'avenir du programme spatial américain. Toutefois la Nasa s'est faite quelques frayeurs avec le détachement d'un débris...

Quelques secondes après la séparation des accélérateurs à poudre, un grand objet ou fragment d'objet s'est arraché du réservoir externe... Heureusement la Nasa a confirmé que le fragment détaché du réservoir externe n'a pas heurté Discovery et n'a jamais constitué un danger pour l'équipage. Gageons que les esprits chaufferont tout de même beaucoup lors du débriefing. Car pour l'instant on ne sait pas ce que c'est...

A l'heure actuelle la navette est en orbite et ses moteurs sont stoppés. Plusieurs rallumages sont prévus d'ici quelques heures afin d'ajuster la trajectoire en direction de la Station Spatiale Internationale.

Décollage réussi pour Discovery ! credit: NASA/KSC

11H30 - La navette Discovery emporte pour cette mission tous les espoirs de la Nasa, privée de vols habités depuis la catastrophe de Columbia il y a plus de deux années. Les Américains sont désormais condamnés au sans-faute, un nouvel échec marquant le glas de nombre de programmes importants, hypothéquant jusqu'à la survie de la Station Spatiale Internationale.

L'évènement sera suivi en direct sur Futura-Sciences aujourd'hui dès 16H15. Retrouvez d'ores et déjà dans notre console de direct accessible en tête de colonne de gauche toutes les dernières nouvelles...

Les conditions météorologiques sont avec la navette spatiale américaine Discovery. Selon la Nasa, il y a en effet ce matin 80% de chances pour qu'elles demeurent favorables et permettent le tir de la navette spatiale. Les membres d'équipage sont quant à eux revenus le 21 juillet à la base suite à l'annulation de la première tentative du 13 juillet 

Une erreur humaine pour le disfonctionnement d'un capteur ?

La Nasa a annoncé avoir découvert la cause du dysfonctionnement de l'un des quatre senseurs du réservoir d'hydrogène liquide ayant provoqué l'annulation du vol de Discovery le 13 juillet dernier.

Le réservoir externe de la navette est équipé de 14 senseurs, dont 12 fournissent en continu des informations sur le niveau et la pression des propergols. Chacun des deux réservoirs, l'un contenant le carburant (hydrogène liquide) et l'autre le comburant (oxygène liquide) comprend quatre senseurs à sa base, destinés à transmettre un signal d'alerte en cas d'épuisement du propergol, et à leur sommet, trois senseurs, dont deux sont en activité, le troisième étant redondant et seulement activé en cas de défaillance d'un des deux autres. Ces derniers mesurent la déplétion des gaz et ainsi la décroissance de la pression interne afin de fournir à l'ordinateur régulant le fonctionnement des moteurs toutes les informations permettant de calculer la consommation instantanée (211 kg, ou 2,988 m³ par seconde avec les moteurs à 104% de leur puissance), afin de lui permettre d'anticiper sur un éventuel arrêt prématuré. En fonction des mesures, l'ordinateur peut aussi agir sur des clapets de dégazage situés au sommet des réservoirs, prévus pour éviter toute surpression.

A la base, les quatre senseurs d'épuisement de carburant sont destinés à interrompre le fonctionnement des trois moteurs de la navette lorsqu'il ne reste plus suffisamment de propergol pour arriver au terme de la phase de combustion programmée. Pour l'hydrogène, cette marge est de 400 kg. En effet, une baisse de pression brutale au niveau des chambres peut induire un phénomène de cavitation qui entraînerait de sérieux dommages aux moteurs, pouvant aller jusqu'à leur destruction. Deux des quatre capteurs doivent transmettre simultanément ce signal d'épuisement pour que l'ordinateur commande cet arrêt prématuré.

Suivant une source non officielle, le signal d'alerte ayant provoqué le report du lancement serait la conséquence d'une erreur humaine intervenue lors du montage du câblage au sol de la ligne transportant les signaux, les faisceaux des capteurs numéro 2 (d'où provenait le signal d'erreur) et numéro 4 ayant été intervertis, provoquant aléatoirement des données incohérentes. Cette hypothèse non confirmée expliquerait en outre pourquoi un remplacement des capteurs effectué précédemment n'aurait pas résolu le problème.

Cela vous intéressera aussi