Sciences

En vidéo : lancement de Discovery pour la mission STS-120

ActualitéClassé sous :Astronautique , ISS , Discovery

Après l'impeccable décollage de Discovery, la mission STS-120, qui aurait dû partir en août, apportera à l'ISS un module d'arrimage de conception italienne.

Lancement de la navette Discovery le 23 octobre 2007. Crédit Nasa

La navette Discovery a décollé le 23 octobre 2007 à 15h38 TU (17h38 heure française) depuis le Centre spatial Kennedy, à Cap Canaveral, au terme d'un compte à rebours qualifié d'"exemplaire" par la Nasa. Outre un équipage de sept personnes, elle emporte dans sa soute un nœud de jonction (ou module d'arrimage multiple), élément essentiel du Meccano céleste de la Station Spatiale Internationale.


Ascension de la navette Discovery et séparation des accélérateurs à poudre

L'équipage de cette mission est composé de Pamela Melroy (Etats-Unis), commandant, qui est la deuxième femme à commander une mission de navette; George Zamka (Etats-Unis), pilote; Scott Parazynski (Etats-Unis), spécialiste de mission 1; Stephanie Wilson (Etats-Unis), spécialiste de mission 2; Douglas Wheelock (Etats-Unis), spécialiste de mission 3; Paolo Nespoli (Italie), astronaute de l'Esa et spécialiste de mission 4, et Daniel Tani (Etats-Unis), spécialiste de mission 5.

Séparation du réservoir ventral de Discovery avant la mise en orbite. Capture d'images Nasa-TV.

La première journée en orbite sera consacrée à vérifier l'intégrité de la navette elle-même. Six fragments semblent s'être détachés du réservoir ventral durant l'ascension, mais ne semblent avoir provoqué aucun dommage. L'arrimage à l'ISS est prévu pour le 25 octobre à 12h33 TU.

Harmony, une interface pour de futurs modules

Programmé pour une durée de 14 jours, ce vol prévoit surtout la livraison et l'installation sur l'ISS du nœud de jonction numéro 2 (Node 2), un module d'arrimage multiple. Baptisé Harmony, cet élément de construction italienne se présente comme un cylindre en aluminium de 14,3 tonnes équipé de six sas pour recevoir le module européen Columbus (décembre 2007), le module japonais Kibo (avril 2008), ainsi qu'une centrifugeuse (Centrifuge Accomodation) et un module logistique (Multipurpose Logistics). Il fournira aussi un sas d'amarrage pour la navette et possède bien entendu un élément d'attache pour la station elle-même.


Le module Harmony en cours d'assemblage chez Alenia Spazio à Turin (Italie). Crédit Esa

Harmony est destiné à prendre place sur le port avant du laboratoire américain Destiny. Cependant, celui-ci étant occupé par la navette, il sera provisoirement installé sur le port latéral gauche du Node 1 lors de la première sortie d'astronautes le 26 octobre. Après le désarrimage de Discovery en fin de mission, Harmony sera déplacé vers son emplacement définitif au moyen du bras robotisé Canadarm 2.


Le module Harmony lors de son transfert à Cap Canaveral en 2003. Crédit Nasa

Cet élément permettra en outre d'agrandir l'espace vital du complexe orbital, ce qui n'était plus arrivé depuis 2001, et son installation en place clôturera la phase de construction américaine de la Station Spatiale Internationale.


Vue intérieure du module Harmony. Crédit Nasa

Construit sous contrat de l'Agence Spatiale Italienne (ASI) par Alenia Spazio à Turin à l'issue d'un appel d'offres, Harmony a été fourni à la Nasa en échange du lancement par une navette spatiale du futur module européen Columbus.

Esperia : médecine et biologie au programme

Autre point important de ce vol, la mission Esperia conduite par l'astronaute de l'Esa Paolo Nespoli consiste en une série d'expériences de physiologie humaine et de biologie, ainsi qu'un certain nombre d'activités éducatives pour le compte de l'Esa et de l'ASI. Paolo Nespoli est le troisième Italien à prendre part à un vol spatial, après Umberto Guidoni en 2001 et Roberto Vittori en 2002 et 2005.

Paolo Nespoli coordonnera aussi les activités des astronautes à l'extérieur de la station lors de trois des cinq sorties prévues, y compris la délicate mise en place d'Harmony. Il est aussi en charge de la vérification des combinaisons spatiales et de l'outillage avant chaque sortie, ainsi que des manœuvres de pressurisation et dépressurisation du sas.

Ce vol, ainsi que la conduite de la mission Esperia, ont été obtenus auprès de la Nasa en contrepartie de la fourniture à l'agence américaine de trois MPLM (modules logistiques polyvalents pressurisés).

Une poutre à déplacer

Autre aspect important de la mission, le tronçon d'ossature P6 sera déplacé depuis l'axe central de la station vers son emplacement définitif, ce qui permettra de déployer ses panneaux solaires et son dissipateur thermique, et ainsi assurer un supplément d'énergie significatif à l'ensemble.

Cette mission représente le 34ème vol de Discovery, le 23ème vol vers l'ISS et la 120ème mission d'une navette américaine. Le retour est prévu pour le 6 novembre 2007 à 10h47 TU (11h47 heure française) au Centre spatial Kennedy.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi