Désarmée face aux agressions permanentes du vent solaire, notre voisine Mars a perdu quasiment toute son atmosphère. Dans le cas de Kepler 438b, une exoplanète qui ressemble en de nombreux points à la Terre — une des meilleures candidates à l’habitabilité —, la situation est encore plus catastrophique. La naine rouge autour de laquelle elle orbite est en réalité un astre qui, bien que plus petit et moins brillant que notre Soleil, sème la terreur autour de lui au moyen de tempêtes bien plus violentes que celles de notre étoile. Dans ces conditions, cette « jumelle » n’apparaît plus comme un monde habitable.

Comme nous l'avons appris récemment à travers les observations de Maven (Mars Atmosphere and Volatile Evolution), l'atmosphèreatmosphère de Mars a été lentement mais sûrement réduite à une portion congrue par le vent solairevent solaire qui la ronge depuis plusieurs milliards d'années. Cette érosion s'accélère d'autant plus, à des rythmes 10 fois plus élevés, lorsque surviennent de violentes tempêtes et des épisodes d'intenses éjections de masse coronale. Face à cette agression, la Planète rouge demeure sans défense depuis que son champ magnétiquechamp magnétique s'est tu. Est-ce que le même sort attend la TerreTerre, située plus près encore du SoleilSoleil ? La réponse est non, du moins pas tout de suite. Cela durera tant que le noyau sera chaud et actif.

Par ailleurs, au regardregard de ce qui passe pour Kepler 438b, une « jumelle de la Terre » située à quelque 470 années-lumièreannées-lumière de notre Système solaireSystème solaire, nous, Terriens, avons la chance d'être en orbiteorbite autour d'une étoileétoile relativement calme comme le Soleil, une naine jaunenaine jaune. Même s'il était beaucoup plus colérique et instable dans sa jeunesse, son évolution a permis en effet qu'une petite planète rocheuseplanète rocheuse possédant une atmosphère comme la Terre puisse accueillir et développer une vie complexe sans la menacer continuellement. On ne peut pas en dire autant de cette cousine, Kepler 438b, qui gravite autour d'une étoile plus tumultueuse, comme le montre une étude dirigée par David Armstrong (université de Warwick) et publiée dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

Comparaison de la Terre avec deux exoplanètes, parmi les meilleures candidates à ce jour à l’habitabilité : Kepler 186f et Kepler 438b. On pourrait aussi ajouter <a href="//www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/zone-habitabilite-kepler-452b-exoplanete-plus-ressemblante-terre-59111/" title="Kepler 452b, l&#039;exoplanète la plus ressemblante à la Terre" target="_blank">Kepler 452b</a> dont la découverte fut annoncée en juillet 2015. Kepler 238b est 1,1 fois plus grande que la Terre et gravite à 25 millions de kilomètres d’une naine rouge très turbulente. © Nasa

Comparaison de la Terre avec deux exoplanètes, parmi les meilleures candidates à ce jour à l’habitabilité : Kepler 186f et Kepler 438b. On pourrait aussi ajouter Kepler 452b dont la découverte fut annoncée en juillet 2015. Kepler 238b est 1,1 fois plus grande que la Terre et gravite à 25 millions de kilomètres d’une naine rouge très turbulente. © Nasa

Kepler 438, une étoile petite mais très violente

De par ses caractéristiques physiquesphysiques, Kepler 438b était jusqu'à présent, de toutes les exoplanètes connues, celle qui présentait l'indice de similarité avec la Terre, ISTIST (ESI en anglais pour Earth Similarity Index), le plus élevé. 12 % plus grande que notre planète, il y a de grandes chances qu'elle soit rocheuse (estimée à 70 %) selon ses découvreurs qui y voyaient une « candidate très prometteuse » lors de sa présentation en janvier 2015. D'autant plus que sa position relative à son étoile, Kepler 438, suggère que le rayonnement qu'elle reçoit en fait un monde potentiellement habitable avec des températures comparables à celles que nous connaissons. À condition bien sûr, qu'elle possède aussi une atmosphère.

Mais cet optimisme est douché par le profil type de son étoile hôtehôte : une naine rougenaine rouge. Effectivement, bien que plus petite, beaucoup moins chaude et massive que notre Soleil, les étoiles comme Kepler 438a peuvent être redoutables de par leurs sautes d'humeur régulières. Leurs violences anéantissent tout espoir que la vie puisse y éclore. Située à seulement 25 millions de kilomètres de son étoile (sa période orbitalepériode orbitale est de 35 jours), l'exoplanèteexoplanète découverte par transittransit essuie, selon ces recherches, des tempêtestempêtes à un rythme moyen de quelques centaines de jours. Rien à voir avec celles de notre Soleil : elles sont environ 10 fois plus puissantes que les plus puissantes jamais enregistrées à la surface de notre étoile (équivalentes à 100 milliards de mégatonnes de TNTTNT !). Il faut ajouter à ces phénomènes, les éjections de massemasse coronale qui les accompagnent, ces grosses bouffées de plasmaplasma qui, dans ce cas, lancées à l'assaut de la magnétosphèremagnétosphère de la planète (si elle en est pourvue) sont en mesure de dévaster inexorablement son atmosphère.

Bref, il ne fait pas bon vivre autour de Kepler 438, du moins si près, c'est-à-dire aux limites de sa zone habitable, ni autour des naines rouges en général. Ce qui est regrettable, car ces étoiles sont très nombreuses dans la GalaxieGalaxie (peut-être 80 % de la population de la Voie lactéeVoie lactée) et on découvre beaucoup d'exoplanètes dans leur environnement si turbulent.