Des chercheurs de l’université de Lancaster (Royaume-Uni) ont mis au point un matériau capable de stocker puis de restituer plusieurs mois plus tard, la chaleur du soleil. © oraziopuccio, Adobe Stock
Sciences

Ce matériau stocke l'énergie du soleil pendant des mois

ActualitéClassé sous :Physique , énergie , énergie renouvelable

Pour décarboner notre production d'énergie, il faudra sans doute compter sur plusieurs technologies différentes et complémentaires. Aujourd'hui, des chercheurs envisagent que des matériaux pourraient stocker la chaleur du soleil pendant plusieurs mois. Une solution verte pour nous chauffer l'hiver grâce au soleil de l'été.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Première en France : un chauffage urbain utilise de la chaleur stockée  À Brest, l’université est chauffée par une réserve d’eau… mais seulement en fin de weekend. Cette installation de stockage thermique, unique en France, permet de lisser la fourniture d’énergie à l’échelle d’un quartier. 

Capter la chaleur du soleil pendant l'été et la restituer pendant l'hiver. Voilà qui permettrait de réduire efficacement nos émissions de gaz à effet de serre. Et c'est sérieusement ce qu'envisagent des chercheurs de l’université de Lancaster (Royaume-Uni) grâce à un nouveau matériau composite qu'ils présentent aujourd'hui.

Au cœur de l'innovation, un matériau nanoporeux constitué d'ions métalliques reliés par des groupes organiques. Un MOF -- pour metal-organic framework ou réseau métallo-organique -- comme disent les chimistes. Mais pas seulement un MOF puisque les chercheurs ont choisi de le charger en molécules d'azobenzène, un composé connu d'une part pour absorber fortement la lumière et d'autre part, pour changer de forme lorsqu'il est soumis cette lumière.

Un matériau composite à améliorer

Dans les faits, l'azobenzène exposé au soleil se plie, se tend, un peu comme un ressort. Et les pores du MOF l'empêchent de se détendre. Une manière efficace de stocker de l'énergie sur le long terme. Une énergie qui peut être libérée brutalement par simple application de chaleur. Selon les travaux des chercheurs de l'université de Lancaster, le stockage peut être maintenu ainsi, à température ambiante, pendant au moins quatre mois.

Ce concept de « photoswitches » -- comprenez « interrupteur photoélectrique » -- avait déjà été étudié, mais la plupart du temps, dans des liquides. Ce qui rendait les applications pratiques délicates. Après avoir trouvé une solution solide, les chercheurs espèrent pouvoir optimiser les deux composantes de ce matériau composite pour obtenir des résultats meilleurs encore. Car la densité énergétique de l'ensemble reste encore un peu trop modeste.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !